Le cannabis et le sexe

Les effets du cannabis dans la sexualité constituent une thématique controversée, opposant ses fervents défenseurs à de farouches détracteurs.

Le fait est que consommer du cannabis avant l’amour provoquera des effets contradictoires, celui-ci contenant des substances qui amplifieront le plaisir sexuel mais aussi d’autres qui diminueront le désir sexuel.

L’histoire du cannabis utilisé comme aphrodisiaque dans l’Inde antique.

Le tantra et le cannabis

Le tantra et le cannabis

La marijuana a été consommée comme aphrodisiaque durant des milliers d’années, bien qu’ironiquement elle fût aussi utilisée pour réduire l’appétit sexuel. Les textes antiques révèlent que l’on prêtait au cannabis la capacité d’augmenter le plaisir sexuel, mais les recherches récentes contrastent ce mythe: les effets du cannabis sont déterminés par la personnalité, la physiologie, les intentions, l’environnement, la culture de l’usager, ainsi que la variété de marijuana.

Le premier lien connu entre sexe et cannabis dans la culture indienne date de 3000 ans (mais cette relation est sans doute plus ancienne). La culture de l’Inde antique était étroitement liée au cannabis sexuel. L’herbe a été utilisée dans cet objectif pendant au moins 3000 ans, probablement plus. La médecine traditionnelle indienne conseille la consommation de cannabis (et/ou d’opium) pour solutionner les problèmes d’impuissance, augmenter le désir sexuel et autres pathologies en rapport avec le sexe.

Il existe des dizaines de recettes au cannabis prescrites comme aphrodisiaques et l’on dit qu’elles peuvent augmenter la durée de l’érection, faciliter la lubrification vaginale, retarder l’éjaculation et désinhiber sexuellement. Ce sont des recettes aux noms comme shrimadananda modaka, Vajikarana uttama, majun falaskari, bhang roghan, entre autres.

Sexe tantrique

Sexe tantrique

L’usage du cannabis à des fins sexuelles finit par faire partie des rituels du Tantra, pour transcender l’usage de la médecine et l’hédonisme. Le Tantra est une religion mystique proposant des exercices mentaux (comme la méditation et le yoga) et physiques pour atteindre le Nirvana. Actuellement la culture tantrique est adoptée par de nombreuses personnes ayant peu de contacts avec la culture dont est issu ce courant spirituel et ne ressemble plus beaucoup à la culture tantrique originelle des écrits sacrés comme le Tantra Mahanirvana, rédigé au XI siècle.

Aujourd’hui le lien cannabis-Tantra est quasi inexistant, mais autrefois cette relation était très intense. Les rituels consistaient en des groupes d’hommes « purifiés » et de femmes fidèles qui partageaient des activités comme le sexe, le jeûne, pratiquaient des oraisons, du chant, des bains cérémonieux et le yoga Kundalini. Les rituels du Tantra incluant le cannabis remontent à au moins 700 ans avant JC. Même dans l’Inde Moderne, le cannabis est considéré comme une boisson médicinale qui soigne la maladie, attire la chance, éloigne les mauvais esprits et purifie des pêchés.

Les laits battus chauds (pour que le THC de la plante s’imprègne dans la boisson) sont élaborés à partir de résine de cannabis incorporée à d’autres ingrédients comme du lait, du sucre, du piment, des amandes, de la cardamome, des graines de coquelicot, du gingembre et d’autres plantes selon les goûts. Ce battu s’appelle Bhang, prescrit comme boisson médicinale sacrée et utilisé pour traiter nombre de troubles physiques et spirituels.

Le Bhang au cannabis

Le Bhang au cannabis

Après un jeûne et une purge d’au moins 24 heures, les participants ingéraient le Bhang. Cette boisson épicée et puissante est accompagnée d’exercices de respiration abdominale profonde et de visuels. Ces exercices ont pour objectif de libérer l’énergie bloquée, tonifier les muscles et le flux sanguin en plus de favoriser et d’accélérer les effets de la ganja, qui se manifestent en général une heure après ingestion.

Les initiés ressentaient souvent des nausées peu après avoir bu le Bhang, du fait de ses propriétés purgatives. A mesure que les effets psychiques de la potion s’intensifiaient, les participants entraient dans un état de méditation dans lequel ils réaffirmaient leur volonté de sanctifier et célébrer Kali, la déesse hindoue qui dans le Tantra détient les forces féminines créatives.

Boules de Bhang au cannabis

Boules de Bhang au cannabis

Selon les chercheurs, les rituels cannabiques les plus avancés du Tantra étaient intenses, complexes et difficiles à réaliser. Pour cela, il subsiste un doute chez les initiés de notre époque, à propos de ces activités axées sur le cannabis dans le Tantra moderne. On pense que le Tantra moderne, comme de nombreuses activités spirituelles, a été adopté par beaucoup de personnes sans relation avec les cultures originelles de ces pratiques; selon les groupes et contextes certaines croyances ont ainsi pu se développer. S’agissant d’une importante source d’illumination sexuelle et spirituelle, elle ressemble peu à l’essence de l’antique Tantra que l’on découvre dans les écrits sacrés comme le Tantra Mahanirvana du XI siècle.

Le rituel de l’adoration de la beauté

La déesse Kali

La déesse Kali

Le rituel tantrique se poursuivait avec la consécration de la beauté féminine et de l’énergie: les hommes se baignaient en guise de rituel et sanctifiaient leurs compagnes féminines, en les lavant à l’eau bénite, en les peignant et les parfumant avant de les installer confortablement dans un lit de soie. Ensuite était suivi un rituel où l’on caressait le front de la femme, puis les yeux, les narines, la bouche, les bras et les muscles, avant d’arriver finalement au vagin.

Les deux actes ouvertement sexuels se produisant lors de ces célébrations cannabiques sont le coït et le sexe oral par l’homme à sa femme. Ces pratiques sexuelles ont une symbolique religieuse: l’union des énergies et la nature libératrice de la sexualité.

L’objectif du rituel tantrique était de prolonger l’union sexuelle aussi longtemps que possible. Les hommes comme les femmes utilisaient la respiration du yoga, la méditation et le contrôle neuromusculaire pour atteindre des orgasmes sans fin, sans éjaculation ni libération d’autres substances provoquant l’épuisement.

Les textes sacrés décrivent cette pratique du sexe assistée par la plante de cannabis et affirment que les ébats pouvaient durer six à sept heures jusqu’à ce que, finalement, un « éclat de feu » réunisse les amants dans un orgasme auquel tout le corps participait, se traduisant par la suppression de « l’aliénation mentale » et de l’ego.

Consommation du Bhang en Inde

Consommation du Bhang en Inde

La marijuana et son usage comme aphrodisiaque dans d’autres cultures

Les utilisations tantriques du cannabis sont probablement parmi les plus belles et émouvantes interactions de la sexualité et du cannabis, mais elles existent aussi dans d’autres cultures avec des traditions liées.

Par exemple, un médicament populaire en Serbie au 19e siècle était appelé Nasha, car produit à partir de cannabis Nasha. Ce mélange de graisse d’agneau et de cannabis était donné aux femmes pour leur nuit de noce, afin de diminuer la douleur de leur première relation sexuelle. Cette pratique est également courante dans l’Inde moderne, où les jeunes mariés boivent des infusions et mangent des pâtisseries à base de Bhang. Il se dit aussi que les prostituées indiennes ingèrent des quantités de sorbets au Bhang pour se sentir sexuellement excitées, par exemple lorsque le client est repoussant.

Sexe tantrique indien

Sexe tantrique indien

Les femmes serbes mélangeaient le cannabis avec du blanc d’œuf, du safran et du sucre pour faire le guc-kand, un tonique propice à un état d’esprit érotique et qui, ironiquement, était également donné aux jeunes hommes pour apaiser les douleurs de la circoncision. On donnait aussi du tonique au cannabis aux bébés pleureurs pour calmer leurs crises. Les informations à ce propos indiquent que les bébés devenaient rapidement plus souriants.

Les hommes serbes utilisaient pour être plus vaillants des infusions à partir d’un puissant mélange de haschisch, beurre d’amandes, pétales de roses séchés, pétales d’œillets, safran, noix de muscade, cardamome, miel, sucre et racines d’Anacyclus Pyrethrum (Pyrèthre d’Afrique). Selon eux, cette « soupe du bonheur » était très fortement aphrodisiaque.

Au Maroc, en Egypte, au Liban et dans d’autres zones du Moyen Orient et de l’Afrique du Nord, le cannabis était utilisé à des fins sexuelles jusqu’au début du vingtième siècle. L’herbe était souvent utilisée sous une forme très puissante nommée Kif. Les épouses et courtisanes s’approvisionnaient en kif et l’absorbaient lorsque les hommes étaient absents, pour stimuler leurs fantasmes et jeux érotiques. Le cannabis avait la réputation de permettre aux femmes d’être sexuellement désinhibées, un avantage particulièrement important dans des cultures où elles furent souvent mal considérées.

Préparation du Kif marocain

Préparation du Kif marocain

Usage contemporain du cannabis dans la sexualité

Dans des pays comme le Canada et les Etats Unis, les interactions entre le cannabis et le sexe sont souvent compliquées, à cause de la politique du genre, du puritanisme, des lois et des tensions inhérentes à la vie industrielle.

Certains livres et articles sur les recherches et études scientifiques distillent parfois des informations utiles sur le cannabis et la sexualité. Les auteurs concluent que les personnes appréciant la marijuana ont tendance à apprécier le sexe, et, surprise, que la combinaison de ces deux activités soit très puissante.

La majorité des personnes ayant fait usage de cannabis à ces fins ont rapporté avoir été très excitées grâce aux effets de l’herbe, mais ont expliqué n’avoir ressenti qu’une simple amplification de l’excitation: ceci ne se produit que dans des conditions elles-mêmes excitantes. Les usagers ont précisé que cette augmentation du désir était accompagnée d’une meilleure capacité à apprécier le plaisir sexuel lorsqu’ils avaient consommé avant l’acte.

Cannabis et excitation, une synergie de plaisir

Cannabis et excitation, une synergie de plaisir

Effets du cannabis dans la pratique du sexe. Le trop est l’ennemi du mieux.

Les effets de la marijuana sur la vie sexuelle dépendent du niveau d’intoxication. Des études récentes démontrent qu’avec un niveau de consommation de faible à modéré et dans des doses adaptées, la majorité des personnes ressentent une meilleure capacité de communication dans leur couple et une augmentation de la conscience corporelle.

De leur côté, les hommes déclarent ressentir:

  • Une meilleure résistance
  • Une meilleure sensibilité au toucher
  • Des orgasmes plus longs et plus forts
  • Une plus grande disposition aux jeux préliminaires

Tandis que les femmes témoignent pour leur part:

  • Une meilleure humidité vaginale
  • Une meilleure capacité de contrôle des muscles vaginaux
  • Une meilleure capacité d’excitation
Sexe tantrique et cannabis

Sexe tantrique et cannabis

Dans des dosages plus conséquents les effets sont variables et dépendent des personnes et des variétés de cannabis mais, de manière générale, l’expérience peut s’avérer mauvaise: les fumeurs interrogés affirment avoir tendance être plus introspectifs et distants et, avec de hautes doses de marijuana, se sentent embrumés, ce qui conduit à un échec de la relation sexuelle, ne pouvant s’investir correctement mentalement et/ou physiquement dans l’acte sexuel du fait d’une perte de contrôle trop importante.

Certaines femmes souffrant de blocages sexuels ont affirmé qu’elles s’excitaient plus facilement sous les effets du cannabis. D’autres ont déclaré qu’elles n’étaient capables d’atteindre l’orgasme que sous les effets de l’herbe, et d’autres que le cannabis leur permettait de jouir d’orgasmes multiples. Pour les deux sexes, sous l’influence du cannabis on sera généralement plus enclin à ressentir les orgasmes dans tout le corps, plutôt que sur la seule zone génitale.

Quelques usagers du cannabis Sativa ou Indica interrogés affirment sentir des effets spirituels, émotionnels et psychologiques similaires aux effets tantriques: la relation sexuelle est pour eux un échange d’énergies au moment où leurs corps s’unissent dans un circuit cosmique. Cet échange permettrait de reposer et d’équilibrer les énergies, l’orgasme en étant le climax.

Des enquêtés ont avoué que le sexe leur faisait perdre leur ego pour passer vers des royaumes spirituels, où l’acte sexuel en lui-même a une importance symbolique et universelle. D’autres ont dit que l’herbe les aide à ressentir plus d’amour dans leur couple et à mieux estimer l’importance de l’acte sexuel comme un moyen de communication qui peut se révéler « beaucoup plus puissant que les paroles ou que beaucoup d’actions ». Les consommateurs de cannabis avec une expérience du yoga et de la méditation ont senti que l’herbe augmentait la conscience de leurs organes viscéraux et des subtils processus internes.

Le cannabis et le sexe

Le cannabis et le sexe

Le cannabis dans l’amour agit comme un stimulant sensoriel et désinhibiteur émotionnel: en général il augmente la perception de la température, du goût, du toucher, la perception visuelle, la conscience du corps, les affinités musicales et auditives, l’imagination de fantasmes, et favoriserait également l’humour. D’autres effets communs comprennent des changements dans la perception du temps, qui souvent semblera ralenti. La plupart des personnes consommant du cannabis avant le sexe le font très probablement pour retrouver ce type d’effets.

Paradoxalement ces mêmes effets sont cités par les détracteurs du cannabis dans la sexualité: la consommation de ganja interférerait avec leur capacité à ressentir le plaisir. Il est vrai que le cannabis est également consommé par les ascètes pour réduire le désir sexuel, comme le font aussi certains moines.

[Ndt : Ces usages paradoxaux pourraient également s’expliquer par les différentes génétiques de cannabis, ainsi que leurs dosages et modes d’administration : une variété Indica à haute dose aurait effectivement tendance à être incapacitante, tandis que les doses modérées de génétiques Sativa, plus stimulantes, seront plus aptes à favoriser les relations sexuelles.]

Cannabis, études et masturbation

Jusqu’à maintenant nous n’avons parlé que des études sur le cannabis et le sexe entre hétérosexuels. Malheureusement, les études relatives à la marijuana et au sexe sont presque inexistantes. Et d’un autre côté, le peu d’études à propos du cannabis et de la masturbation indiquent simplement que le plaisir sexuel est augmenté, principalement car la capacité de création de fantasmes est stimulée.

Certaines études révèlent que les différences stéréo typiques entre sexes sont maintenues: les femmes se montrent plus conservatrices que les hommes lorsqu’il s’agit de consommer du cannabis, et de renoncer au contrôle pour profiter d’un état d’excitation supérieur produit par la substance. Une femme a confié aux chercheurs qu’après avoir consommé du cannabis, elle avait « eu des relations sexuelles avec un homme qu’elle n’aimait pas ». Une autre personne a avoué avoir peur de l’utiliser, ayant par le passé « eu des relations sexuelles pour le simple fait de ressentir du plaisir, au lieu d’établir une véritable relation avec sa compagne ».

Le cannabis et l'amour

Le cannabis et l’amour

L’attitude « typique » de beaucoup d’hommes face au sexe peut être observée dans ce type de déclarations masculines: «Il y a quelque chose de comique dans le fait que les femmes ont besoin d’une raison pour faire l’amour, tandis que les hommes n’ont besoin que d’une opportunité. J’ai des relations sexuelles parce que j’adore cette sensation, j’adore le corps féminin, j’adore voir une femme atteindre l’orgasme. N’est-ce pas la même raison qui me pousse à fumer de l’herbe? Je suis un hédoniste. Mais je pense que les femmes ont une foule d’autres raisons tout aussi valables pour avoir une relation sexuelle. C’est parfois difficile pour elles de faire du sexe juste pour se sentir bien, et j’ai l’impression qu’elles sont souvent dérangées par les effets du cannabis qui les fait se sentir plus faibles qu’elles n’aimeraient l’être. Réaliser qu’un amant expert, même à peine rencontré, les repousse pour s’être montrées trop ouvertes à lui. On leur a dit que pour que le sexe soit honorable, l’amour doit être basé sur un engagement moral, tandis que le cannabis dissipe ces codes, il ne suffit alors plus que d’être ouvert aux bons sentiments.»

Contrairement au mythe caricatural selon lequel la marijuana provoquerait automatiquement un incontrôlable désir sexuel, nous voyons bien que même si le cannabis et la sexualité sont étroitement liés depuis des millénaires, chacun d’entre nous possède un groupe unique de paramètres qui détermineront notre psycho-sexualité et feront augmenter ou diminuer le désir et le plaisir sexuel sous les effets du cannabis.

Ce que l’on dit de fumer du cannabis avant l’amour

Des études anthropologiques ont signalé que les religions cannabiques reconnaissent le potentiel métaphysique de la plante de cannabis femelle.

« Les cultures dans lesquelles le cannabis est sacré ont tendance à reconnaître la « déesse », qu’il s’agisse de la Mère Nature, du Yin ou de la beauté féminine et ses vertus. On peut dire que ces personnes sous les effets du cannabis maintiennent un type d’union sexuelle avec la plante: ils établissent une relation sexuelle avec une molécule de THC qui s’installe dans leur cerveau ».

« Depuis que le cannabis est associé à des déesses féminines comme Kali, on peut dire lorsque l’on utilise le cannabis à des fins sexuelles, on invite dans notre lit une femme très spéciale. Il faudra s’assurer d’être capable de maintenir cette relation. »

Cannabis et amour du couple

Cannabis et amour du couple

Source: Terry Necco, traduction libre de Cannabis Culture Magazine.

24 commentaires


24 comments on “Le cannabis et le sexe

  1. Chris

    Bien « Fun » et intéressant merci pour cette leçon de chose 😉

  2. Tuitini01

    Pour moi fumer avant de faire l’amour c’est très bon ça procure une jouissance extraordinaire

  3. Mika

    Super article,tres interessant.
    Je suis gros fumeur depuis 30 ans,j’ai 42 ans maintenant,et j’adore le sexe comme tous les hommes.
    Est ce l’effet de l’herbe qui me rend comme cela.
    Je ne pourrais repondre car j’ai toujours fait l’amour en ayant fumer,c’est devenu une habitude,mais je me vois pas faire l’amour sans fumer,je suis persuader que c’est mois bien.
    De toute façon,comme je fume tout le temps,je ne me pose pas cette question.

  4. steakhashish#

    Bel article , bravo Alchimia 😉

  5. Le créole

    Très belle article… ça nous montre que le cannabis est pas vraiment dangereux pour l’être humain au contraire … on oublie toujours les anciens textes … et vous nous permet de découvrir tt ça ; encore merci

  6. steakhashish#

    On a souvent entendu via les médias , ou la tv que le cannabis rend les spermatozoides paresseux , ces memes medias ont meme evoques un risque de sterilité .
    Y a-t -il des etudes prouvant le contraire et qui dement cette rumeur ?
    Merci d’avance

    1. Marcel

      Bonjour, comme d’habitude de nombreux médias se plaisent à sortir les résultats des études de leur contexte, la diabolisation du cannabis étant toujours un moyen facile de faire peur à la population. Ces médias se basent en fait sur des études réalisées en injectant des doses massives de THC à des animaux (souris..), ce qui n’est donc pas vraiment comparable 😉
      Les études sur la population sont difficiles à réaliser, car le cannabis est trop souvent mélangé à du tabac, ce qui fausse grandement les résultats.
      Tant que la cannabis est consommé sous sa forme pure, vous n’avez rien à craindre pour votre fertilité 🙂

  7. Kush Bass

    Merci encore Alchimia pour cette article, extrêmement intéressant. Votre site et l’équipe qui se cache derrière est parfait, toujours un plaisir quotidien de naviguer sur votre site.

    1. Marcel

      Bonjour, et merci beaucoup pour vos encouragements 🙂

  8. magoune

    bonjour,
    ça fait vraiment plaisir de vous lire! Fumeuse quotidienne de mon pétard du soir, j’aie arrêté pendant + d’1 an (grossesse et allaitement) et là refumant à nouveau: je retrouve une sexualité beaucoup + réceptive et limpide! L’herbe, pr moi, participe réellement à une communion autant psychique que physique! Je m’en rends vraiment compte là et ça fait un bien fou! Je cherchais des infos et donc merci à vous!

    1. Marcel

      Bonjour, et merci beaucoup pour votre témoignage 🙂

  9. Jeff

    Bonjour,
    fumeur de shit depuis plus de 25 ans, ma libido est tombé à zéro depuis l’arrêt radical de la fumette. Je vais attendre un peu, mais si cet état persiste, il est clair que je vais reprendre aussi vite que j’ai arrêté !

    1. Marcel

      Bonjour, attention le hash vendu sur le marché noir contient de nombreux produits de coupe, nous déconseillons donc sa consommation, il sera bien meilleur de profiter des plaisirs de l’autoproduction, et même éventuellement de faire du hash maison avec les petites feuilles pleine de résine 😉

  10. Carpe Diem

    Merci pour cet article.

    Je suis fumeur depuis 13ans mais je dois arrêter à cause de mon boulot.
    Je peux avoir des tests urinaires inopinés, en sachant que ça reste 3 à 4 semaines dans les urines.
    Depuis que j’ai arrêté de fumer je me suis clairement aperçu que mes rapports sexuels étaient beaucoup plus court et moins puissants.
    Existe t-il d’autres alternatives que le cannabis pour avoir une sexualité endurante et épanouie ?

    1. Marcel

      Bonjour, je peux vous conseiller sur le cannabis, mais pas sur d’autres sujets, merci de votre compréhension 😉

  11. mohamed

    Bonjour
    est ce que vous pouvez nous faire une etude ou un article sur les religion biblique et le canappis ou la marikhwana 😉 jeu de mot

    un point a creuser ( l’arbre du savoir de ADAM et Eve )

    merci

    1. Marcel

      Bonjour, ce n’est pas prévu pour le moment 😉

  12. hélioman

    quel herbe serais le plus approprié pour avec une sexualité active ?

    1. Marcel

      Bonjour, cela peut varier fortement d’un consommateur à un autre, mais pour être actif il faudra plutôt regarder du coté du Cannabis à dominance Sativa, et éviter le Cannabis Indica qui sera plutôt pour se relaxer et aider à dormir. Vous avez par exemple la variété Afrodite, ou la Nacho’s Bud 😉

  13. pierre

    bonjours marcel,je cultive dans un systeme hydro maison avec 36 plant dedans.aujourdhui petit tour voir si tout va bien et la je voit des couilles sur un plant,donc cut de celui ci mais le probleme est que je ne peut pas enlevé les racines car elle sont toutes tortillé les une au autres.est ce grave ou pas?.ps je suis a 10 jours de floraison.merci

    1. Marcel

      Bonjour, non ce n’est pas grave, vous pouvez vous contenter de couper cette plante à la base de son tronc. Vous pouvez ensuite éventuellement ajouter des enzymes à votre solution nutritive, qui dégraderont les racines mortes en nutriments 😉

  14. Clément

    Bonsoir, vos articles et vos informations sont d’une clarté irréprochable, le cannabis est diabolisé à cause de son mélange avec le tabac, tant que les gens ne comprendront pas que fumer du canna en joint avec du tabac ne fait que gaspiller tout le potentiel de la plante, celle ci ne cessera jamais d’être critiquée et redoutée. C’est mon point de vue et je pense que cette plante est un miracle, permettez vous l’accès à ce miracle en mettant fin à votre esclavage tabagique.

    1. Marcel

      Bonjour, vous avez bien raison il est vraiment dommage que le cannabis soit si souvent mélangé avec du tabac, les effets sont alors bien différents, que ce soit au niveau sanitaire ou psychoactif. Il s’agit cependant d’une spécificité européenne, si vous allez aux USA par exemple, vous constaterez que (quasiment) personne ne mélange son cannabis avec du tabac.
      Le problème est aussi que la nicotine possède un pouvoir addictif beaucoup plus fort que le cannabis. Beaucoup de personnes qui pensent être dépendant (psychologiquement) au cannabis, le sont en fait à la nicotine, sans parler des centaines d’additifs chimiques plus ou moins toxiques ajoutés dans les cigarettes industrielles….

  15. Boss 974

    Good thérapie cannabis tantra

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *