Insectes et maladies des plantes de cannabis

Description et symptomatologie avec photos des différentes maladies et pathologies pouvant affecter les plantes de cannabis. Pendant la culture de la marijuana nous pourrons rencontrer des attaques de différents types d’agents pathogènes qui menacent les plantes de cannabis.
Des insectes comme l’araignée rouge, les thrips, la mouche blanche, les insectes mineurs… et des moisissures comme l’oïdium, le botrytis, le mildiou, le phytium, qui sont les principaux ennemis du cannabis, en intérieur comme en extérieur. Comment combattre ces fléaux? Pourquoi apparaissent ils dans notre culture? Comment identifier et traiter les insectes et maladies des plantes de cannabis? ou comment éviter leur apparition? sont des questions fréquentes auxquelles cette section répondra spécifiquement selon le type d’insecte ou de champignon à traiter.

L’Alternaria dans la culture de cannabis

Qu’est ce que l’Alternaria ?

L’Alternaria est un champignon de la famille des Pleosporaceae, un groupe d’espèces de champignons représentant une menace pour la majorité des plantes, dont le cannabis. Il s’agit d’un champignon capable de survivre durant des périodes considérables dans le sol, particulièrement s’il y a présence de matières organiques en décomposition sur le lieu de culture.

Vue microscopique de l’Alternaria Alternata.

Vue microscopique de l’Alternaria Alternata.

L’Alternaria affecte également les personnes (Alternaria alternata), en effet il est estimé qu’approximativement 15% de la population est plus ou moins allergique à ce champignon. Il s’associe en général à l’asthme bronchique et la à rhinite allergique (appelée populairement rhume des foins), il peut également occasionner des problèmes cutanés.

Pour le moment, 44 espèces de ce champignon sont connues, il est impliqué dans les processus de décomposition et se retrouve dans la population de champignons de quasiment tous les pays. Il est estimé qu’au moins 20% des pertes en agriculture sont causées par l’Alternaria.
Lire plus à ce propos

Les virus dans la culture de cannabis

Les virus et le cannabis

Virus de la mosaïque du tabac VMT (Source : Wikipedia)

Virus de la mosaïque du tabac (Wikipedia)

Au jour d’aujourd’hui, l’origine des virus reste incertaine, il existe en effet trois théories différentes expliquant leur origine et leur évolution :

  • Hypothèse régressive : les virus proviendraient de petites cellules ayant parasitées des cellules plus grandes, et ayant perdu une partie de leur matériel génétique avec le temps.
  • Hypothèse d’origine cellulaire : les virus se seraient formés à partir de morceaux d’ADN et d’ARN provenant d’organismes plus grands.
  • Hypothèse de la coévolution : les virus proviendraient de molécules protéiques et d’acides nucléiques.

Les phytovirus (virus qui attaquent les organismes végétaux) sont des parasites intracellulaires qui ne peuvent pas se reproduire sans un organisme hôte. Il faut rappeler que la connaissance actuelle sur les phytovirus est légèrement inférieure à celle de leurs homologues attaquant les animaux. Il existe cependant différents virus qui sont connus pour attaquer les plantes de cannabis et qui sont capables de dévaster une plantation rapidement.

L’un d’eux est le virus de la mosaïque du tabac ou VMT (TMV en anglais, tobacco mosaic virus). Il s’agit du premier virus à avoir été découvert, la maladie ayant d’abord été identifiée par Aldolf Mayer en 1886. En 1898, Martinus Beijerinck reproduisit les expériences de Dimitri Ivanovsky (1892) et utilisa le terme « virus » pour identifier la cause du VMT, qui n’était donc pas dû à une bactérie ni à une moisissure.

La plupart des phytovirus connus sont spécifiques à certaines espèces végétales, ce qui signifie qu’ils ont besoin d’un type de cellules hôtes en particulier afin de pouvoir se reproduire, limitant ainsi leurs attaques à un petit nombre d’espèces. Quoi qu’il en soit, il existe tout de même différents virus capables d’attaquer un large éventail d’espèces, et qui sont de plus les plus agressifs.

Lire plus à ce propos

Pourriture racinaire et cannabis

Les protistes de type Phytophthora

Phytophthora au microscope

Phytophthora au microscope

La Phytophthora (en grec « destructeur de plantes ») est un type de protistes de la famille des Oomycètes décrits pour la première fois par Heinrich Anton de Bary en 1875. Les protistes sont des organismes qui forment la quatrième catégorie du règne eucaryote, les trois autres étant les champignons, les animaux et les plantes. Plus de 100 espèces différentes de Phytophthora ont été décrites.

Cet organisme est capable de survivre au niveau des couches superficielles du sol (également dans les restes végétaux) durant de longues périodes de temps, causant des dommages sur de nombreux types de plantes, comme dans notre cas avec le cannabis. Il n’a donc pas besoin de plante-hôte pour survivre, et attaque celles qui sont à proximité quand les conditions de températures et d’humidité dans l’armoire de culture ou en extérieur sont adéquates pour sa reproduction. Lire plus à ce propos

Combattre les pucerons dans la culture de cannabis

Qu’est ce que le Puceron ?

Pucerons

Pucerons

Les pucerons sont des parasites aphidoides formant une sous-famille au sein des insectes hémiptères. De la même façon que de nombreux autres insectes, ils peuvent représenter un parasite sérieux pour de nombreuses espèces végétales dont ils se nourrissent, en plus d’être un insecte vecteur de différents virus et maladies. Il s’agit de petits insectes de différentes couleurs (en général jaune, noir ou vert) d’une taille de 1 à 3mm. Son corps a une forme ovoïdale et les 3 parties le composant (tête, thorax et abdomen) ne sont pas identifiables. Ils peuvent posséder des ailes (aptères) ou bien deux paires de petites ailes membranaires et transparentes. Sur la partie finale de l’abdomen ils disposent de deux petits appendices qui leur servent à sécréter des substances répulsives qui les protègent des prédateurs naturels.

Ils se trouvent généralement sur le dessous des feuilles et sur les troncs, formant de grandes colonies de dizaines (ou de centaines) d’individus. Ils développent une relation symbiotique avec d’autres insectes comme les fourmis ou les abeilles. Les pucerons sécrètent par l’anus une substance sucrée, semblable à de la mélasse, dont s’alimentent les fourmis, qui de leur côté protègent en retour les pucerons des prédateurs. Il se passe le même phénomène avec les abeilles qui incorporent cette mélasse dans le miel qu’elles produisent. Lire plus à ce propos

La mouche noire de terreau dans la culture du cannabis

Qu’est-ce que la mouche de terreau ?

La mouche de terreau ou sciaride (Sciaridae) est un insecte diptère de petite taille, entre 3 et 5 mm, connu également comme mouche du substrat, mouche de l’humidité ou encore mouche noire. Il s’agit de petites mouches de couleur foncée, qui apparaissent généralement dans les zones inférieures des plantes et dans le substrat de culture, s’alimentant de mélasse, de sucres et de matière organique en décomposition.

Mouche de terreau (sciaride)

Mouche de terreau (sciaride)

Elles préfèrent vivre dans des conditions avec peu de lumière et une grande humidité, et apprécient aussi les températures élevées. Il s’agit donc d’un parasite qui se retrouve très souvent dans les cultures sous serres ou dans les placards de culture d’intérieur. Les cultures hydroponiques sont spécialement sensibles à ce parasite, mais l’excès d’humidité en substrat organique (terre..) constitue également un excellent habitat pour ces insectes.

A l’heure actuelle 1 700 espèces de sciarides ont été répertoriées, même si l’on estime que le chiffre total d’espèces de cette famille peut approcher les 20 000 (localisées en majorité dans les tropiques), et que 600 de celles-ci sont établies en Europe. Lire plus à ce propos

Qu’est ce que le Mildiou et comment le combattre ?

Qu’est ce que le Mildiou ?

Tissu de basilic touché par le Mildiu, vue microscopique.

Tissu de basilic touché par le Mildiou, vue microscopique.

Le Mildiou est une maladie cryptogamique produite par des champignons et qui permet la croissance d’hyphes fongiques sur les tissus végétaux, le bois, le cuir, le papier, etc. Semblable à l’Oïdium, le Mildiou pénètre les tissus des feuilles, des branches et des fruits mais ne reste pas uniquement en surface comme c’est le cas avec l’Oïdium. Etant un endoparasite, nous ne pouvons pas observer sa structure avant que les dommages produits sur la plante soit considérables, dégâts souvent visibles sur les parties aériennes de la plante. Il fait partie de la famille des Peronosporaceae, composée de 7 genres et quelques 600 espèces.

En agriculture il affecte les cultures de patates, les vignes, le tabac et les cucurbitacées, sans oublier, évidemment, les cultures de cannabis. Il s’agit d’un pathogène assez spécialisé, en effet, chaque espèce attaque, en général, une quantité déterminée – et relativement faible – de plantes.

L’une des espèces les plus connues est le Plasmopara viticole ou Mildiou de la vigne, qui fut introduit en Europe en 1878 par les français quand ils importèrent des cèpes de vignes américaines résistantes à la filoxera, mais portant ce champignon. Lire plus à ce propos

Le champignon Fusarium et le cannabis

Qu’est ce que le Fusarium ?

Fusarium observé au microscope

Fusarium observé au microscope

Fusarium est le nom donné à une famille de filaments fongiques vivant dans le sol, en association avec toutes les plantes, dont le cannabis. La plupart des espèces sont saprophytes, c’est-à-dire qu’elles se nourrissent de résidus provenant d’autres organismes. La Fusariose est le nom donné à la maladie provoquée chez les plantes par certaines espèces de champignons du genre Fusarium (phytopathogènes), qui se développent dans ce cas comme des parasites.

Ils constituent un important agent de contamination dans les  cultures et laboratoires, certaines espèces de Fusarium attaquent également les céréales et produisent des mycotoxines capables d’affecter l’homme en produisant des maladies ou infections cutanées comme la kératomycose ou l’onychomycose.

Les soviétiques ont été accusés d’utiliser la toxine extraite du Fusarium comme arme biologique au Laos, au Cambodge et en Afghanistan, alors que les États-Unis ont de leur côté proposé l’utilisation de ce champignon comme arme de lutte contre les plantations de coca en Colombie. Lire plus à ce propos

Combattre la mouche blanche dans la culture du cannabis

Qu’est ce que la mouche blanche?

Mouches blanches

Mouches blanches

Les mouches blanches sont des insectes homoptères de la famille des Aleurodes (aleyrodidae) qui attaquent de nombreux types de plantes cultivées, dont les plantes de cannabis. Il s’agit de très petites mouches d’environ 2mm de long et de couleur blanchâtre, dotées d’une paire d’ailes pour se déplacer. Elles sont généralement visibles sous les feuilles (où elles pondent leurs œufs, comme nous le verrons par la suite) et comme les autres insectes suceurs tels le puceron, le thrips ou la cochenille, elles s’alimentent en aspirant la sève des plantes.

Le corps est divisé en trois parties: la tête, le thorax et l’abdomen. Comme les autres insectes, elle possède 6 pattes, accompagnées d’une paire d’ailes blanches comme système de locomotion. Son appareil buccal piqueur – suceur lui permet de s’alimenter de la sève des feuilles et des jeunes tissus.

Reproduction de la mouche blanche

Cet insecte se reproduit en pondant des œufs, qu’il dépose sur la partie inférieure des feuilles à raison de 180-200 par ponte. Ces œufs sont presque microscopiques, de forme ovale – pyramidale et de couleur blanche – jaunâtre. Les mouches blanches présentent généralement 4 générations par an (une génération est la durée du cycle vital de l’insecte, depuis l’œuf jusqu’à la mort de l’adulte) selon les conditions climatiques et l’hygiène, pouvant ainsi aller jusqu’à 10 générations par an en serre, devenant alors un problème sérieux pour la culture du cannabis en intérieur. Lire plus à ce propos

Chenilles et plantes de cannabis

Une chenille aux couleurs vives

Une chenille aux couleurs vives

Pendant la saison de la culture de cannabis outdoor, de nombreux insectes se nourrissent hélas de nos plantes.

Nous nous intéressons ici à l’un des prédateurs les plus voraces qui attaquent les plantes de cannabis, les abîmant à tel point que les fleurs récoltées pourront être impropres à la consommation: les chenilles.

Qu’est ce qu’une chenille?

Les chenilles sont les larves des insectes de la famille des lépidoptères, plus connues après leur métamorphose sous le nom de papillons. Il existe de nombreuses espèces de papillons que l’on pourra trouver dans le monde entier, et donc d’innombrables variétés de chenilles aux couleurs et tailles différentes, qui présenteront toutefois quelques caractéristiques communes, comme le corps segmenté, les 6 pattes ou les crochets des pseudo pattes.

Avant de rencontrer une chenille sur nos plantes de cannabis, nous aurons pu observer un papillon se poser sur les feuilles ou les fleurs les plus hautes. Le papillon déposera généralement ses œufs avant la saison hivernale, ces œufs écloront lorsque les températures seront plus adaptées, soit en fin d’été lorsque la chaleur est encore suffisante. Ainsi, ces œufs sont déposés, mais nous aurons le temps de les détecter avant leur éclosion, qui doit réunir des conditions favorables. Lire plus à ce propos

Pythium et cannabis

Les variétés de marihuana partagent beaucoup de maladies et d’invasions de nuisibles qui affectent également d’autres types d’espèces végétales. Elles peuvent varier selon les conditions de culture et la région où elles vont
être cultivées.

Champignons sur une plante de cannabis

Champignons sur une plante de cannabis

La production agricole massive et son agro-technologie ont été la cause de la prolifération des nombreux agents pathogènes et des différents parasites qui attaquent les champs horticoles de toute la planète. L’usage de pesticides et de fongicides ont transformé les méthodes et techniques pour réaliser des cultures en agriculture conventionnelle. Connaitre les différentes épidémies et maladies qui envahissent les cultures de cannabis vous apportera une connaissance supplémentaire qui vous aidera à identifier n’importe quelle attaque et vous permettra de la combattre efficacement.

Comment agit le Pythium sur les plantes de cannabis?

Nous le connaissons comme Pythium, mais en réalité il s’agit d’un groupe de champignons radiculaires.

Ils appartiennent à une famille appelé Mastigomycotina Oomycetes, son nom scientifique est, Peronosporales Pythiaceae Pythium spp. Les espèces les plus communes sont; Pythium aphanidermatum., Pythium ultimum., et Pythium debaryanum. Ce champignon peut proliférer avec une extrême facilité en pépinière, culture de cannabis en intérieur ou sous serre. Affectant différentes zones, ce champignon peut être la cause de la perte totale de la production de la culture. Nous pouvons trouver deux attaques bien distinctes.

Attaque pré-émergente : Cela se produit durant le processus de germination avant que la graine n’ait germée. Durant ce processus le champignon profite de l’hydratation de la graine pour s’introduire à l’intérieur de cette dernière et l’infecter. Cela diminue le taux de germination, arrivant même à empêcher la germination totale des graines utilisées. L’attaque dépend des conditions environnementales lesquelles peuvent être très variées.

Attaque post-émergente: Cette attaque se produit sur le tronc de la plante ou l’on peut observer un rétrécissement au niveau du cou en contact avec le substrat. La prolifération du mycélium sur ces zones des cellules se fait en s’alimentant de ses contenus. Lire plus à ce propos