« Opération Origan »: des policiers vendent de la fausse marijuana pour mettre fin au trafic de drogue

En 1981, le district de Columbia aux États-Unis a battu son propre record : 86 citoyens sont morts d'une overdose d'héroïne. Pour lutter contre le problème croissant de la drogue, la police de la ville a lancé une répression totale du marché de la drogue. Un nouveau groupe de travail surnommé le mantra "tout est permis" a reçu le feu vert pour perturber le trafic de drogue à Washington, D.C., y compris l'arrestation de plus de 200 trafiquants présumés, l'utilisation de caméras vidéo et de camions-citernes pour intimider et chahuter les acheteurs et les vendeurs de rue… et même un agent d'infiltration déguisé en mascotte de l'alcool Schlitz (c'était un taureau, soit dit en passant) pour procéder à des arrestations surprises.

Mais l'une des méthodes policières pour perturber les ventes de cannabis n'était pas destinée à arrêter qui que ce soit. Dans une idée pour le moins farfelue, des agents infiltrés se sont fait passer pour des revendeurs de la région ayant la réputation d'avoir la meilleure marijuana de la ville. Surnommée «Operation Oregano Scam», elle visait à vendre de la fausse herbe à des clients sans méfiance, donnant à la région une «mauvaise réputation» qui, selon eux, effrayerait les acheteurs potentiels.

Ainsi, en septembre 1981, la police secrète a pris le contrôle de la zone et a commencé à vendre des sachets d'origan aux clients qui visitaient la région dans l'espoir d'obtenir de l'herbe. Des agents en civil se sont installés au coin d'une rue, vendant de la fausse marijuana pendant des jours, distribuant de l'origan en paquets de 5 $ à des acheteurs crédules…. mais sans procéder à aucune arrestation.

« Cela décourage les gens de venir dans la région… Nous avons des agents assez ingénieux qui inventent des trucs. Je les soutiens tant que ce qu'ils font n'est pas illégal."
- Chef de la police de D.C. Maurice T. Turner, 1981, sur 'Operation Oregano'

"Frère, rends-moi mon argent"

Selon le journal The Washington Post en son temps dans une chronique hilarante de l'opération, quatre officiers vêtus de vêtements de ville convenablement décontractés étaient stationnés à l'intersection de Chapin et de la 15e rue, à côté de Meridian Hill Park. Plusieurs marchands ambulants réguliers, qui ont reconnu les quatre comme des policiers lorsqu'ils sont arrivés dans une patrouille banalisée, se sont retirés, leur laissant leur lieu de vente habituel.

Paquets d'origan vendus par la police de DC dans le cadre de l'opération `` Oregano Scam '' sur Chapin Street en 1981
Paquets d'origan vendus par la police de DC dans le cadre de l'opération `` Oregano Scam '' sur Chapin Street en 1981

Au cours des heures suivantes, un cortège régulier de voitures passa lentement devant les quatre hommes agitant avec enthousiasme la main droite, tenant de petits paquets bruns, s'arrêtant assez longtemps pour que leurs occupants fassent un troc rapide de ce qui semblait être les paquets standard de marijuana de 5 dollars qui étaient à la mode à cette époque. Beaucoup revenaient quelques minutes plus tard, en colère de découvrir qu'ils avaient été trompés, mais impuissants à faire quoi que ce soit à ce sujet. La plupart des clients mécontents sont partis après de brèves conversations avec les trafiquants de drogue, certains faisant grincer les roues de leurs voitures et criant des jurons.

Mais, selon la chronique du Washington Post, certains l'ont moins bien pris.

« Un homme avec un Cutlass Supreme de couleur claire était plus fâché que les autres. Quelques instants après avoir acheté sa "pochette de marijuana", il a rapidement reculé sa voiture d'un pâté de maisons dans la circulation à sens unique sur la 15e rue, s'arrêtant à côté des revendeurs présumés. En sautant de sa voiture, il a crié qu'il voulait récupérer son argent."

L'officier Elliott Carter a rappelé la conversation de cette façon :

- Client: "Je veux récupérer mon argent."

- Carter: "Pas de remboursement, mec."

- Client: "Rends-moi mon argent !"

- Carter: "Nous ne pouvons pas. Nous sommes la police, mec."

- Client: "Je m'en fiche. Je veux récupérer mon argent."

Les quatre officiers se sont alors rassemblés autour de l'homme. L'un d'eux lui a montré son badge de police, que l'homme a soigneusement inspecté. Lorsqu'il n'a pas semblé convaincu, deux agents de renfort dans un camion à proximité se sont arrêtés de l'autre côté de la rue et ont persuadé l'homme de rebrousser chemin.

- Client: "C'est injuste. C'est juste injuste."

« Rick et Jamie » de l'unité des vices du district 4 de la police métropolitaine de D.C., 1988. (Toute ressemblance avec un personnage de « The Wire » est purement fortuite.)
« Rick et Jamie » de l'unité des vices du district 4 de la police métropolitaine de D.C., 1988. (Toute ressemblance avec un personnage de « The Wire » est purement fortuite.)

Une recette artisanale digne de votre pire ennemi

La fausse marijuana a été fabriquée à partir d'une recette conçue par l'officier John Eisel. "Je suis d'abord allé dans un supermarché et j'ai acheté toutes les herbes qui avaient l'air bonnes", a déclaré Eisel. "J'ai dépensé environ 50 $ en origan, feuilles de thé, persil et flocons de céleri. Nous l'avons mélangé dans une grande boîte, mais ça n'avait pas l'air bien, alors nous avons ajouté de la boue. Ensuite, nous avons décidé que l'origan était trop fort, alors nous avons ajouté un peu d'extrait de vanille. Ça sentait la vanille. Ensuite, nous avons ajouté un peu de graines pour oiseaux et tout a été mélangé à nouveau. Nous avons emballé environ 300 doses.

Leur ruse était si authentique que deux des quatre "dealers" de la police ont failli être arrêtés par deux agents de police du parc américain qui passaient. Les agents du parc, qui aident normalement à patrouiller dans les environs du parc Meridian Hill, ont sauté de leur voiture de patrouille, ont épinglé les deux agents en civil contre un mur de briques et les ont retenus brièvement jusqu'à ce que les agents d'infiltration puissent s'identifier.

L'opération n'a fait que peu ou rien pour lutter contre la crise de la drogue qui frappe les portes des postes de police. Pourtant, loin de juger son efficacité inutile, l'histoire s'est répétée en 2010, lorsque la police de Washington D.C. a de nouveau utilisé cette herbe aromatique dans l'une de ses escroqueries à la marijuana... mais cette fois pour mettre fin à un service de livraison à domicile de ganja.

'Opération origan à la coriandre' (2010)

Pour casser un service de livraison local appelé "Mindy's Muffins" (un peu comme "les madeleines de Mindy" si vous n'êtes pas fan du mot "muffin"), ils ont de nouveau décidé de suivre le même modus operandi. Et répondant aux téléphones qui appelaient pour commander "Mindy's Muffins", la police a de nouveau organisé les livraisons à l'aide de leurs sacs d'origan spéciaux.

Tout a commencé après l'arrestation d'un dealer présumé dans le 3e arrondissement, interpellé lors d'une vente dans la rue. En plus de trouver de l'herbe chez le gars, ils ont trouvé un téléphone portable qui sonnait "toutes les 90 secondes". "Il faisait des livraisons comme s'il était un livreur de pizzas", ont rappelé les policiers dans la chronique de l'événement publiée dans le Washington City Paper, où ils ont expliqué comment le numéro de "Mindy's Muffins" s'était transmis de bouche à oreille. Et c'était très simple : vous appeliez le téléphone, disiez « J'ai besoin de muffins » et après un moment, un gars se présentait chez vous et vous vendait un paquet d'environ deux grammes et demi d'herbe chacun.

Un muffin de Mindy's Bakery, une véritable boulangerie servant Chicago (toute ressemblance avec ce que les clients de Washington ont reçu est également purement fortuite)
Un muffin de Mindy's Bakery, une véritable boulangerie servant Chicago (toute ressemblance avec ce que les clients de Washington ont reçu est également purement fortuite)

Les paquets avaient leur propre emballage et étaient remplis de jolis logos indiquant "Mindy's Muffins", mais ce n'est pas tout : "Ils étaient également étiquetés avec des informations détaillées sur l'origine de la marijuana." Ils coûtaient environ 50 $ chacun.

Après avoir découvert les télémuffins de Mindy, les agents ont décidé de commencer à répondre au téléphone, exécutant ce qu'ils ont appelé plus tard dans les documents judiciaires "un achat secret de drogue inversée." Mais au lieu de la marijuana qui remplissait normalement les paquets de "Mindy's Muffins", la  la police a livré d'autres choses moins savoureuses, notamment, selon une source policière, une combinaison d'origan et de coriandre séchée.

La brigade des mœurs a commencé à prendre des commandes et à effectuer des livraisons dans les résidences et les points de rencontre de la ville, arrêtant finalement une vingtaine de personnes. Les détenus étaient très divers sur le plan démographique, des professionnels libéraux aux étudiants universitaires imberbes, en passant par des femmes au foyer et même un employé du conseil municipal. Le seul problème pour la police était que l'origan n'est pas illégal, donc le juge n'a pas apprécié et plus tard, les 20 affaires ont été rejetées par les procureurs. Un ancien procureur de Washington a alors déclaré qu'en général, lorsqu'il s'agissait d'affaires de marijuana, les autorités n'étaient pas intéressées à s'en prendre aux "utilisateurs finaux". Si tel était le cas, personne ne semblait avoir dit à la police qu'il avait dépensé une grande quantité de ressources pour son "Opération Origan 2" pour rien.

Au fait, la fausse herbe était dans des emballages opaques, donc les clients n'ont pas eu la chance de sentir la ruse avant que les policiers ne les entourent. Morale de cette histoire : si l'herbe que vous achetez sent plus la sauce à pizza qu'un concert de Cypress Hill, vous pourriez avoir des ennuis avec la police.

-----

Références:

  • Pot Scam. Linda Wheeler. 1981. The Washington Post.
  • Busted D.C. Pot Delivery Service Was Called Mindy’s Muffins. Rend Smith. 2010. Washington City Paper.

La lecture des articles publiés par Alchimiaweb, S.L. est réservée aux clients majeurs. Nous rappelons à nos clients que les graines de cannabis ne figurent pas dans le catalogue de la Communauté européenne. Il s'agit de produits destinés à la conservation génétique et à la collection, mais pas à la culture. Il est strictement interdit de les faire germer dans certains pays, à l'exception de ceux autorisés par l'Union européenne. Nous conseillons à nos clients de ne pas violer la loi de quelque manière que ce soit et nous ne sommes pas responsables de leur utilisation.

Commentaire en “« Opération Origan »: des policiers vendent de la fausse marijuana pour mettre fin au trafic de drogue” (0)

Doutes sur l'envoie et le paiement

Les questions et remarques à propos des envois ou des méthodes de paiement ont leur réponse dans la section Aide à l'achat et Système de paiement.

Vous souhaitez donner votre opinion sur "« Opération Origan »: des policiers vendent de la fausse marijuana pour mettre fin au trafic de drogue" ou poser une question sur ce post?

Le Pseudo apparaîtra!

Vérifiez que cet adresse email soit valide. Elle ne sera pas publiée.

À propos de ce Blog cannabique

Ce Blog est le blog officiel du GrowShop Alchimia. Ce blog ce dirige exclusivement pour les personnes majeures de 18 ans ou plus.

Pour acheter du matériel pour l'autoproduction de cannabis vous pouvez consulter notre catalogue de graines de cannabis, growshop et Parafernalia.


Abonnez-vous au blog

Vous souhaitez recevoir toutes les nouveautées, actualités et curiosités du monde de la culture?

Cyber Days: Dernière opportunité
keyboard_arrow_up