Actualités du cannabis médical, Mars 2014

Nouveau reportage Cannabis Madness du Dr Sanjay Gupta

L’été 2013, l’expert médical de la grande chaine américaine CNN avait fait beaucoup de bruit, en s’excusant publiquement de ne pas avoir suffisamment étudié les effets bénéfiques de la plante de cannabis, et pour avoir écrit des articles rejetant son potentiel.  Il déclare maintenant: « Je me suis excusé pour le rôle que j’ai joué dans la désinformation de la population, et je me sens vraiment mal pour ceux qui ont souffert trop longtemps, dans l’impossibilité d’obtenir le médicament légitime qui aurait pu les aider.

Je me suis souvenu qu’une attitude scientifique authentique et productive implique d’avoir la volonté d’aller contre les notions établies et de découvrir la vérité, même si c’est inconfortable et même si cela signifie d’avoir à s’excuser. Ce n’est pas facile de présenter ses excuses, et il faut en subir les conséquences, mais cela ne m’a jamais dérangé.

Le Dr Sanjay Gupta a suivi la petite Vivian Wilson, atteinte du syndrôme de Dravet

Le Dr Sanjay Gupta a suivi la petite Vivian Wilson, atteinte du syndrome de Dravet

Cette recherche scientifique concerne un nombre croissant de patients qui considèrent le cannabis en tant que véritable médecine, et pas pour ses effets psychoactifs. Il est émergent que la science nous montre et nous prouve ce que le cannabis peut faire pour notre corps, et nous apporte de meilleures connaissances sur les mécanismes du cannabis dans le cerveau, nous aidant ainsi à comprendre une plante dont les bienfaits ont été documentés depuis des milliers d’années.

Depuis notre premier documentaire Weed, j’ai continué de voyager à travers le monde, pour faire des recherches et poser des questions sur la plante de cannabis. J’ai rencontré des centaines de patients et des douzaines de scientifiques. J’ai analysé en laboratoire des cannabinoïdes qui possèdent un grand potentiel mais qui sont aussi source d’une intense controverse. J’ai vu ces molécules changées en un médicament qui a calmé l’épilepsie d’une enfant, et la douleur d’un adulte. J’ai vu une femme surmonter sa sclérose en plaques.

J’ai essayé de réunir tout cela dans notre nouveau documentaire Cannabis Madness. Bien que le film de 1936 Reefer Madness était une propagande créée pour mettre en avant un programme rempli de mensonges, j’espère que vous trouverez dans Cannabis Madness le reflet précis de ce qui se passe aujourd’hui, accompagné de la meilleure science actuelle. » (source)

Nous vous présentons donc ce nouveau reportage du Dr Sanjay Gupta, avec sous titres en français réalisés par nos soins, spécialement pour vous!

Le cannabis n’a jamais tué personne

On a pu lire dans les actualités de ces dernières semaines, certaines histoires incroyables associant le décès d’une jeune femme de 31 ans en Angleterre, puis de deux hommes de 23 et 28 ans en Allemagne, et la consommation de cannabis. Rassurez-vous, ces affirmations ne possèdent aucune crédibilité, et vont à l’encontre de toutes les connaissances existantes à ce jour!

Le premier argument qui prouve que le cannabis ne peut pas tuer, est celui de l’indice thérapeutique, qui mesure pour une substance, le ratio entre la dose efficace et la dose mortelle. L’indice thérapeutique du cannabis bat en effet tous les records, et se situe entre 20 000 et 40 000, c’est à dire que si une personne ressent de l’effet avec 1g de cannabis, il faudrait qu’elle en consomme entre 20 et 40 Kg (en une prise) pour risquer de décéder par overdose.

Le cannabis possède le record de l'indice thérapeutique le plus élevé

Le cannabis possède le record de l’indice thérapeutique le plus élevé

Par comparaison, l’indice thérapeutique de l’alcool qui est pourtant légal n’est que de 10, c’est à dire que si il vous faut consommer 3 bières pour être ivre, alors 30 bières peuvent vous tuer. Le Dr Ben Amar, pharmacologue et toxicologue au Québec, déclare au sujet de la femme anglaise: « Le cas de la dame en particulier je ne le connais pas, mais elle est décédée d’autre chose que d’une surdose de cannabis. Le fait qu’elle ait pris cette drogue est circonstanciel. » (source)

En 1997, une étude scientifique avait également démontré qu’il faudrait consommer l’équivalent de 681 Kg de cannabis en 15 minutes, pour atteindre une dose mortelle. Le docteur Ben Amar ajoute: « Je ne pense pas qu’elle existe, la personne qui va réussir cet exploit ».

Par ailleurs, en Israël le Dr Raphael Mechoulam nous explique pourquoi des doses massives de cannabis n’ont jamais tué personne: nous ne possédons pas de récepteurs cannabiques CB1 ni CB2 dans le bulbe rachidien, qui est la partie du cerveau responsable de la respiration et du battement cardiaque. Alors que des doses plus ou moins importantes d’autres drogues peuvent provoquer de la détresse respiratoire, un arrêt cardiaque et la mort, des doses massives de cannabis pourraient au pire causer un endormissement, mais ne pourraient jamais couper la respiration ni provoquer d’arrêt cardiaque.

La prohibition du cannabis fait bien d'avantage de dégâts que la plante elle-même

La prohibition du cannabis fait bien d’avantage de dégâts que la plante elle-même

Enfin, la toxicité d’une substance est généralement exprimée sous forme de LD-50, qui correspond au dosage de cette substance nécessaire pour induire la mort de 50% d’un groupe d’animaux en laboratoire. Pour le cannabis, la dose LD-50 n’a jamais pu être fixée, celle ci étant beaucoup trop élevée, malgré les essais des chercheurs ayant administré des doses massives de concentrés de cannabis en intraveineuse à des souris, équivalentes à la consommation de plusieurs kilogrammes de cannabis en une seule prise, sans jamais parvenir à les tuer. (source)

Ce type de fables ou de légendes urbaines sur le cannabis sera bien sûr toujours très apprécié par certains pseudo-journalistes en manque de sensationnalisme, qui ne manquent pas de se ridiculiser en faisant circuler de telles absurdités au détriment d’une analyse pertinente de l’information fournie.

Du cannabis médical pour lutter contre l’épilepsie chez les enfants

En Israël, la Ministre de la Santé Yael German a déclaré ce mois ci que les enfants souffrants de crises d’épilepsie sévères et fréquentes, et dont le traitement actuel n’est pas efficace, pourront désormais avoir accès au cannabis médicinal, grâce à une licence qui leur sera délivrée ces prochaines semaines.

Faisant suite à une campagne menée par les parents de ces enfants, la ministre a décidé de réévaluer les conditions d’accès à un médicament qui était jusqu’ici exclu, car l’épilepsie ne figurait pas encore sur la liste des maladies pour lesquelles le cannabis est un traitement autorisé. Les 15 familles qui avaient interpelé le gouvernement, avaient menacé de déménager au Colorado si leur demande était rejetée.

Les parents de Chase Gross, 8 ans, soignent son épilepsie avec des extraits de cannabis

Les parents de Chase Gross, 8 ans, soignent son épilepsie avec des extraits de cannabis

En complément, des médecins vont surveiller et étudier ces enfants qui prendront le médicament à base de cannabis, afin de documenter ses effets sur l’inhibition des crises.

La fibromyalgie fut également ajoutée sur la liste des maladies pouvant être soignée par le cannabis légalement en Israël, cette liste incluant par exemple le cancer, la maladie de Parkinson, le syndrome de Tourette, la douleur chronique, et la sclérose en plaques. En Israël le nombre de patients enregistrés utilisant le cannabis pour se soigner, est passé de 10 000 en 2012 à 13 000 en 2013, soit une augmentation de 30%. (source)

Sur le même thème, nous pouvons noter que la Fondation Américaine de l’Épilepsie appelle à d’avantage d’accès et de recherche sur le cannabis médical, et soutient le droit des patients et de leur famille devant vivre avec les crises d´épilepsie d’avoir accès à des soins dirigés par un médecin, incluant le cannabis thérapeutique. (source)

Wendy Conte veut soigner l’épilepsie de sa fille Anna, 8 ans, avec du cannabis médical

Wendy Conte veut soigner l’épilepsie de sa fille Anna, 8 ans, avec du cannabis médical

Le cannabis, moins nocif que le sucre?

Un sondage réalisé par le Wall Street Journal et NBC News, montre que les Américains pensent que le tabac, l’alcool, et le sucre, sont plus nocifs que le cannabis. On leur demandait quelle substance était la plus nocive parmi les quatre, et les résultats placèrent le tabac en première place (49%), suivi par l’alcool (24%), puis le sucre (15%), et enfin le cannabis (8%). (source)

Selon les américains, le sucre est plus nocif que le cannabis

Selon les américains, le sucre est plus nocif que le cannabis

Certains vont penser que ces résultats sont incohérents, mais pourtant il n’est est rien: au delà de sa puissance addictive extraordinaire et bien connue de la communauté des grignoteurs, le sucre cause effectivement des millions de morts chaque année dans le monde, notamment dans les pays riches où il est consommé en excès et sous forme raffinée, provoquant ainsi de nombreux cas d’obésité, de diabète, et d’autres maladies plus ou moins graves, depuis les caries jusqu’au cancer.

Le diabète, qui se caractérise par un excès de glucose dans le sang, est ainsi l’un des principaux facteurs de risque de décès au monde, très loin devant la consommation de drogues.

Facteurs de risques de décès dans le monde (2010)

Facteurs de risques de décès dans le monde (2010)

Le cannabis médical progresse en Italie

Le gouvernement Italien vient d’annoncer qu’il ne s’opposera pas à la nouvelle législation de la région centrale d’Abruzzo, qui autorisera la vente de produits pharmaceutiques à base de cannabis. La région d’Abruzzo s’ajoute ainsi aux régions Toscane, Liguria, Marche, Friuli, Puglia et Veneto, qui approuveront des lois en faveur de l’usage du cannabis médical.

Cannabis thérapeutique en Italie

Cannabis thérapeutique en Italie

Le modèle de la région d’Abruzzo prévoit également la culture du cannabis pour usage thérapeutique, que ce soit à l’hôpital ou à domicile. La loi fut promue par des politiques de différents partis, à la fois de gauche et de droite, incluant le Sénateur Carlo Giovanardi, l’un des plus grands opposants à la dépénalisation du cannabis en Italie, qui se dit pourtant d’accord avec l’usage thérapeutique de celui-ci. (source)

Du cannabis contre la leucémie aigüe lymphoblastique

Une nouvelle étude, publiée dans le journal Case Reports in Oncology, montre que le cannabis peut traiter la leucémie aigüe lymphoblastique (LAL), un cancer qui touche les globules blancs du sang. Cette efficacité se fait avec une relation dose-effet, ce qui signifie que plus la dose de cannabinoïdes est élevée, et meilleurs sont les résultats. (source)

Nous pouvons ainsi citer le cas du petit Landon Riddle, âgé de seulement 3 ans, et atteint ce type de cancer, sous une forme très agressive (avec mutation positive du Chromosome de Philadelphie). Malgré la chimiothérapie, la maladie progressait rapidement, et les chances de survie de l’enfant n’étaient que de 8% selon les médecins.

Le petit Landon Riddle, 3 ans, atteint de leucémie, se soigne maintenant avec le cannabis

Le petit Landon Riddle, 3 ans, atteint de leucémie, se soigne maintenant avec le cannabis

La chimiothérapie le rendait malade et très faible, et l’enfant a commencé à souffrir de neuropathie dans les jambes, ce qui l’empêchait de marcher. Quelques mois plus tard, le petit Landon a commencé à prendre des extraits de cannabis contenant du Cannabidiol CBD, d’abord sous forme d’huile, puis maintenant sous forme de capsules.

Dès le début du nouveau traitement, les taux de globules (blancs et rouges) de Landon ont augmenté fortement. Et six mois plus tard, la progression fut tellement bonne que ses parents décidèrent d’arrêter la chimiothérapie. Landon se porte désormais beaucoup mieux, et continue son traitement quotidien à base de cannabis médical. (source)

Moins de suicides suite à la légalisation du cannabis médical

Une nouvelle étude publiée dans le American Journal of Public Health, montre que les États qui ont légalisé l’usage médical du cannabis, ont connu une réduction significative du nombre de suicides, surtout parmi les jeunes adultes de 20 a 29 ans.

Le cannabis médical peut aider à supporter les moment les plus difficiles de la vie

Le cannabis médical peut aider à supporter les moment les plus difficiles de la vie

En étudiant les données relatives au suicide entre 1990 et 2007 dans les différents États, les chercheurs ont ainsi remarqué une diminution d’environ 10% des suicides dans les années qui ont suivi la légalisation du cannabis thérapeutique. Une hypothèse serait que le cannabis peut être utilisé pour aider à mieux supporter les évènements difficiles de la vie. (source)

En Uruguay, les chercheurs vont étudier les effets du cannabis

Suite à la légalisation totale du cannabis en Uruguay, une équipe de chimistes, généticiens, médecins et autres scientifiques s’est réunie dans ce petit pays d’Amérique du Sud, afin d’étudier en toute quiétude les bienfaits et les contre-indications de la plante de cannabis.

Pepe Mujica, Président de l'Uruguay

Pepe Mujica, Président de l’Uruguay

Certains de ces scientifiques sont spécialisés sur le sujet du sommeil, et étudieront l’usage possible du cannabis pour traiter l’insomnie. De leur coté, la tâche des généticiens sera d’identifier les variétés de cannabis existantes dans le pays, afin de créer une carte d’identité de chacune d’entre elles, et disposer d’une base de données nationale.

Ce groupe de scientifiques connu sous le nom de Udelar, ne réunit que des chercheurs indépendants, ne possédant aucun intérêt politique, ni aucune relation avec les compagnies privées. Tous les résultats seront diffusés librement, via la presse spécialisée, mais aussi grâce à des médias plus généralistes, pour que ces informations soient disponibles pour tout le monde. (source)

Uruguay, premier pays au monde à avoir légalisé le cannabis

Uruguay, premier pays au monde à avoir légalisé le cannabis

Les cannabinoïdes pourraient être un traitement efficace de l’ostéoarthrite

Une nouvelle étude, publiée dans le European Journal of Neuroscience, montre que les cannabinoïdes peuvent être un traitement efficace contre l’ostéoarthrite. Les chercheurs concluent que cette étude confirme les résultats prometteurs  obtenus pour le soutien de la valeur thérapeutique des cannabinoïdes dans le traitement de l’ostéoarthrite. (source)

Consommatrice de cannabis thérapeutique

Consommatrice de cannabis thérapeutique

Pour terminer, nous vous proposons de visionner ce reportage en français sur le cannabis médical, réalisé par ARTE ce début d’année 2014, dans lequel vous retrouverez notamment d’intéressants témoignages de patients, médecins, et chercheurs.

Voici également un autre reportage sur le sujet du cannabis médicinal, cette fois réalisé en Suisse par la chaine RTS, et diffusé début Avril 2014:

Pour d’avantage d’informations sur le sujet, n’hésitez pas à consulter nos précédentes actualités du cannabis médical, de Janvier 2014.

28 mars 2014 | Cannabis thérapeutique
23 commentaires


23 comments on “Actualités du cannabis médical, Mars 2014

  1. Coub

    Super article merci beaucoup, puisse-t-il être lu par nos politiques en suisse^^.
    Mais toujours pas d’infos concrètes sur les dosages de differents type de cannabinoïdes et leurs méthodes de consommation pour traité telles ou telles pathologies.
    Merci encore et vivement le prochaine article.

    1. Marcel Auteur

      Bonjour, comme l’explique le Dr Gupta dans son reportage, le principal souci rencontré avec le cannabis thérapeutique à l’heure actuelle, est effectivement hélas le manque d’informations et de dosages précis concernant son utilisation, obligeant les patients à procéder à de nombreux essais afin de trouver les variétés, dosages et formes d’extractions les mieux adaptées selon leur cas.

  2. seb

    Ah, tu m’as devancé Marcel, j’étais entrain d’effectuer le sous-titrage 🙂

    1. Marcel Auteur

      Salut à toi, excuse moi je ne savais pas que tu étais déjà dessus, je vais te contacter par mail pour qu’on puisse s’organiser ensemble à l’avenir 😉

  3. Raissa

    super article !

  4. caragouille

    Merci pour les sous-titrages ! 😉
    Au top !

    biz

  5. ludo

    MERCI pour ces news très positive, on dirait bien que la légalisation mondiale n’est plus une utopie.

    1. Marcel Auteur

      Bonjour, et merci pour ce complément d’informations 🙂

  6. Arnaud

    🙂

  7. louloulepou

    De rien du tout Marcel, merci pour vos articles synthétiques et bien présentés.
    Petite question : les autoflorissantes ayant toutes dans leur patrimoine génétique des Ruderalis, peut-on être sûr de la présence de CBD à la récolte? Dans quelle proportion en moyenne?
    Merci
    L.

    1. Marcel Auteur

      Bonjour, les variétés autoflorissantes contiennent effectivement souvent d’avantage de CBD que les variétés classiques. Le taux de CBD des variétés autoflos est souvent comparable à celui du chanvre, c’est à dire entre 0,5 et 2%, mais il n’atteint pas non plus le taux des variétés enrichies en CBD (entre 4 et 15% de CBD), sauf dans le cas de la Med Gom 1.0 😉

  8. andre

    il sera temps qu’ils pensent au gens qui sont serieusement malade une plante ça na jamais tuée personne il faut arreter avec cette propagande que les gens font dessu

    legalizeeeeeeeee

  9. alain

    Tout y est et de façon claire et posée !
    Félicitations pour ce nouveau billet qui complète parfaitement le premier 🙂

    (maintenant faire chauffer l’imprimante)

  10. CIRC S-O 46

    salut Marcel, je suis en train de réaliser un document sur la pratique des tests salivaires pour distribuer sur notre stand du CIRC. J’avais cru lire une information sur ce blog mais je ne la retrouve pas : elle étudiais la durée des effets du cannabis, ainsi que les traces qu’une consommation laisse dans le sang. Selon cette étude, le taux de cannabinoïdes est très élevé dans les premières minutes après conso, puis diminue très rapidement, pour ensuite stagner aux taux que l’on voit le plus souvent ressortir après prise de sang (entre 1 et 10 ng/L). Je ne parle pas là de la « demi vie » qui elle engendre une diminution de la moitié du taux env après 96h, puis 96h plus tard encore de la moitié du taux précédent et etc… ce qui peut être très long pour un fumeur régulier!!! As tu des infos à ce sujet? Merci à toi et toute l’équipe pour le travail énorme que vous engendrez! Jojo

    1. Marcel Auteur

      Salut à toi, et un grand merci et bravo au CIRC pour tout ce que vous faites 🙂
      Les métabolites du THC peuvent être détectés dans le sang jusque 11 semaines après la dernière consommation. J’espère que ces quelques liens pourront t’être utiles:
      * California NORML Guide : Interpreting Drug Test Results
      * Excretion patterns of cannabinoid metabolites after last use in a group of chronic users
      * How long does marijuana stays in your system?
      Bonne continuation à toi, et longue vie au CIRC ! 🙂

  11. Titou

    Bonjour, ayant subit une augmentation mammaire ce jeudi 17 avril, et ayant une douleur assez importante donc ne pouvant pas dormir, je voulais savoir si il y avait des risque d’avoir recours à un vaporisateur de cannabis afin d’attenuer la douleur pour pouvoir dormir un minimum car c’est trés dur ( je suis habitué j’en ai deja fais plusieurs fois mais pas pour des raisons medicales juste pour pouvoir m’endormir tranquillement )
    J’espére avoir des reponses rapidement, merci beaucoup !

    1. Marcel Auteur

      Bonjour, n’étant pas médecin je ne peux hélas pas vous conseiller pour votre cas en particulier, mais les cannabinoïdes de la plante de cannabis sont effectivement reconnus pour leurs propriétés contre la douleur, ainsi que pour favoriser le sommeil 😉

  12. roukindesbois

    Bonjour à ,toute léquipe d’Alchimia,

    Je suis à la recherche de lien, afin de contacter les différentes personnes qui comme moi, utilisent la Gandja pour se soulager des douleurs, et aussi, ceux de médecins faisant des études cliniques en contact avec votre Assoce, au fait, si on veut en faire parti, quelles sont les démarches éventuelles, ou, suffit-il d’être enregistré???

    Sachez que je suis sous traitement morphiniques,(Skénan LP 400mg 2x/jrs + Actiskénan 30mg 6xjrs, non, je ne me suis pas trompé!!!!)mais avec la Gandje, j’arrive à diminuer certains dosages et, ainsi que moralement, ça me remet la pêche, ce n’est pas le cas actuel car je viens juste de commencer mon jardin, et je ne suis pas obligé de courrir dans la rue pour trouver un minable bout de chocolat sachant qu’en plus mon budget prend à chaques fois une claque!!!!déja qu’en temps normal c’est galère, mais vu mon état de santé c’est un calvaire!!!!, enfin, bref.

    Bon, Marcel, tu as mon Mail,et, à bientôt,et, encore Merci pour tout ce que vous faites.

    1. Marcel Auteur

      Bonjour, si vous parlez d’Alchimia Solidaria, il ne s’agit pas d’une association mais d’une fondation, tous les clients d’Alchimia y participent donc automatiquement, mais n’hésitez pas à nous contacter par mail si vous souhaitez discuter avec nous d’un projet en particulier concernant celle-ci.
      Pour rencontrer et discuter avec d’autres patients et médecins utilisant le cannabis thérapeutique, vous pouvez contacter par exemple l’Union Francophone pour les Cannabinoides en Médecine, ou l’Association Internationale pour le Cannabis Médical, ou encore l’association Principes Actifs 😉

  13. Louloulepou

    un résumé de la situation israélienne dans ce reportage:
    https://www.youtube.com/watch?v=07jgVsAdYKA
    1 seule pharmacie pour 14000 patients ?!

    un projet de documentaire sur la marijuana médicale, assez conséquent semble-t-il,’Weed the people ». Trailer visible ici :
    https://movies.yahoo.com/news/how-cannabis-can-save-cancer-striken-kids–an-intro-to–weed-the-people—by-ricki-lake-165741433.html

    (en espérant qu’ils n’oublient pas ‘l’entourage effect’!)

    1. Marcel Auteur

      Bonjour, et merci pour ces informations 😉

  14. mana

    Depuis ma toute première taffe dans un coffee-shop de Maastricht il y a déjà plus de 25 ans, j’ai toujours pensé que la prohibition était une erreur. Ce n’est que bien des années plus tard que j’ai compris effectivement à quel point on nous mentait sur la valeur médicale, mais également économique et écologique du cannabis. S’il y a un combat à mener aujourd’hui, c’est bien celui-là! Quelle honte pour les gouvernements d’interdire encore une chose pareille, l’humanité n’a cessé de souffrir depuis lors et je ne peux m’empêcher de penser à mon parrain qui souffrait de la maladie de Crohn avec des crampes atroces et du médecin qui l’a laissé dans sa souffrance alors qu’autrefois, le cannabis faisait partie intégrante de la pharmacopée traditionnelle. L’humanité n’a jamais été aussi bête et mêchante depuis la prohibition du cannabis en 1937!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *