Interview de Julio Calzada à la Spannabis 2015

Qui est Julio Calzada?

Julio Calzada
Julio Calzada

Julio Calzada, le Secrétaire Général du Conseil National sur les Drogues en Uruguay depuis 2011, qui consacre son temps à des projets de promotion de la santé et de la réduction des risques et dégâts de l'usage problématique des drogues depuis 1989, et couronné par deux prix Reina Sofia en 2000 et 2006 pour son travail, était présent à la Spannabis lors de sa dernière édition pour intervenir dans le cadre des conférences de la World Cannabic Conferences 2015.

En tant que coordinateur et participant actif à la création des lois de régulation du cannabis et de l'alcool en Uruguay, il venait ainsi exprimer sa vision d'une autre réalité possible, et qu'il faut accepter l'idée que d'autres possibilités doivent être testées, pour améliorer la santé et les droits de l'homme, consommateurs ou non de cannabis et autres drogues.

Résumé et entretien: la régulation du cannabis en Uruguay

Très aimablement, ce dernier a accepté de nous accorder quelques minutes pour que l'équipe Alchimia puisse s'entretenir avec lui, comme vous pouvez le voir sur la vidéo suivante:

Interview de Julio Calzada (Spannabis 2015)

Julio a été aussi surpris que ravi par la quantité et la diversité du public présent sur le salon Spannabis de Barcelone, et aborde rapidement son sujet de prédilection, commentant que le Président de l'Uruguay vient d'être remplacé mais qu'il s'agit du même parti politique. Tabaré Vazquez, le nouveau président, a affirmé qu'il maintiendra la loi et la politique de régulation du cannabis impulsée par Frente Amplio et José “Pepe” Mújica, pour le moment sans changements, cette régulation ayant une finalité logique: modifier une loi de 1974 devenue obsolète, étant trop dure et trop répressive.

Autoproduction de cannabis
Autoproduction de cannabis

Le parti et son Président ont ainsi souhaité que les processus en cours et leurs résultats soient correctement définis, grâce à un comité scientifique composé de personnalités comme Peter Reuters ou Araceli Manjón-Cabeza, ayant une grande expérience dans le monde des drogues, et particulièrement du cannabis.

L'intention première de ce projet est de démontrer qu'il s'agit d'une politique pensée à travers le prisme de la responsabilité, pour améliorer la qualité de vie et de la santé des Uruguayens, pour de meilleures relations entre les individus et éviter les détentions injustifiées pour des actes ne nuisant pas à autrui, comme c'est le cas de la consommation personnelle de cannabis.

Pour cela, tous les mouvements de régulation ont été étudiés, de la posture de la Hollande à la vague de légalisation du cannabis récréatif et médical aux USA, en passant par les Cannabis Social Clubs en Espagne, l'autoproduction en Australie, le cannabis thérapeutique qui entre dans les pharmacies de République Tchèque... pour en prendre le meilleur et articuler ce changement de législation autour de 3 points:

  1. Usage de la plante
  2. Fabrication de médicaments à base de cannabinoïdes ou de la plante
  3. Sensibiliser les professionnels de la santé pour qu'ils prennent connaissance des bienfaits du cannabis et le prescrivent aux patients en ayant besoin.

Un autre objectif de ce changement de loi est d'affaiblir le marché noir, en le rendant peu rentable grâce à une qualité supérieure, de meilleurs prix et surtout des garanties offertes aux usagers, jusqu'à faire disparaître ce marché parallèle.

Concernant les cultivateurs et consommateurs, ces lois se traduisent par le droit de cultiver jusqu'à 6 plantes de cannabis femelles, de porter jusqu'à 10 gr de cannabis sur soi et l'obligation de s'inscrire comme cultivateur sur un registre national, contenant déjà actuellement plus de 2000 inscriptions.

1g de cannabis = 1$

Têtes de cannabis en séchage – Wikimedia
Têtes de cannabis en séchage – Wikimedia

L'état a réalisé une étude de prix pour pouvoir affirmer ce prix de production, et les résultats ont déterminé que c'est possible, en laissant une marge raisonnable aux producteurs et distributeurs. Des 22 entreprises présentées, et après un processus de sélection rigoureux, 5 finalistes ont été retenues, desquels 2 ou 3 assureront cette production, avec un investissement d'entre 1.3 et 1.7 millions de dollars, pour produire le cannabis destiné au pays, représentant une demande totale de 25 tonnes par an.

Le cannabis thérapeutique devrait être disponible en pharmacie dès la seconde moitié de 2015, voir un peu plus tôt, le processus ayant été retardé de quelques mois par les analyses consciencieuses des capitaux des entreprise souhaitant en cultiver: il était très important de s'assurer que ces entreprises réalisent leurs bénéfices de manière transparente et légale, et qu'elles ne soient aucunement liées au marché noir ou au blanchiment d'argent, pour construire le projet sur des bases solides et crédibles au niveau national et international.

Aussi, une fois les licences accordées, les entreprises doivent préparer l'infrastructure, les serres et le système de culture, délais auquel s'ajoute le temps de culture des plantes de cannabis, qui sera réalisée en continu pour ne pas accumuler de trop grandes quantités d'herbe.

Les conditions pour acheter du cannabis légal en pharmacie ou dans un dispensaire ludique sont:

  • Résider en Uruguay depuis au moins un an
  • Être âgé de plus de 18 ans
  • Acheter un maximum de 40g/mois (jusqu'à 10g/semaine)
  • Si un médecin prescrit de la marijuana à un patient nécessitant plus de 40g, celui ci pourra les obtenir en pharmacie, mais ne pourra plus accéder aux dispensaires de cannabis récréatif pendant la durée de validité de son ordonnance.
  • Il faut choisir entre une des trois options disponibles: l'autoproduction de cannabis, l'achat en pharmacie ou être membre d'un CSC, mais l'on ne peut pas combiner les trois.

Ainsi, l'Uruguay ne prétend pas être un modèle à suivre pour les autres pays, chacun devant agir selon ses besoins culturels, politiques et économiques, puisqu'il n'existe pas de réglementation parfaite qui s'adapterait au niveau global. Toutefois, il existe bel et bien un processus global d'acceptation et de tolérance du cannabis, luttant contre la situation actuelle en explorant de nouvelles voies et, obligeant toujours un peu plus les nations aux politiques les plus restrictives à réévaluer la situation et agir en conséquence.

Uruguay - Wikimedia
Uruguay - Wikimedia

La normalisation et la décriminalisation du cannabis sont utiles du point de vue de la santé publique et des libertés individuelles, pour arriver à une consommation consciente et responsable, respectant la liberté de décision des personnes adultes.

L'Uruguay peut ainsi démontrer que le changement fonctionne, que des résultats réels peuvent être atteints, raison pour laquelle la situation est prise au sérieux, afin que les pays désireux de tenter l'expérience disposent d'une certaine garantie, et que leurs craintes disparaissent. Il est nécessaire d'arriver à un changement de mentalité, en informant et en sensibilisant le public sur les propriétés bénéfiques du cannabis s'il est bien utilisé, aidant de nombreuses personnes sans être toxique ou nocif, et qu'il est important de respecter la liberté et le bon sens, pour le bien de tous.

Merci Julio, merci à l'Uruguay!

Commentaire en “Interview de Julio Calzada à la Spannabis 2015” (1)

Dolorès
28-05-2015
Ce Monsieur parle très bien ,et malheureusement dans notre pays , nous n'avons aucune personnalité aussi intelligente , qui songe aux malades qui souffrent. Merci à Alchimia. Bien cordialement et courage a ceux qui souffrent et qui ont ratés leur semis...c Vé qui est mon cas!
Jerome Alchimia
29-05-2015
Bonjour Dolorès, Effectivement, c'est un plaisir de pouvoir entendre des messages sensés de la part de personalités politiques, il s'agît d'un fait beaucoup trop rare en France. Bon courage et à bientôt

Vous souhaitez donner votre opinion sur "Interview de Julio Calzada à la Spannabis 2015" ou pauser une question sur ce post?

Le Pseudo apparaîtra!

Vérifiez que cet adresse email soit valide. Elle ne sera pas publiée.

Attention - doutes sur l'envoie et le paiement

Les questions et remarques à propos des envois ou des méthodes de paiement ont leur réponse dans la section Aide à l'achat et Système de paiement.

error_outline Utilisation des cookies
Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers afin d'amélioré la navigation et d'offrir des contenues d'intérêt. En continuant la navigation vous acceptez notre politique de cookies.

Sílvia, sempre somrient
keyboard_arrow_up