Nomenclature basique de génétique cannabique

Qu’est ce qu’une plante de cannabis IBL, S1, BX, F2 ou landrace ?

Plante de cannabis Hindu Kush de Sensi Seeds

Plante de cannabis Hindu Kush de Sensi Seeds

Au moment de l’achat d’un paquet de graines de cannabis, le cultivateur débutant peut rapidement se perdre au milieu des sigles qui accompagnent parfois les noms des variétés. Comprendre les bases de cette nomenclature aide en grande partie dans la sélection de la plante réellement désirée, nous avons donc grâce à cela une idée sur le produit qui nous est proposé. Comme nous le verrons par la suite, il existe une grande différence entre acheter une génération filiale (F2) ou une génétique IBL, même si nous parlons de graines d’une même variété.

Ces différences conditionnent aussi bien la culture des plantes en elle-même que le produit final que nous obtiendrons. Il est donc indispensable de connaître exactement ce que signifient ces différents sigles si nous souhaitons être le plus précis possible au moment de choisir les graines de cannabis à acheter. Les mauvaises surprises et les déceptions seront ainsi évitées, en obtenant des récoltes plus en accords avec nos goûts et nos préférences.

Variétés de cannabis pures

Également appelés landraces ou purebreds, les variétés pures de cannabis forment la base sur laquelle repose l’ensemble de la génétique cannabique développée durant ces dernières dizaines d’années. Il s’agit de variétés autochtones ou endémiques d’une zone en particulier et qui n’ont pas été croisées (hybridées) avec d’autres variétés. A l’heure actuelle il existe toujours un grand nombre de landraces disséminées sur toute la planète, appartenant à l’une des trois familles de cannabis cataloguées, Cannabis Sativa, Indica ou Ruderalis. Prenons comme exemple le Népal, dans ce pays où différentes variétés de cannabis pures sont cultivées (la plupart sont des Sativa), nous pouvons observer des génotypes différents au fur et à mesure qu’augmente l’altitude par rapport au niveau de la mer.

Chaque variété exprime ses gênes (génotype) en adoptant une forme déterminée durant la croissance et la floraison, en fonction de l’environnement (phénotype). C’est pour cela que les variétés pures, qui conservent donc un génotype plus pure, exprime une grande homogénéité entre les différents individus, entre les différents phénotypes. De cette façon, en achetant une variété pure nous pouvons nous attendre à des plantes aux schémas de croissance et de floraison très semblables, mais également avec des qualités organoleptiques et physiques semblables entre les différents individus .  Comme exemple de ce type de variété nous pouvons citer par exemple l’Hindu Kush de Sensi Seeds, la Colombia Punto Rojo de Cannabiogen ou encore la China Yunnan de Ace Seeds.

IBL ou hybrides de cannabis stabilisés

Création d'un croisement F1

Création d’un croisement F1

Les sigles IBL viennent de l’anglais InBred Line, ce qui signifie que les plantes ont été croisées avec un génotype identique (inbreeding). Au contraire, outbreeding se réfère à l’introduction de nouveaux gênes dans la variété. Même si cela peut se faire de façon naturelle avec l’autopollinisation de certaines plantes en particulier, il s’agit en général d’une technique utilisée en génétique végétale afin de fixer des traits désirables sur une variété déterminée sans utiliser d’autre variété. La ligné travaillée est ainsi stabilisée, que ce soit un hybride ou une landrace. En génétique cannabique pour être considéré comme variété IBL, une variété croisée avec elle-même doit être fortement stabilisée et proposer une grande quantité d’individus montrant des traits similaires. Comme exemple d’IBL nous pouvons citer par exemple les variétés de cannabis Skunk , Northern Lights de Sensi Seeds ou le catalogue de Serious Seeds. Le travail qu’il y a derrière un IBL de ce type est immense. Durant le développement d’un IBL de nombreuses plantes sont utilisées pour la sélection de parents, ce qui est essentiel si nous souhaitons obtenir les meilleurs résultats possibles. De plus, le breeder devra lutter contre la dépression endogamique (consanguinité) dont souffrent la plupart des espèces croisées avec des parents comportant des gênes très semblables. Ainsi, de même que pour les variétés pures, ce sont des variétés avec un éventail génétique relativement fermé et qui ne montrent pas de grandes différences dans leurs traits qui seront obtenus.

Quand deux plantes issues de différentes variétés pures ou IBL et avec des génotypes qui présentent des caractéristiques différentes, sont croisés ensemble, nous obtenons ce qui s’appelle un hybride F1, c’est-à-dire la première génération filiale du croisement entre un phénotype en particulier (Parental #1) du génotype A,  avec un autre phénotype en particulier du génotype B (Parental #2). Normalement, avec ce type de croisements nous obtiendrons une descendance relativement uniforme, en fonction de la stabilité des variétés utilisées comme parents. Si le croisement se réalise en partant de variétés pures ou IBL, la descendance (hybride F1) jouira de la vigueur Hybride ou hétérosis (processus inverse à l’endogamie et grâce auquel il est possible d’obtenir les “meilleurs” exemplaires). Des variétés comme la Red Afro de Tropical Seeds ou la Eddy de Original Delicatessen sont de bons exemples d’hybrides F1. La première génération filiale de n’importe quel croisement s’appelle F1, cette première génération se dénommera donc hybride F1 quand les parents sont de races pures ou IBL. Les meilleurs hybrides F1 sont généralement issus du croisement entre une plante de cannabis 100% Sativa, et une autre plante 100% Indica.

Formation d'une variété polyhybride

Formation d’une variété polyhybride

Quand nous croisons des individus de la génération F1 entre eux (que ce soit des variétés pures, hybrides, ou polyhybrides) nous obtenons la seconde génération filiale ou F2, et ainsi de suite. Il arrive fréquemment que la seconde génération filiale F2 donne une descendance plus hétérogène que la première. Nous pouvons nous attendre à 25% de plantes semblables à leurs mères, 25% semblables au père, et 50% qui présenteront un mélange plus ou moins équilibré entre les deux parents. Les travaux de stabilisation doivent se poursuivre génération après génération (F3, F4, F5 …) jusqu’à trouver ce qui donne une descendance uniforme et qui propose en même temps les qualités recherchées.

Aujourd’hui beaucoup de graines présentes sur le marché sont des polyhybrides, c’est-à-dire, des croisements entre différents hybrides. La descendance de ce type de croisement est, la plupart du temps, très hétérogène, donnant lieu à des plantes avec des différences notables entre elles. A partir de là, il est facile de comprendre la difficulté représentée par la stabilisation d’un croisement de ce type. Le mélange des différents traits génétiques provenant des différentes variétés qui composent le génotype du croisement rend difficile la sélection et la stabilisation de ce que nous souhaitons conserver. Comme nous l’avons dit, la grande majorité des hybrides sur le marché sont composés de polyhybrides, plantes créées à partir de variétés hybrides, comme par exemple la Jack 47 de Sweet Seeds ou Jack el Frutero de Philosopher Seeds.

Bx ou rétrocroisement de cannabis

Le rétrocroisement ou backcross est une technique appliquée par les breeders pour fixer des traits déterminés d’un parent en particulier utilisé pour réaliser le croisement. Pour cela, il faut choisir un exemplaire de la descendance du croisement (il peut venir de n’importe quelle génération, F1, F2, etc.) et le croiser avec le parent original duquel nous souhaitons renforcé les traits (également appelé parent récurent). De cette façon, des caractéristiques concrètes provenant du parent original se fixent en utilisant pour cela sa propre descendance. Dans le cas de vouloir une descendance encore plus semblable au parent choisi, il est possible de croiser une nouvelle fois la génération BX1 avec ce parent (ce qui donnera lieu au BX2 ou squaring). Il sera même possible de répéter l’opération une troisième fois (BX3 ou cubing) ou le nombre de fois nécessaires (BX4, BX5, etc.)

Création d'un backcross (rétrocroisement)

Création d’un backcross (rétrocroisement)

Cette technique s’utilise également pour essayer de cloner des boutures (de ceux dont il n’existe pas d’exemplaire mâle) sous forme de graines. Il faut choisir un parent donateur (mâle) qui permette aux caractères choisis venant du clone femelle de s’exprimer dans sa descendance. Ensuite, il faut répéter les rétrocroisements autant de fois que nécessaire afin d’obtenir l’objectif désiré, qui n’est autre qu’une descendance montrant le plus grand nombre possible de traits souhaitables de la mère d’origine. La variété de cannabis Apollo 13 BX de TGA Subcool est un bon exemple de l’excellent travail pouvant être effectué avec cette technique de reproduction végétal.

Cannabis S1 féminisé

Tropimango S1

Tropimango S1

S1 est le sigle qui désigne les premières générations filiales d’un croisement d’une plante femelle avec elle-même. Cela est possible grâce à différentes techniques et le résultat – dans le cas d’un travail effectué correctement – sont des graines très semblables à la femelle que nous souhaitons reproduire, en plus d’être également toujours femelles. Le sexe d’une bouture de cette femelle (ou d’une branche de celle ci) est inversé et le pollen produit est utilisé pour la polliniser.

Comme toujours en génétique, plus la femelle est stabilisée, plus stables seront les résultats. Cette technique peut s’utiliser également avec le même objectif que le rétrocroisement conventionnel pour les plantes femelles ou mâles, en sélectionnant et en fixant les caractères mais en partant d’un seul parent durant la première étape, c’est-à-dire, pour reproduire la première génération. Nous pourrons donc trouver des graines S2, S3 … ou des rétrocroisements fait à partir de la génération S1, S2 … une nouvelle fois avec la plante femelle originale. Voici quelques exemples de S1 comme la Tropimango de Philosopher Seeds, la SAD de Sweet Seeds ou encore la Trainwerck de Greenhouse.

24 septembre 2015 | Dictionnaire du cannabis
22 commentaires


22 comments on “Nomenclature basique de génétique cannabique

  1. Jazzbo

    Encore un super article, merci l équipe. Dites moi j avais testé une super weed quand j étais jeune qui venait du Sénégal (très douce, juste le smiley et les paupière un peu lourde). Proposez vous des landrace provenant du Sénégal?
    Merci d avance et bonne soirée.

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Jazzbo et merci pour votre soutient !

      Nous ne disposons pas dans notre catalogue de landrace du Sénégal, par contre vous pouvez essayer d’autres landrace africaines qui posséderont des similitudes avec ce que vous recherchez par exemple comme la King Congo de Tropical Seeds,la Congo de Ace Seeds ou encore la Ciskey de Tropical Seeds, vous pouvez également vous orienter vers un croisement comme la Bangi Haze de Tropical Seeds ou encore la Ace Seeds ou Durbakistan de Tropical Seeds.

      A bientôt

  2. Rastarco

    Bonsoir les calamars :p , j’aimerai savoir si j’ai bien compris , et merci pour cet article passionant et instructif !!! : F1 (première génération de 2 hybrides/landrace/IBL ..) , landrace (croisement de mâle et femelle de la même variété « tirée » de sa région naturelle) , BX (marqué un trait de la mère original en utilisant une plante F1/F2/.. de la descendence de ce croisement) , polyhybride (2 hybrides F1 différents croisé) , S1 (première génération de plante croisée avec elle-même) , IBL (variété stabilisée qui doit présenter bcp de traits communs entre les différents phénotypes). Merci de confirmer ou me reprendre si je dit des bêtises ! Si on est passionné vos articles on ne peut que les savourer 😀

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Rastarco,

      Sont appelées Landrace les génétiques de cannabis poussant naturellement dans une région définie, comme par exemple la Jamaican Blue Mountain ou encore la Malawi par exemple.
      Un F1 est le résultat de la première génération de croisement entre deux plantes de cannabis. Un « vrai » F1 doit normalement être le résultat du croisement entre deux génétiques opposées (100% Indica x 100% Sativa).
      Un IBL est le résultat stable du croisement entre deux génétiques issu de la même variété sur plusieurs générations.
      Un Backcross (BX) est le retour en arrière dans la ligne génétique. C’est-à-dire qu’il s’agit de croiser le résultat du croisement (autres que première génération) avec l’un des parents du croisement de départ.
      Un polyhybride est le résultat du croisement de différents hybrides.
      Un S1 est le résultat d’un croisement réalisé à partir d’une inversion du sexe d’une plante afin qu’elle s’auto-pollinise.

      A bientôt

  3. fafa

    salut l’équipe d’alchimia
    très bon article merci de partager votre savoir et pouvoir nous instruire sur cette fabuleuse plante
    du coup mes questions est :
    pourquoi pas nous faire une catégorie de IBL ?
    cela permettrait au breeders de IBL qui se donne du mal pour avoir ce phénotypes temps espéré
    comme par exemple celle que j’ai testé comme cette extraordinaire grapefruit x K#5 MALHEURESEMENT EN TEST LINE faut la commercialiser les copains ;°) 1 phénotypes identique sur 3 graines et le gout magique
    après sensi la compris pour augmenter les prix mais tres bon travaille

    car beaucoup de variétés ne doivent pas rentrer dans cette catégorie cela se voit énormément sur une session de purple les phénotypes au une couleur différente pour les même condition climatique peut on considérer deux phénotypes sur 10 graine IBL ?
    impatient de vos reponse

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Fafa,

      Oui, nous pourrions faire un TAG IBL, nous verrons pour mettre cela en place, mais c’est vrai qu’il n’y a pas beaucoup de variétés concernés 😉
      Pour la Grapefruit x K5, elle n’a malheuresement pas respecter les critères de sélection des collègues de Philosopher Seeds, si vous en avez encore la possibilité conservez une bouture.

      A bientôt

  4. Julien

    Bonjour alchi j’ai croisé un mâle Jamacain blubery bx avec une femelle sa la même génétic … Mais j’ai aussi croiser une heaven fruit et une sweet love avec mon mâle Jamacain blubery bx … Ca a marché j’ai de la graine lol qu’elle sont les risque ? Ma heven fruit à une odeur et un goût incroyable et ma sweet love a goût très atypique te le feuillage devient presque noir en fin de flo .. Quelle sont les risque d’avoir croiser des féminiser ? Parce que je vient de mettre à germer mes Jamacain bx mâle/heaven fruit féminiser … Je précise qu’elle on étais maltraiter et on montrer aucun signe d’herma

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Julien,

      Félicitations pour votre production de graines. Vous pouvez cultiver vos graines sans problèmes, il faudra rester vigilant sur l’apparition d’hermaphrodites, car même si vous avez testé le côté femelle, vous n’avez pas forcément poussé la floraison de l’exemplaire mâle (jam bx) pour vérifier sa stabilité.

      A bientôt et en vous souhaitant beaucoup de réussite dans vos croisements.

  5. Julien

    Merci beaucoup alchi et merci philosopher seed de nous proposer des génétic qui sorte du lot

  6. NatGéo

    Bonjour,

    Les graines S1 commercialisées par les grainetiers de renom, nécessitent-elles de la part du cultivateur/consommateur (de ces graines S1) un important travail de sélection, pour retrouver un phéno possédant la plupart (sinon toutes) les caractéristiques de la plante mère ayant engendré cette lignée S1 ?

    Merci pour cet article.

    1. Vincent

      Bonjour, cela dépend en bonne partie de la stabilité de la génétique utilisée, les polyhybrides pourront par exemple présenter quelques variations, mais de manière générale les plantes sont généralement très proches du clone original, d’où la popularité des génétiques S1. Une dizaine de graines féminisées permet par exemple de facilement retrouver plusieurs plantes aux caractéristiques recherchées. À bientôt!

  7. Nat

    Bonjour Vincent,

    J’ai récemment fait procéder à une analyse HPLC (en laboratoire), de 2 phénotypes d’une variété S1 issue d’une polyhybride, supposée en mesure de produire de 16 à 22% de CBD et 2% de THC au maximum.

    Les résultats de ces analyses ne laissent pas la place au doute. L’un des phénos ne contient qu’1% de CBD et le second seulement 2,8%, et leur taux respectif en THC s’élève à 18,5% et 19,9%.

    Les dissemblances entre phénos d’une même variété sont tout à fait concevables, mais dans la présente situation, l’impression qui se dégage est un manque de travail de stabilisation (donc problème connu du semencier, qui n’a tout de même pas hésité à commercialiser un produit inachevé), ou une erreur lors du conditionnement.

    Cependant, après quelques recherches sur le net, il semblerait que cette même variété S1 aurait fâcheusement tendance à reproduire le schéma cité plus haut…

    Malgré les résultats d’analyses, le semencier soutient que sa variété S1 est riche en CBD sur l’essentiel des phénos, mais qu’étant techniquement une hybride, de telles variations n’ont rien de surprenant.

    Même mis face au fait accompli, certaines personnes ne perdent pas leur aplomb, et continuent à affirmer l’inverse des preuves solides et irréfutables qui leur sont présentées.

    Malgré ce qui s’apparente à une escroquerie, je fais encore preuve de courtoisie en ne citant pas de nom.

    Face à cela, on ne peut que souhaiter l’avènement de régulations contraignantes pour les semenciers, afin que les produits vendues correspondent à la description desdits produits.

    Et enfin, il serait souhaitable de voir émerger des appareils, à destination des particuliers, capables d’analyser avec précision tous types d’échantillons. Le marché est mûr pour ce type de produit.

    En attendant, nous n’avons pas fini d’être pris pour des dindons.

    Sur ce, bonne continuation.

  8. Caztro

    Bonjour les alchimistes , voilà je me pose de nombreuses questions pour l’achat de futures graines , j’aimerais comprendre un peu mieux le travail des breeders . Prenons cet exemple , oni seed :
    « Une de leurs variétés phares est la Tropicanna Cookies, sélectionnée par Harry Palms, croisement entre GSC et Tangie, à retrouver parmi de nombreux croisements de première qualité. »

    Tropicanna Punch = Tropicanna Cookies x Purple Punch

    Il s’agit ici d’une femelle tropicanna cookies croisé avec un mâle purple punch , est-ce un polyhybrid ? Un f1 ? Autre ? Quel sera l’homogénéité sur 10 graines ? Est-ce que toute les graines donnerons un résultat extra ou est-ce qu’il faut mettre en place une véritable chasse au phénotype intéressant ?
    Souvent on vois les variétés gagnante de cannabis cup, comme la zkittlez mise en vente par des breeders, sous forme de cross ( harybo = zkittlez x afghan) . Quel est l’interêt de cet pratique ?
    Vas ton voir des breeders tels que thug pug, top dawg, dying breed seed sur alchi ?

    Merci pour tout

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Caztro,

      Dans le cas de la Tropicanna cookies, il s’agit bien d’un polyhybrid. Il y aura donc des différences plus ou moins importantes de phénotypes, ce qui peut être un avantage pour effectuer une sélection et trouver un clone en particulier comme vous le suggérez. En fonction de la qualité du travail du breeder et bien entendu de la génétique, il sera possible sur 10 graines d’avoir des phénos différents, mais tous inéressant.

      Si le Breeder souhaite stabiliser son hybride il pourra effectuer un retrocroisement, dans le cas de la Tropicanna cookies par exemple il faudrait la reproduire avec une Tangie ou une GSC en fonction des traits que le breeder souhaite fixer. Une variété de cannabis F1 est le résultat de la première génération de croisements entre deux plantes IBL ou landrace.

      Pour ce qui est des cross à partir de clone elite, c’est une façon de proposer sous forme de graines des génétiques normalement innacessibles. Pour le cas de la Harybo par exemple, le croisement avec l’Afghan n’interfère presque pas dans les caractéristiques de la Zkittlez ce qui permet d’avoir quelque chose de très ressemblant au clon, sous forme de graines.

      Nous essayons de rentrer le plus possible de banques de graines des Etats-Uni et du Royaume Uni, comme ONI, Purple Casper Seeds et autres, mais cela est vraiment difficile (parfois impossible) d’obtenir les graines en Europe. Soyez cependant attentif, nous travaillons durement pour faire rentrer de nouvelles banques et nous espérons bien que ce travail portera ses fruits.

      A bientôt

  9. yvislan

    Bonjour,
    J’aurais besoin que vous m’apportiez quelques précisions sur les graines féminisées et la possibilité d’en faire un pied mère, car certaines variétés ne sont disponibles qu’en féminisées et pas en régulières.
    Est-ce que les graines féminisées d’une variété possèdent le même génotype qu’une graine régulière de la même variété.
    Je m’explique : vais-je retrouver les différents gènes que l’on peut trouver dans une régulière avec la même diversité génétique des parents dans le cas d’hybrides et polyhybrides. Je suppose que pour les variétés dite homogènes, « pures », landraces, IBL, la question ne se pose pas. ( N’hésitez pas à me corriger si je me trompe)
    Est-ce que le choix pour faire des graines féminisées, se fait, sur un pied mère sélectionné pour certains traits génétiques qui reflète pour le breeder, grainier, le plus la variété en question, que l’on clone et auquel on applique une technique de féminisation ?
    Ainsi les graines obtenues sont une copie conforme du pied mère sélectionné . Cependant, on se prive du panel de phénotypes que l’on peut rencontrer par rapport à des régulières, ou procèdent-ils autrement ? En gros, est-ce que les graines féminisées ont le même bagage génétique que des régulières. Enfin, pouvez-vous m’expliquer la différence entre graine stabilisée et homogène car au fil de mes lectures, j’ai l’impression qu’elles sont souvent confondues.
    Je vous remercie, d’avance, pour vos réponses et vos articles forts instructifs.
    A bientôt

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Yvislan,

      La richesse génétique ne dépendra pas temps du format de la graine, régulière ou féminisée, mais plutôt du travail effectué sur la conception de la génétique. Un polyhybride possédera une diversité génétique plus importante, un IBL sera déjà plus limité par exemple.

      A bientôt

  10. yvislan

    Bonjour Jérome,
    Donc par exemple si je prend une graine régulière ou féminisée de Shiva Skunk de Sensi Seeds, ( ou une autre banque de graines reconnue pour la qualité de leur travail, pour une variété dispo en rég. ou fém. au sein de la même banque), les deux auront la même richesse génétique ?
    Merci et à bientôt

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Yvislan,

      Une variété similaire disponible en régulière ou féminisée possédera bien la même richesse génétique.

      A bientôt

  11. Dosi punch

    Bjr , je ne comprends pas bien pour les ibl , vous dites que pour un F1 il faut sois retrocroiser 2 landerace ou 2 ibl .je prends un exemple les nouvelles genetique de philosopher seeds a base de dosidos sont des f1, exemple purplepunch/dosidos , donc pour cette dernière il a fallu croiser un mâle et une femelle purplepunch et un mâle ou une femelle dosidos ensuite le résultat de chacune a été croiser ensemble pour finir. C’est a peu près ça?? Merci

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Dosi Punch,

      Les croisements de Philosopher à base de dosidos sont des polihybrides, résultat du croisement entre deux variétés composé de plusieurs croisements. Il s’agit simplement de prendre une femelle PurplePunch et de la polinisé avec du pollen de dosidos.

      A bientôt

  12. Tny

    Bonjour.

    Je voudrais savoir quel est le meilleur choix pour avoir la meilleur qualité possible en excluant les landrace.

    Faut’il prendre des IBLs, des F1, des S1 ???

    Et en ce qui concerne L’Og Kush quel Breeder ce reproche le plus du vrai croisement de cette variété ?

    Et quel Breeder détient la meilleurs zkittlez ? Du moins la plus stable niveau génétique et goût.

    Cordialement Tny

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Tny,

      Vous pouvez avoir de bonnes qualités avec n’importe quel type de plante. Le travail effectué par le breeder est ce qui fera la différence entre une bonne et une mauvaise génétique.
      Un IBL devrait donner un ensemble de plante plus stable, mais si le travail est effectué correctement vous pourrez retrouver cette stabilité avec les autres types de plantes.
      De mon point de vue l’OG#18 de Reserva Privada est l’une des meilleures OG disponible.
      La Zkittlez BX de Purple Caper Seed est une excellente option pour essayer ce type de génétiques.

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *