Effets de la marijuana

Le cannabis est une substance utilisée depuis l’Antiquité aussi bien pour ses effets médicinaux que spirituelles et récréatifs. Ces effets sont produits par des substances appelées cannabinoïdes qui se trouvent sur la plante, spécialement dans ses trichomes.

Le principale responsable des effets psychoactifs de la marijuana est le cannabinoid-tétrahydrocannabinol Delta9 , également connu sous le nom de THC.

Tétrahydrocannabinol Delta9

Tétrahydrocannabinol Delta9

Cependant, il ne faut pas croire que tous les effets du cannabis sont produits par le THC, ce cannabinoïdes n’est pas le seul à être capable de produire des effets. Bien au contraire, la molécule de THC agît en synergie avec d’autres dizaines de cannabinoïdes et terpènes, qui se combinent en modulant les effets produits par le cannabis.

L’une de ces substances est le CBD ou le Cannabidiol, un cannabinoïde non psychoactif possédant un grand nombre de propriétés médicinales adaptés pour le traitement de diverses maladies et douleurs. Une fois de plus, l’effet de la plante est déterminé par les contenus aussi bien en cannabinoïdes qu’en terpènes, mais également pour leur interaction mutuelle.

L’un des principaux avantages du CBD est, précisément, sa condition de cannabinoïde non psycoactif. Cela permet le développement de variétés riches en CBD mais possédants moins de THC et qui marque la limite légale pour être considéré comme drogue. De cette façon, un grand nombre de variétés de cannabis riches en CBD ont inondé le marché (attention, la majorité de celle-ci comporte des indices de THC au-dessus de la limite légale), mais également divers produits cosmétiques et pharmaceutiques basés sur le CBD, ils seront complètement légaux du fait d’un niveau de THC insuffisant.

Les terpènes, molécules aromatiques qui se trouvent sur les plantes, entre également en synergie avec le reste des cannabinoïdes, modifiant l’effet du produit final. Vous pouvez en savoir plus à ce sujet en lisant notre article sur les terpènes du cannabis et leur façon d’agir sur les effets.

Les différentes formes d’administration du cannabis:

Si nous parlons des effets de la marijuana, nous nous devons de vous présenter les différentes manières de la consommer:

  • Inhalation: Les effets sont inmediats. En la fumant, nous absorbons les principes actifs du cannabis. La meilleure façon d’éviter les effets nocifs de la combustion est d’utiliser un vaporisateur.
  • Voie Orale (produits alimentaires): La biodisponibilité du Delta9-tétrahydrocannabinol est de 25-30%, l’effet commence entre 30 et 120 minutes après l’ingestion.
  • Voie Orale (infusion): Rappelons que les cannabinoïdes ne sont pas solubles dans l’eau. L’effet de l’ infusion de marijuana est similaire à celle de feuilles de tilleul. Il existe des capsules au CBD préparés pour faire des infusions médicinales.
  • Voie Sublinguale: Le spray Sativex ® est un modulateur du système endocannabinoïde, qui est appliquée dans la bouche. Il est utilisé pour atténuer les effets de la sclérose en plaques et est actuellement prescrite au Canada. Chaque dose est de 2,7 mg de tétrahydrocannabinol et 2,5 mg de cannabidiol, les cannabinoïdes exogènes actifs les plus importants. Sativex ® a été développé par GW Pharmaceuticals plc.
  • Voie transdermiques : Gouttes pour les yeux, patchs et pommades. Il existe des shampoings ou encore des crèmes faciales riches en CBD, ce sont tous des produits efficace et de grande qualité.
  • Voie Anal : lavements et suppositoires.

Habituellement, l’effet du cannabis inhalée dure de 1 à 4h, et 3 à 12h si elle est ingérée par la bouche. Dans notre blog vous pourrez consulter différentes recettes cannabiques faciles à préparer pour une consommation de cannabis sans besoin de la fumer ou de la vaporiser.

Types d’effet de la marijuana

Effets médicinaux: Les effets de la marijuana médicale sont bénéfiques pour les traitements anti-émétique(anti-nausée) de la chimiothérapie, la sclérose en plaques, la dépression, la douleur chronique, la fibromyalgie, la cachexie, le sida, le syndrome prémenstruel, les migraines, le glaucome, l’épilepsie, l’arthrite rhumatoïde et autres maladies, etc. Il existe de plus en plus d’études sur le cannabis utilisé comme médicament qui poussent les chercheurs à poursuivre leurs expériences.

Effets psychotropes: les effets spirituels de la marijuana provoquent un sentiment de bien-être, de bonnes vibes et d’euphorie. Les couleurs (la vue) comme le sens du toucher et l’ouïe se développent . La mémoire immédiate s’échappe. Une fois de plus, nous vous rappelons que ces effets –et/ou d’autres- seront présent ou non, plus ou moins intensément, en fonction de la combinaison des cannabinoides et terpènes présents sur la plante de cannabis.

Pour le reste, le cannabis peut être utilisé comme cité par Jose Maria Mendiluce (*): «Par exemple, pour supérer la timidité , faciliter la sensualité, relâcher des tensions, se stimuler au grand plaisir musical, instigateur de diverses créations, motivante Communication de l’intimité, calmer l’agressivité, promoteur d’amitiés inoubliables, contributeur à la vie conjugale réussie, générateur d’illusion bénigne, activateur compagnon irremplaçable de Voyage, de souvenirs oubliés, ce qui induit un esprit élevé … l’antidote de l’intolérance, cette plante de la diversité (…) est un élément d’harmonie et de paix …  »

Effets physiologiques: Légère augmentation de la fréquence cardiaque et les yeux peuvent devenir rouges. 2 choses qui ne sont pas nocives pour l’organisme. La consommation de cannabis produit aussi une augmentation remarquable de l’appétit, de la sécheresse de la bouche et d’une analgésie modérée.

Les effets néfastes de la marijuana

L’état d’ivresse psychoactive que produit la marijuana peut être embarassant chez certaines personnes.  C’est pour cela que durant les dernières années les variétés avec de haut niveau de CBD – normalement moins psychoactif – ont gagné un grand nombre d’adeptes, effectivement de nombreux patients souhaitent profiter des propriétés thérapeutique du cannabis sans avoir leur état de conscience altéré.

Les effets indésirables les plus fréquents sont l’anxiété, attaques de panique, le manque de concentration, la tachycardie et une diminution de la mémoire et de l’attention immédiate, la coordination et le sens de l’orientation. Il est recommandé d’être prudent en cas de grossesse, d’anxiété et de maladies cardiovasculaires. Il est conseillé de ne pas le mélanger avec de l’alcool ni avec d’autres drogues bien qu’elles soient licites comme par exemple le tabac qui à déjà tué plusieurs miliers de personnes. Jusqu’à présent, personne n’est mort à cause de la marijuana.

(*) Marijuana. La médecine interdite de Lester Grinspoon et James B. Bakalar

27 octobre 2009 | Cannabis thérapeutique
15 commentaires

15 comments on “Effets de la marijuana

  1. human tree

    Bonjour,attention l’effect de la marijuana n’est pas à prendre à le légère,maintenant certaine variètée atteigne des taux de THC jamais égalé jusqu’aujourd’hui.Donc resté prudent au quantité absorbée de plus certain gros malin coupe la marijuana avec des grosses M…La meilleur solution pour moi est de cultiver sa propre consomation on n’est jamais mieu servi que par soit même.Bonne route à tous.

  2. MomoSouk

    Effets positive voir le pardont,la comprehension,une consciences de la vie,la criyance……….!

  3. pol

    bonjour ,
    si les cannabinoïdes ne sont pas solubles dans l’eau comment faire une infusion avec quel liquide ?
    merci d’avance

    1. Marcel

      Bonjour, tu peux utiliser du beurre liquide, afin de faire du Beurre de Marrakech, mais si tu préfères que ça reste sous forme liquide je te conseille d’utiliser du lait, de préférence entier, les acides gras contenus dans sa crème fixeront les cannabinoïdes.

      Avec un peu de Nesquick c’est super bon, rien de tel pour une journée pleine de soleil :)

  4. pol

    merci marcel pour l’info j’ai une plante ki arrive a maturiter suis assez impascient de la couper mais je pense quel a encore besoin de 15 jours tous les pistil ne sont pas bruni au toucher elle colle tres fort et sent tres fort aussi ca commence a devenir genant pour le voisinage je devient parano lol il s’agit d’une autoforisante comment je pourais prendre un echantillon et voir si elle peut etre deja bonne a recolter enfin en gros y t’il moyen de la gouter avant de couper a savoir je ne la fume pas
    merci d’avance

    1. Marcel

      Bonjour, attention de ne pas toucher les buds durant la floraison, cela stresse la plante, abime la résine et augmente le risque d’hermaphrodisme et de moisissures. L’analyse des pistils n’est pas fiable, il vous observer les trichomes pour savoir quand récolter :
      http://www.alchimiaweb.com/blogfr/recolter-plants-cannabis/
      Vous pouvez éventuellement vaporiser un échantillon avec un vaporisateur (volcano, etc..) si vous souhaitez la tester avant récolte.

  5. pol

    merci pour l’info et la rapiditer longue vie a toi marcel

    1. Marcel

      Longue vie à toi aussi 😉

  6. pol

    bonsoir marcel ,
    j’ai encore une petite question si je veut faire du beurre avec mes feuille je doit les prelever avant de mettre secher ma plante ou apres le sechage ?
    et aussi je suppose que je doit prendre juste les feuilles qui sont pres des fleurs ?
    merci d’avance

    1. Marcel

      Bonjour, je te conseille d’utiliser les feuilles après le séchage, et de ne prendre que les petites feuilles des buds, qui sont pleines de résine, et pas les grosses feuilles qui n’en contiennent que très peu.

  7. Oléo

    bonjour a toute l’équipe,
    j’ai fais pas mal de recherches sur les effets du cannabis, en effet il n’est pas facile de peser le pour et le contre quand on trouve des études contradictoires un peu partout. j’ai finalement trouver que le seul effets « néfaste » de notre belle marie-jeanne est qu’elle peut aggraver des troubles liés a la schizophrénie déjà présent chez le consommateur. avez vous des précisions sur ce genre d’effets? est ce exagéré ou au contraire pris a la légère?
    merci a vous pour ce site vraiment bien travaillé et ces postes très bien détaillés.
    Peace.

    1. Marcel

      Bonjour, je pense que ce n’est ni exagéré ni pris à la légère, comme de nombreux psychotropes le cannabis pourra dans certains cas déclencher ou révéler des faiblesses psychologiques latentes (paranoïa, schizophrénie…)
      Ce type de cas est relativement rare, mais il existe tout de même. Il faut bien comprendre que le cannabis ne provoque pas ces maladies, mais il peut les amplifier.

  8. Oléo

    c’est bien ce que j’avait fini par trouver, merci pour cette confirmation marcel. bonne continuation a vous.

  9. allie

    Mais apparemment, à ce que j ai compris, les effets néfastes à longue durée se dévoilent mais plus tard chez les gros fumeurs; vers 38/ 40 ans; et c’est le QI qui diminue proportionnellement à la consommation… ça, c’est quand même flippant.
    je voulais dire les effets néfastes à long terme bien sure!! Après pour les reste, en effet apparemment la marijuana ne créée rien mais peut amplifier, moi je m’en sert justement pour tenter de diminuer ma paranoia qui se réveille quand je fume!! lol Et même pour l’addiction un grand chercheur chimique à placer la cocaine et autres dans drogue à forte accoutumance, le tabac et alcool dans le catégorie intermédiaire et finalement la marijuana dans la dernière catégorie qui est celle de faible accoutumance; à ne plus comprendre pourquoi on légalise l’alcool et le tabac mais pas l’herbe!! Bref…

    1. Marcel

      Bonjour, rassurez vous l’histoire du QI n’est pas vraie, il s’agit d’une mauvaise interprétation d’une étude, qui a hélas été diffusée par de nombreux médias, qui n’ont pas eu la conscience professionnelle de vérifier ce qu’ils écrivent. Nous allons justement bientôt publier un petit article sur le sujet. Pour résumer, les conclusions de l’étude devraient être que les capacités intellectuelles ne sont pas au top de leurs performances lorsque l’on vient de consommer du cannabis (ce qui n’est pas une surprise) mais qu’il n’existe aucun écart significatif entre le groupe qui n’a jamais consommé de cannabis, et le groupe qui en a consommé pendant des années mais qui a arrêté quelques semaines avant l’étude. Le cannabis ne réduit donc nullement le QI sur le long terme! Il faudrait peut être par contre vérifier le QI des journalistes ayant publié une telle bêtise… 😉

Comments are closed.