Combattre les pucerons dans la culture de cannabis

Qu’est ce que le Puceron ?

Pucerons
Pucerons

Les pucerons sont des parasites aphidoides formant une sous-famille au sein des insectes hémiptères. De la même façon que de nombreux autres insectes, ils peuvent représenter un parasite sérieux pour de nombreuses espèces végétales dont ils se nourrissent, en plus d’être un insecte vecteur de différents virus et maladies. Il s’agit de petits insectes de différentes couleurs (en général jaune, noir ou vert) d’une taille de 1 à 3mm. Son corps a une forme ovoïdale et les 3 parties le composant (tête, thorax et abdomen) ne sont pas identifiables. Ils peuvent posséder des ailes (aptères) ou bien deux paires de petites ailes membranaires et transparentes. Sur la partie finale de l’abdomen ils disposent de deux petits appendices qui leur servent à sécréter des substances répulsives qui les protègent des prédateurs naturels.

Ils se trouvent généralement sur le dessous des feuilles et sur les troncs, formant de grandes colonies de dizaines (ou de centaines) d’individus. Ils développent une relation symbiotique avec d’autres insectes comme les fourmis ou les abeilles. Les pucerons sécrètent par l’anus une substance sucrée, semblable à de la mélasse, dont s’alimentent les fourmis, qui de leur côté protègent en retour les pucerons des prédateurs. Il se passe le même phénomène avec les abeilles qui incorporent cette mélasse dans le miel qu’elles produisent.

Reproduction du puceron

Les pucerons peuvent avoir besoin d’une seule plante pour compléter leur cycle biologique, appelé alors cycle monoïque, il est possible cependant qu’ils aient besoin de deux plantes différentes, il s’agira alors d’un cycle dioïque. Ils peuvent également se reproduire avec des œufs (reproduction sexuelle, intervention de femelles et de mâles, ces derniers seront plus petits) ou de façons asexuées (parthénogenèse). Leur reproduction est curieuse, effectivement, au fur et à mesure qu’avancent les générations et en fonction des facteurs environnementaux la descendance prendra différentes formes, offrant ainsi un énorme degré de polymorphisme. La métamorphose effectuée par les nymphes pour atteindre l’âge adulte est minime, les larves et les adultes proposeront donc de grandes similitudes, la différence sera bien entendu au niveau de la taille.

Invasion de pucerons sur une feuille
Invasion de pucerons sur une feuille

Le cycle de reproduction des pucerons est rapide, ce parasite pourra donc se convertir rapidement en un problème sérieux. En extérieur, les œufs passent généralement l’hiver en latence jusqu’à l’apparition de conditions climatiques propices à leur éclosion. Bien entendu, durant les cultures en intérieur ils se reproduiront de façon ininterrompue, ce qui peut avoir de graves conséquences si le parasite n’est pas contrôlé à temps. Les pucerons peuvent rester sur la même plante colonisée du moment que les conditions sont favorables, si cela n’est plus le cas les femelles seront capables de produire une descendance ailée qui migrera jusqu’à une autre plante.

Symptômes et dommages causés par le puceron

Les pucerons s’alimentent grâce à un filament buccal piqueur-suceur qui perce le tissu végétal et suce la sève de la plante. Comme nous l’avons commenté, en plus du dommage causé sur la plante à cause de son rôle de plante nourricière, il faut également rajouter le risque de contagion de virus ou de maladies. Le tissu de la plante n’étant pas déchiré lors de l’alimentation, il est très difficile d’observer des indices de la présence du parasite, en effet ils ne laissent aucune marque sur les feuilles comme le font d’autres insectes.

Pucerons sur les troncs
Pucerons sur les troncs

En général, le premier symptôme observable est justement la présence des pucerons sur les plantes, ils sont en effet facilement visibles d’un simple coup d’œil. Nous pouvons également voir certaines feuilles jaunir, se froisser et se sécher, mais également l’apparition de dépôt en forme de mélasse qui peuvent attirer différentes maladies et champignons comme la Fumagine que nous pouvons traiter avec de oxychlorure de cuivre. À l’inverse d’autres insectes, les pucerons préfèrent les parties tendres de la plante pour s’alimenter, elles pourront alors être collantes. La présence de fourmis noires (Asus Niger) peut également être le symptôme de la présence de pucerons sur la plante, effectivement elles s’alimentent de la mélasse sécrétée par les pucerons, en les protégeant de la même façon que le fait un berger avec son troupeau.

Le puceron est donc, comme la mouche blanche ou d’autres insectes, un parasite capable d’anéantir une culture à cause de sa facilité de reproduction et pour son déplacement, mais grâce également à sa capacité de transmettre des virus et des maladies. Ils préfère des climats chauds et la sécheresse environnementale, le printemps et l’été seront donc ses saisons de reproduction naturelle. L’excès de fertilisant peut également augmenter le risque d’apparition des pucerons.

Prévention et contrôle du puceron

Comme toujours, nous aimerions insister sur l’importance de la prévention au moment d’affronter n’importe quel parasite pouvant affecter nos plantes, spécialement si nous avons une armoire de culture, qui est un habitat idéal pour la reproduction d’un grand nombre de parasites. Maintenir notre jardin propre, en retirant les mauvaises herbes et les restes végétaux en décomposition est une bonne façon de commencer la prévention. Nous pouvons opter pour l’association bénéfique de plantes, en cultivant du chèvrefeuille, du lupin, des digitales, des orties, des soucis, ou de l’armoise - entre autres – à proximité des plantes sensibles aux pucerons, comme les rosiers, les hortensias, les tulipes ou les différentes variétés de cannabis. Pulvériser régulièrement des insecticides naturels comme du savon potassique, de l’huile de neem ou des pyréthrines, comme l’Expelex, aide à maintenir éloignées les possibles attaques d’insectes et de champignons. Au niveau de la lutte biologique, comme méthode de prévention nous pourrons utiliser le parasite Aphidius Colemani, une petite guêpe de 3-4 mm qui s’alimente principalement de pucerons ; mais également les célèbres coccinelles (Adalia Bipunctata), ou encore les chrysopes (Chrysopa Carnea).

Si nous avons déjà une petite population de pucerons sur nos plantes, nous pouvons opter pour des remèdes naturels et biologiques (que nous recommandons toujours) ou bien pour l’utilisation d’insecticides chimiques, mais qui sont hélas beaucoup plus nuisibles pour la santé et l'environnement. Même si les pucerons ont un grand nombre de prédateurs naturels, il est relativement difficile de contrôler un parasite en utilisant simplement ces prédateurs ; nous devrons probablement recourir à d’autres traitements comme des pulvérisations de roténone, de farine d’orties ou d’ail, mais également des insecticides « fait maison » à base de tabac (la nicotine est un puissant poison utilisé dans un grand nombre d’insecticides). Si le parasite se trouve seulement sur certaines jeunes pousses, nous pouvons retirer les parties affectées et continuer la prévention habituelle contre ce parasite.

Fourmis protégeant son troupeau de pucerons d’une coccinelle
Fourmis protégeant son troupeau de pucerons d’une coccinelle

Si l’utilisation de produits chimique est inévitable, il faudra penser en priorité à la Nature, en essayant de faire en sorte que ces produits soient le moins nuisibles possible pour l’environnement et qu’ils ne soient pas nocifs pour les ennemis naturel du parasite que nous souhaitons éliminer. Certains cultivateur utilisent un insecticide systémique (la plupart des insecticides chimiques systémiques pour lutter contre le puceron disponibles sur le marché possèdent comme principe actif du diméthoate, très toxique), tous les insectes qui s’alimenteront de la plante seront alors empoisonné, et l’effet dure plusieurs semaines. Avec Alchimia nous préférons toujours promouvoir la culture écologique et respectueuse de l’environnement, nous conseillons donc réserver la solution chimique en tant que dernier recours, pour des situations vraiment exceptionnelles ou désespérées.

Comme d’habitude nous vous rappelons qu’il est toujours préférable de prévenir plutôt que de guérir. La meilleure façon de ne pas avoir à lutter conter un parasite sera de suivre une série de mesures qui compliqueront son apparition, nous économiserons ainsi du temps de travail et des maux de tête, nous permettant ainsi de profiter d’une culture saine et naturelle.

Commentaire en “Combattre les pucerons dans la culture de cannabis” (10)

Jo
18-04-2019
Bonjour la compagnie, Je vous fait part d'une technique pour eleminer les pucerons et qui fonctionne depuis pas mal de temps (pour mon cas)... le coca cola en pulvérisation, c'est radical et la plante ne bronche pas... Je ne l'ai pas utilisé en floraison vu qu'il n'y avait pas nuisible.
BeuhC
11-10-2018
Bonjour, Je suis a quelques jours de la récolte (4/5 jours) et je viens de m'apercevoir que mon plant est infesté de pucerons..... je viens de couper une branche que j'ai manucuré et nettoyé au pinceau...mais y en a partout je ne sais pas si c'est suffisant etc... Que puis-je faire pour stopper ça ? Et/Ou est ce que ma récolte est fichue...? Merci pour vos réponses..J'ai besoin d'aide stp.
Jerome Alchimia
16-10-2018
Bonjour BeuhC, Utilisez le FTB de Vegamatrix, c'est un insecticide efficace contre tous les parasites et composé de terpènes, donc 100% naturelle. Le seul produit à ma connaissance qui puisse s'appliquer juste avant la récolte. A bientôt
Feuilles bouffées
10-08-2018
Bonjour Alchimia .! J' ai des feuilles ( et plants ) en bonne santé , mais certaines feuilles se développent avec tout des petits trous , qui sont les traces d' un festin , apparemment survenu alors que ces feuilles devaient être à leur 1er stade de développement ( feuilles petites et tendres ... ) .. Pouvez vous me dire à quels insectes cela peut il être dû .?? Je pense aux chenilles ... PS : Les feuilles présentent des petits trous et aussi avec leurs extrémités soit bouffées , soit inexistantes ( feuilles de canna arrondies , sans leurs pointes .... ) Merci à vous ..
Jerome Alchimia
13-08-2018
Bonjour Feuilles bouffées, Il pourrait bien s'agir de chenille en effet. Il faudra essayer de repérer le prédateur, regardez bien de partout, elles sont parfois difficiles à détecter. A bientôt
Mustafa
07-08-2018
Bonjours, j'ai eu une invasion de pucerons dans ma culture indoor comment cela ce fait il ?
Jerome Alchimia
07-08-2018
Bonjour Mustafa, C'est effectivement peu commun, vous avez dû les introduire dans votre jardin involontairement (avec une autre plante, sur vos habits ...) A bientôt
syu
11-07-2018
bjr je vien de m apercevoir que jai une invasion de puceron il sont jaune plus ou moin gros je coupe dans 4 jours jai couper pas mal de feuille ou il y en avait pas mal il me reste que les feuille des tete pr les 4 jour restant que doije faire pr limiter la casse merci a premier vue les tete son parfaite bien resineuse pas de puceron sur les tete ou tre peu mais bcp sur les feuille voila
Jerome Alchimia
11-07-2018
Bonjour Syu, Surveillez votre plante les jours restant et soyez attentif lors de la manucure de bien retirer tous les possibles restent de puceron. A bientôt
Benoit
31-01-2018
Bonjour. Je me suis aperçu qu'il y avait des microscopiques bestiole dans les plants. En croissance et en Flo. Elles ont un corps sombre transparent et pattes blanche aussi transparente. On dirait aussi Qu'elles ont 2 petit crocs au niveau de la bouche. Qu'elles sont c'est bestioles?sont elles dangereuses pour MA santé? Et comment les combattrent? Merci d'avance pour vos réponses.
Jerome Alchimia
31-01-2018
Bonjour Benoit, Difficile a dire comme ça. L'idéal serait que vous puissiez nous envoyer une photo , au moins des plantes à info@alchimiaweb.com . Sinon faites une recherche sur Google des différents parasites existants pour voir ce qui ressemble le plus. Je ne peux vous dire comment les combattre sans savoir de quel parasite il s'agit. Je vous avais donné une bonne piste avec l'utilisation des Macrobiol. Il y a vraiment peu de chance pour que ce parasite soit dangereux pour votre santé. A bientôt
Arnaud Smet
07-12-2017
Et pas trop de risque au moment de "consomer"? Merci pour le temps que vous m avez consacré. Bien à vous
Jerome Alchimia
11-12-2017
Bonjour Arnaud, Ce ne sera pas l'ideal, mais ce ne sera pas dangereux pour la santé. A bientôt
Arnaud Smet
07-12-2017
Bonjour. Je me suis rendu compte du problème "puceron" seulement à la "tonde" de les plantes!! Que puis je faire? Que me conseiller vous? D avance merci d avoir pris le temps de me le lire et en espérant une réponse assez rapide. Bien à vous.
Jerome Alchimia
07-12-2017
Bonjour Arnaud, Il n'y aura malheureusement pas grand chose à faire. Essayez de retirer les restes de pucerons dans les têtes sèches mais vous aurez toujours quelques résidus. A bientôt
Auto sales
23-06-2016
Pour combattre efficacement les pucerons, il faut d'abord savoir les identifier. Ce principe est d'autant plus vrai si l'on a recours des m thodes de lutte biologique, mais il l'est aussi parfois lorsqu'on a recours des m thodes de lutte chimique. Autrefois, les deux esp ces de pucerons les plus courantes dans les serres de l'Ontario taient le puceron vert du p cher et le puceron du melon. Depuis la fin des ann es 1990, toutefois, le puceron de la pomme de terre et le puceron de la digitale sont devenus beaucoup plus fr quents.
spacef
24-03-2016
Hello, je voulais apporter une précision: savon potassique : c'est du "savon noir de marseilles" et il y en a "spécial jardinage" sans potasse ou moins que dans le savon noir de base. Perso jutilise du "normal" et 99.9% bio (avec un peu de potasse) . ça fonctionne pour toutes les plantes. Le savon noir dilué à raison de 3 à 5 cuillère à soupe par litre d'eau va enrober les insectes (pucerons, chennilles, etc etc) et en séchant, va les étouffer dans une gangue. les larves n'éclosent pas. On peut le faire jusqu'à la floraison/pré-floraison. On peut ajouter dans le mélange des oligo éléments et autres nutriments à pulvériser. Il y a des mélanges spécial jardinage déjà tout fait. Et même sans pucerons, mettre un peu de savon noir dans le mélange permet au mélange d'engrais à pulvériser de mieux pénétrer les feuilles. Certaines personnes mettent 1 goutte de liquide vaisselle, ce qui est vraiment le truc à éviter quand on connait un peu le jardinage et surtout quand on ne sait pas vraiment ce qu'il y a dans votre liquide vaisselle polluant. Pour les pucerons noirs des racines (souterrain, on ne les voit pas), la plupart des jardiniers recommande le purin d'ortie. On peut se le faire soi même mais ça pue, et quand on l'achète il faut bien regarder la date de péremption. Sinon, un plant de menthe à coté de votre plant va attirer des insectes qui laisseront votre plant tranquille (chenilles etc, et les chenilles, comme tout insecte, n'aiment pas non plus le savon noir qui les empêche de respirer). Pour les décoction de tabac pour obtenir la nicotine, ok, mais il faut savoir que pas mal de marque de cigarettes qui disent qu'elles font des cigarettes sans additifs se tapent des procès pour pub mensongère au états unis (genre "esprit américain" pour ne pas citer la marque) et que ceci n'est pas connu en UE. Donc il faut se méfier et se renseigner à moins que quelqu'un démontre que l'arsenic, le pollonium, les agents de texture etc sont bons pour vos plantes de la même façon qu'ils sont très bon et recommandé pour vos poumons :-)
Jerome Alchimia
29-03-2016
Bonjour Spacef, Merci pour ce complément d'informations et ces conseils pertinents. A bientôt

Vous souhaitez donner votre opinion sur "Combattre les pucerons dans la culture de cannabis" ou pauser une question sur ce post?

Le Pseudo apparaîtra!

Vérifiez que cet adresse email soit valide. Elle ne sera pas publiée.

Attention - doutes sur l'envoie et le paiement

Les questions et remarques à propos des envois ou des méthodes de paiement ont leur réponse dans la section Aide à l'achat et Système de paiement.

error_outline Utilisation des cookies
Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers afin d'amélioré la navigation et d'offrir des contenues d'intérêt. En continuant la navigation vous acceptez notre politique de cookies.

keyboard_arrow_up