Types d’extractions et de concentrés de cannabis

BHO, Budder, haschisch extrait à l’eau, extractions à sec, Jelly Hash

Les extractions de résine de cannabis sont des techniques qui nous permettront de séparer les trichomes du reste de la matière végétale, qui une fois agglutinés constitueront des échantillons puissants de grande qualité, que tous les amateurs de hasch apprécieront.

Trichomes de cannabis

Trichomes de cannabis

Ces échantillons permettent d’apprécier les arômes du cannabis sous leur forme concentrée, plus subtile et douce que l’herbe, à fortiori en utilisant de l’herbe bien affinée pour l’extraction. Aussi, évacuer la matière végétale représente un gain de place considérable qui rendra le transport du cannabis bien plus discret, et cette matière végétale qui ne sera pas brûlée signifie donc que l’on inhalera moins d’éléments indésirables (dans le cas de combustion en pipe ou cigarette).

Il existe différents types d’extractions, avec des caractéristiques propres à chacune, principalement différenciées selon la méthode et les matériaux utilisés.

BHO, Budder; extraction avec gaz butane

Ces concentrés de cannabis s’obtiennent à partir d’un tube d’acier ou de borosilicate, rempli d’herbe, dans lequel on insérera avec prudence le contenu d’une bouteille de gaz butane sans impuretés. Le butane agit comme solvant apolaire (l’eau est un solvant polaire, qui n’est pas capable de dissoudre la résine), il peut ainsi se charger des glandes de résine avant qu’on ne le récupère à l’état liquide lorsqu’il coulera du fond du tube. Une fois ce liquide évaporé, nous pourrons déguster l’échantillon, après s’être assurés de bien avoir purgé celui ci pour éliminer toute trace de gaz.

BHO, huile de cannabis

BHO, huile de cannabis

Il existe deux façons de réaliser cette purge, nous commencerons par la plus simple et répandue: une fois le liquide recueilli dans un plat en Pyrex (borosilicate) aussi grand que possible, nous le placerons dans une casserole d’eau chaude. La température conseillée est 60 à 80°, ce qui assure une bonne évaporation du gaz tout en préservant autant que possible les propriétés des terpènes du cannabis qui pourraient être altérés à des températures plus importantes, ce qui se traduirait inévitablement par une huile de marijuana aux qualités organoleptiques de qualité réduite.

TRÈS IMPORTANT: Réaliser ce processus dans un lieu parfaitement ventilé et éloigné de toute source de flamme ou d’étincelle. Il est ainsi formellement exclu de fumer pendant la manipulation, ou d’utiliser une cuisinière à gaz: les plaques électriques ou vitrocéramiques seront donc la source de chaleur à privilégier.

Une autre manière de procéder consiste à purger à l’aide d’un compresseur et d’une chambre à vide. Cette méthode nous permet de maintenir au maximum les qualités des molécules aromatiques de la résine pour éviter de perdre en saveur. Il faudra d’abord purger une partie du gaz au bain marie, jusqu’à obtenir une pâte épaisse mais encore liquide. A ce moment nous la plaçons sur du papier cuisson puis dans la chambre à vide en s’assurant que l’huile garde cette consistance visqueuse sans cristalliser afin que le vide puisse extraire le butane encore présent dans la résine.

Le Budder quant à lui est une forme de BHO obtenu par émulsion et purge excessive, pour obtenir une résine ayant perdu sa transparence pour acquérir un aspect cireux ressemblant à du beurre. En réalisant cette étape après l’extraction, le volume diminue légèrement mais la saveur est renforcée, pour un concentré de cannabis aux arômes bien plus intenses que le BHO original dont il est issu.

Extractions de haschisch à l’eau, Ice O Lator

Cette méthode d’extraction utilise des sacs d’extraction de résine équipés de différentes tailles de tamis, combinés à une eau d’une température de 0 à 4°C pour refroidir les trichomes et faciliter ainsi leur récupération puisqu’ils se sépareront alors aisément de la matière végétale.

Haschisch extrait à l'eau

Haschisch extrait à l’eau

Cette technique se base sur un seau rempli d’eau et de glaçons, ainsi qu’un bâton pour mélanger et un kit de sacs d’extraction au choix (au moins deux tailles de mailles, une grande et une petite pour obtenir une seule qualité, ou jusqu’à 9 sacs différents pour séparer les différentes qualités de résine). On déposera le sac au petit tamis au fond du seau, puis le plus grand avant de remplir d’eau, de glaçons et de cannabis. La technique de l’Ice-O-Lator permettra ainsi de récupérer un maximum de résine de la matière végétale initiale, et l’eau amortira les chocs pour préserver l’herbe et minimiser les débris végétaux.

Une fois l’eau bien remuée, nous sortirons les sacs les uns après les autres, celui rempli d’herbe pourra servir à d’autres extractions, ou pour cuisiner par exemple. Nous sécherons la résine avec du papier absorbant et la placerons sur un carton pour favoriser le séchage, qui devra durer une quinzaine de jours dans l’obscurité totale. une fois sec, nous pourrons le compacter et le travailler à la main pour obtenir une boule.

Extractions de haschisch à sec

Extraction à sec de résine de cannabis

Extraction à sec de résine de cannabis

C’est une des techniques les plus répandues, basée sur l’action mécanique sans aucun produit intermédiaire ni solvant pour collecter les glandes de résine. Il suffira d’un tamis au maillage adapté, et de vibrations, que ce soit par le biais d’un appareil d’extraction de résine simple comme la boite PolenMaker, ou plus élaboré comme la machine  Rotator XS,  équipée de moteur électrique qui active la rotation d’un tambour à tamis, ou de façon plus artisanale avec le Tan Tam, qui utilise la percussion comme principe pour détacher les trichomes. Il est vivement recommandé de congeler l’herbe quelques heures avant l’extraction pour favoriser le détachement de la résine et maximiser le rendement.

Une méthode alternative est l’utilisation de bâtonnets ou granulés de glace carbonique, initialement destinée à produire de la brume artificielle lors des concerts et spectacles. Elle a la particularité d’être à très basse température sous forme sèche, passant directement de la forme solide à gazeuse sans se liquéfier ni laisser de résidu (sublimation). Il suffira d’un tamis comme ceux des extractions Ice-O-Lator, que nous remplirons de cannabis et de carbo-glace. Nous secouerons alors le sac au dessus d’une surface plane et propre pour récupérer facilement les trichomes.

L’avantage de cette méthode est la grande quantité de trichomes extraite, tout en maintenant les qualités organoleptiques des terpènes. Le seul inconvénient sera que cette température extrême pourra rendre l’herbe plus friable et passées quelques minutes, la poudre obtenue sera constituée d’un partie de débris végétaux; il faudra ne faudra donc pas secouer trop longtemps.

Pour toutes les extractions à sec, il est d’ailleurs conseillé de réaliser plusieurs passages pour séparer les qualités, les deux premières étant généralement exemptes de restes végétaux. Les extractions contenant trop de débris végétaux sont souvent qualifiées de skuff, une extraction de basse qualité qui ne se compacte pas.

Jellyhash

Jelly Hash, mélange d'huile et de hash

Jelly Hash, mélange d’huile et de hash

En plus des extractions pures décrits ci dessus, nous pourrons réaliser des mélanges très intéressants entre les différents types de concentrés de cannabis pour obtenir de nouvelles textures et combinaisons aromatiques.

La plus répandue et appréciée de ces combinaisons de résines est le mélange entre une extraction à sec et une petite quantité de BHO: celui ci agira comme agglutinant en plus d’améliorer l’onctuosité et la malléabilité du produit fini, pour une texture souple et riche comparable à l’ice-o-lator, mais plus mou et rougeâtre, et surtout bien plus parfumé, en combinant les terpènes intacts de l’extraction à sec avec l’arôme résineux et la puissance du BHO. Un véritable délice qui demande quelques efforts, à consommer avec modération évidement!

Une variante huileuse consiste à mélanger la résine extraite à l’ice o lator avec du BHO pour faciliter le conditionnement de chacun de ces concentrés en une pâte s’agglomérant facilement.

Une autre astuce consiste à combiner la résine extraite à sec avec du budder, pour maximiser les arômes du produit fini.

77 commentaires


77 comments on “Types d’extractions et de concentrés de cannabis

  1. clement

    un petit hash maker suffit pour faire 1 grame de hash avec 10 ou 20 grammes de marijuana.

  2. oliv68

    bonjour , vremant très très interessante vos actualités ( comme toujours ) d’apres vous quel est le moyen d’éxtraction le plus rentable en terme de rendement ? merci pour tout se que vous faite !

    1. Marcel

      Bonjour, l’extraction de type BHO sera la plus rentable, avec un rendement pouvant varier entre 10 et 20% selon la qualité de l’herbe utilisée.

  3. vikos

    C est sur que le hash maker marché bien mais rien à voir avec le cie o lator. j ai test les deux et le ice ( même sans sac à l ancienne) n a rien à voir. Moins de matière végétale qui passe !!

    1. Marcel

      Bonjour, l’extraction à l’eau (ice o lator) contient en effet moins de débris végétaux que l’extraction à sec, son contenu en cannabinoïdes sera donc plus élevé 🙂

  4. vikos

    Bonjour, c est vrai que j ai zappé ^^

    Je me fais du ice sans sac depuis un moment ( ice o lator du pauvre) c est long, MA femme tete les plomb parce que je met des saladier dans toute la baraque x) ! Mais Quesque c est bon et économique ! C est sur que fastidieux mais j arrive à dix % massique à chaque fois quasiment. Ça dépend des varietee !

    1. Marcel

      Bonjour, le résultat vous récompense effectivement de votre votre travail et de votre patience, profitez bien de vos extractions 🙂

  5. redlight

    Très bon article comme toujours…..

    personnellement ma préference va à l ice O ……. mais je fais une deuxième passe pour tout extraire avec le butane …..les quantités en BHO sont faibles mais le résultat est très satisfaisant ….un peu trop même ! attention avec ça!! à ne pas mettre entre toutes les mains !!

    ah le jelly d ice O…..!!

    1. Marcel

      Bonjour, c’est effectivement une très bonne idée de passer au butane vos restes d’ice o, et de mélanger ensuite le hash et le BHO 🙂

  6. Fred

    il faut minimum combien de tetes pour faire 20 gr.de bon shit?

    1. Marcel

      Bonjour, il vous faudra minimum 200g de matière végétale, en prenant pour exemple un rendement de 10%. Les buds vous offriront un meilleur rendement, mais il est aussi possible d’utiliser uniquement les petites feuilles des buds (celles qui sont pleines de résine visible à l’oeil nu), et de conserver ainsi les buds pour votre consommation 😉

  7. alexandre

    bonjour la team,comme je ne pouvais pas post sur les autres forums obliger de le faire ici,et-il possible de faire une manucure pendant le sechage?je m’explique :étant donné que je veux recuperer mes petites feuiles et-il possible de faire une manucure au bout de 8/10 jours de celle-ci pour eviter quelles soit completement seches et craquante pour plus de facilité lors du cut,j’ai toujours manucuré avant le sechage mais je pense que c’est pas l’ideal,avez vous un p’ti conseil??merci a vous 🙂

    1. Marcel

      Bonjour, pendant le séchage il ne sera pas facile de faire la manucure des plantes, car les feuilles seront toute molles, un peu collées aux buds. Il faut donc faire la manucure soit durant les premières heures qui suivent la récolte, lorsque les feuilles sont encore bien fraîches et droites, soit après le séchage, lorsque les feuilles sont complètement séchées. La seconde solution est souvent conseillée, car elle permet un séchage plus long et donc de meilleur qualité 😉

  8. meecano

    Bonjour,
    -Je voudrais savoir de quelles TEMPERATURES ont besoin le BHO et le BUDDER, pour atteindre leur point d’évaporation, de vaporisation, de sublimation, enfin je sais pas comment on dit pour ces produits. (?)

    -La possession d’un BUBBLER, VAPOR DOME, etc, est elle indispensable ; avec ce clou en titane (ou en verre) à chauffer au préalable, ?
    ==> Pour le malade que je suis, étaler le bho sur une feuille à rouler (et donc avec du tabac:( ) est un veritable gâchis ( pis alors, pour doser correctement dans ces conditions, c’est mission impossible) ;
    Alors, avoir des prods purifiés au taquet, c’est génial ; mais actuellement, je me retrouve à galèrer pour me soigner: pour évaporer mes Xtracts, j’utilise une pauvre pipe en verre toute simple, remplie de tabac, d’une 10aine de cm de long..c’est tout ce que j’ai.
    Ils sont plutôt durs à trouver, sur la toile, les bubblers. et ils sont plutot chers 🙁 jen ai trouvé que sur un seul site, A***LabTech*** , mais bonjour les prix, en californie.

    -Pourriez vous nous aider, et partager avec nous un ou plusieurs de vos contact(s), dont le devenir des extraits est le domaine de prédilection, ?
    -Ou eventuellement, une astuce qui nous permetrait d’attendre et d’vaporer correctement notre bho et notre budder, sans trop de frais, afin d’economiser assez d’argent pour faire le grand saut -achat, pardon., ?
    Merci à vous 😀
    Ps j’attends toujours la bouteille Colibri que je vous ai payé et que vous avez oublié de mettre dans le colis que jai reçu.

    1. Marcel

      Bonjour, vous pouvez lire notre guide de la vaporisation du BHO qui vous donnera de nombreuses informations sur le sujet, comme par exemple la température idéale.
      Pour consommer l’huile sous sa forme pure, un bubbler ou vapor dome sera effectivement indispensable.
      Il existe aussi des adaptateurs BHO pour transformer facilement un bang en pipe à BHO.
      Pour tout ce qui concerne la gestion de vos commandes, ou le SAV, merci de nous contacter par mail à info@alchimiaweb.com, nous ne pouvons hélas pas gérer cela sur ce blog informatif 😉

  9. BOB

    article sympa come d’habitude mais j’aimerais bien savoir comment est fait le H noir Afghan? il n’a pas du tout la même texture que le marocain tamisé…
    Sinon ‘ai fait une petite expérience avec des déchets et des feuilles de manucures, je les ai mise dans une bouteille et j’ai recouvert le tout de rhum à 55 degrés; j’ai laissé reposer un mois puis j’ai filtré le mélange et fait chauffer à feux doux le liquide à la casserole; à la fin il ne restai qu’une petite quantitée de hash noir ressemblant à de l’afghan 🙂 mais ça m’étonnerai qu’ils fassent comme ça en Afghanistan;
    Je pense que l’on peut facilement améliorer cette technique en trouvant un alcool plus fort et plus neutre en gout.

    1. Marcel

      Bonjour, ce type de hash est fait à la main, directement en frottant les buds, comme sur cette photo de Charas en Inde.
      Il est possible de faire une extraction à l’alcool, mais celui ci n’étant jamais pur à 100% (sauf en laboratoire), ce type d’extraction contiendra toujours des résidus qui réduiront sa qualité 😉

  10. 2fré

    Bonjour la team,concretement que vaut t il mieux utiliser pour obtenir un resultat semblable au bon hash marocain,en texture et gout?c’est possible?
    Merci

  11. cartier

    bonjour a tous!!!! moi je ne dirai qu’une chose! vous méritez un oscar,ours,palme,une entrée a l’academie de culture et de rensegnement!!! tous plus precurseur et instructif pour de nouvelles aventures!!!! vraiment chapô!!!!

    1. Marcel

      Bonjour, et merci à vous pour ces encouragements 🙂

  12. cartier

    bob!!! jai fait de même mais ca mature depuis 6 mois !!! jai ajouter du sucre de canne,pour le boire,enfin essayer de men servir pour base de liqueur !! ma derniere experience ma valu une brulure au 2eme degres !!!! donc oui oui mais ventiler a max le local de ses alchiperiences!!!

    1. Marcel

      Bonjour, il est effectivement facile de faire une boisson cannabique, en laissant macérer des buds ou feuilles pleines de résine dans un alcool fort. Pour cela un rhum blanc sera un bon choix, et vous pouvez effectivement ajouter un peu de sucre de canne, de la vanille et/ou de la cannelle pour adoucir un peu le mélange qui est plutôt fort en bouche. Laisser macérer au moins 6 mois dans le noir, en secouant régulièrement la bouteille, puis filtrez le tout. Il n’y a plus qu’à déguster, avec modération bien sur! Ce type de boisson n’a toutefois rien de comparable avec les extractions décrites dans le guide ci dessus 😉

  13. swann

    Exellent article encore une fois! Cependant, je pense qu’il aurait fallu parler de la methode « Rick Simpson » (Bien quelle Soit proche De Celle au gaz)et d’expliquer L’usage medical qui peut en etre Fait. Salutation A Tous Et Bonne Continuation

    1. Marcel

      Bonjour, nous parlerons certainement prochainement de l’huile de Rick Simpson, mais son discours manque un peu de rigueur, et doit donc être entendu avec beaucoup de précautions. Cet homme dit avoir été guéri par son huile de cannabis, mais il n’existe aucune étude scientifique à grande échelle pour confirmer cela, tout comme il est aussi possible que les raisons de sa guérison soient totalement extérieures à l’huile 😉
      L’expérience de Rick Simpson est prometteuse et va dans le sens des dernières actualités du cannabis médical, mais il ne s’agit ici que d’un cas unique, il ne faut donc surtout pas s’emballer 😉

  14. swann

    Bob c’est dailleur un deriver de l’huile de cannabis facon « Rick Simpson » que Tu A Obtenu

  15. 2fré

    Merci Alchimia toujours de bons conseils a donner

  16. alexandre

    Bonjour la team si je coupe mes petites feuilles quand je cut mes plants comment les faire sechees?dans une grande boite ouverte dans le noir?merci de votre reponse

    1. Marcel

      Bonjour, vous pouvez faire sécher les petites feuilles par exemple sur du papier absorbant (sopalin), dans le noir.

  17. pashencko

    Bonjour je voudrais savoir la quelle de c’est technique permais d’extraire le plus de résine?

    Merci 🙂

    1. Marcel

      Bonjour, l’extraction au BHO est généralement la plus productive 😉

  18. pashencko

    Merci de votre raiponce .Je pensai la façon a sec étais la plus productive

    1. Marcel

      Bonjour, l’extraction à sec peut être bien productive aussi, mais tout dépend surtout de la qualité de celle ci. Si par exemple vous tassez délicatement des buds, pendant une coute durée, vous récolterez moins qu’en tassant fortement des petites feuilles pendant une longue durée, mais la qualité ne sera pas vraiment comparable 😉

  19. seb

    bonjour

    pouvez vous m expliquer pourquoi mon bubbleator 70 micron pressé a la main au bout d une semaine de sechage,fini toujours par vouloir redevenir en poussiere de trichomes , il n arrive pas a viellire en boulette, en plus le gout se modifi il parait moin raffiné , plus fraie ; quest ce que je peux faire ? merci

    1. Marcel

      Bonjour, peut être essayer de travailler d’avantage votre résine, en la chauffant un peu(max 70ºC) et en la compressant entre vos doigts, celle ci doit alors prendre une couleur plus sombre, un aspect plus compact, et gagner en goût et en puissance 😉

  20. seb

    et pour l huile de rick simpson

    il n est pas le seul a avoir ete soigné par l huile, dans son film run from the cure il y a plusieurs personne qui ont vaincu un cancer ou une tumeur voir meme un cancer en phase terminal puis l histoire de l enfant de deux ans sur you tube et j en passe …rick et son huile , ca merite vraiment un vraie et long sujet sur votre site c tres urgent . la grande question c la metode de fabrication de son huile et surtout le solvant utilisé.il y a aussi tommy chong qui a vaincu son cancer de la prostate avec l huile de rick simpson et un regime spécifique , d ailleurs si vous avez des infos sur ce regime exact qu il a pris sa serait un immense bonheur merci marcel

    1. Marcel

      Bonjour, je ne connais hélas pas le détail exact du régime suivi par Tommy Chong, mais ce régime était indiqué par le Dr McKinnon de la ville de Victoria (Canada), n’hésitez donc pas à le contacter 😉

  21. system

    bonjour moi pour une huile solide qui ressamble plus a de l afgant je met quelque tete dans de lalcool a 90 pendant 48h ensuite je filtre et je laisse tt l alcool sevaporer environ de semaine et je racle tres efficasse et tres bon a plus

    1. Marcel

      Bonjour, le problème est que l’alcool à 90º n’est pas pur, celui ci contient un dénaturant (camphre..), qui laissera des traces dans l’extraction, même après évaporation totale de l’éthanol.
      L’alcool (éthanol) possède aussi l’inconvénient d’extraire la chlorophylle, ce qui donne une saveur végétale très prononcée (verte) au résultat final.

  22. rolito

    bjr voila je vais vous decrire ma facon de faire un hash sec 1ere facon deja attendre que l herbe sois bien seche tres seche je fait une toile de soie sur cadre toutes les petite tete sont mise dessus je ft une frappe de 2 mn j enlenve l herbe je recommence avec d autre tete de taille moyenne tjr a pe pres deux minute ainsi de suite a oui je recouvre mon cadre d un sac plastic et je tape par dessus le sac avec 2 baguette ensuite quand j arrive au plus grosse tete je tape 5 mn un peu plus lgtps mais pas tres fort pour ne pas dechirer la toile ensuite quand toute me tete sont tamiser je recupere mon hash c ma 1ere qualite maintenant passons a la 2eme qualite je prend toute mon herbe je prend 2 sceau de 7 a 8 litre sur l un des 2 je recouvre tjr d une soie sur l autre je met toute mon herbe que j ai passer au congele 4 heure avant je l ai bien effriter je met l herbe dans l un des sceau avec quelque piece de monnais de 20 centimes et ensuite le sceau contenant la soie je le retourne sur le sceau contenant l herbe je scotch les deux sceau tres fermement ensuite je retourne les sceau ce qui veux dire que le sceau avec l herbe et au dessus et le sceau vide et en dessous maintenant je prend le tout et je secoue de bas en haut de gauche droite et je recommence cela de bas en haut de gauche a droite pendant 30 mn et j arrete je recupere l herbe et je laisse le hash se reposer dans le sceau maintenant avec le reste de l herbe je fait une 3eme passe dune autre maniere je garde le sceau contenant juste la sois je pause l herbe dessus et je recouvre le sceau d une plastic assez épais et je le sert tres fort avec du scotch je prend deux baguette et la je tamise l herbe en tappent dessus tres tres fort pendant 20 mn maintenant discription des hash recolter ce lui sur le cadre tres moue couleur assez foncer style afghan gout epicee 2eme hash collant couleur un peu marron gout sec ms caramelise et le 3eme couleur jaune vert se colle si on le met sous plastic et l ayant chauffer un peu avant et compresser encore chaud le gout reste leger mais le hash vous detendra avec une recolte de 600 gr j obtiens en 1ere passe 22 gr 2eme passe 40 gr et 3eme passe on va dire 30gr voila ce n es surement pas la meilleur facon de le faire mais je c es au moins ce que je fume comme hash

    1. Marcel

      Bonjour, et merci pour ce partage d’expérience 🙂

  23. brasco

    etant tres limité par mon budget mais voulant A TOUT PRIX testé le bho j ai trouvé une astuce sympathique qui marche!! (je suis en train de degusté un ptit bedo de tropimango+ bho… et c est franchement divin)

    Donc apres avoir fouiné sur la section « extracteur » , j y ai vu que la plupart etait mettalique ou en verre… Mais que le celebre honey bee etait en plastique non toxiques, donc a partir de la, j avais ma ptite idee 🙂

    un ptit tour ds ma boite a pharmacie (on en a tous une… dumoin je vous le souhaite lol) ET voila que je trouve un tube de lysopaine (medoc leger contre le mal de gorge) j ai viré les comprimé et mis le tube vide ds une casserole d eau bouillante pdt 5min histoire de bien le desinfecté.

    une fois le tube propre, j y ai percé a l arriere un ptit trou de 3mm a l aide d un couteau pointu ca sera l’entree du gaz, puis j ai mis 8g de weed effrité et puis en guise de filtre j ai utilisé un petit sachet de thé (vidé of course!!!) que j ai fixé fermement avec un elastique.

    j ai fait un tour rapide au tabac pour l’achat d une ptite bouteille de gaz sans impureté (2.60€/100ml), j ai fait passé le gaz ds mon tube que j avais mis au congelo pdt 3h, j ai recupéré 1bon gramme d huile apres avoir purgé le butane.

    etant devenu fan de cette huile, je vais acheté un extracteur en verre plus grand pour pouvoir extraire un peu plus!!! cette astuce fonctionne tres tres bien mais la quantité est derisoire.

    autre astuce: utilisé un recipient en silicone (perso g decoupé un des moule a muffin’s de ma femme,)

    enjoy les copains alchimistes.

    1. Marcel

      Bonjour, merci de votre partage d’expérience, et de cette astuce permettant de récupérer une petite quantité de BHO. Attention cependant à la qualité du plastique utilisé, qui peut être très variable d’un produit à un autre 😉

  24. seb

    salut marcel

    j arrive toujours pas a presser mon ice o , dés que je veux le pétrire il devient tout blanc et tres fin , c trop bizar , impossible de le compacter!! pourtant juste apres le sechage d une semaine je pouvais faire des boulettes parfaitement normal (je stock mon ice o en poussiere dans une feuille en papier blanc plier) et dés que je veux faire un spliff je fais une boulette , maintenant c plus possible dégouté , avez vous un conseil svp merci

    1. Marcel

      Bonjour, peut être que cette extraction de résine est encore trop humide, essayez de la travailler et de la chauffer d’avantage, et celle ci devrait finir par foncer et se compacter.

  25. Comando malaade

    Bonjour,

    Je souhaiterai savoir quel est d’apres vous la facon la plus simple et moins couteuse ( i ce o lator? ) de faire de la resine de canabis ( comme celle qui provient du maroc, tout en previlegiant la quantité a la qualité ?

    A noter que ce sera des buds de fleur d’exterieur ( pas tres compact, plutot rater vu le mois de juin :s ) et que je devrais en avoir 800g.

    Combien pourrais-je en tirer ?

    Merci d’avance et si vous avez des remarques ou conseils je suis preneur ; )

    Peace

    1. Vincent Auteur

      Bonjour,
      La méthode la plus simple est l’extraction à sec (pratiquée au Maroc), mais cette technique ne permettra pas de filtrer les résidus végétaux comme l’Ice O Lator (à moins de la filtrer une seconde fois avec un tamis plus fin, la résine ne sera pas pure), ni d’extraire le maximum de résine (l’eau glacée permettant de détacher plus efficacement les trichomes sans détériorer la masse végétale).
      La technique Ice-O-Lator sera donc plus adaptée, pensez simplement à bien laisser sécher la résine avant de la compacter, pour éviter l’apparition de moisissures, et vous n’aurez rien perdu en qualité, si ce n’est quelques terpènes aromatiques évaporés pendant l’opération (le tamisage à sec préservera davantage l’odeur de la résine).
      Avec cette quantité d’herbe sèche, on pourra extraire, en moyenne, 80 grammes de résine (selon sa concentration sur les fleurs).
      Cordialement!

  26. nico

    bonjours lors du séchage de mais feuille j’ai vu de petite toile blanche se former je pence que sa doit être un peu de moisissure je voudrais savoir s’il ai toujours possible d’extraire la résine pour faire du haschisch ou bien vaut il mieux faire du beur ou faut il ne pas les consommer.
    merci d’avance

    1. Marcel

      Bonjour, si il s’agit de moisissure grise des buds alors il faudra éviter de consommer les parties touchées, même sous forme de hash. Si par contre il s’agit de toiles d’araignées rouges, vous pouvez éventuellement tenter de récupérer la résine, mais vous risquez de récupérer aussi des déchets d’araignées (excréments, cadavres…), ce qui réduira la qualité du hash.

  27. dja

    bjr a tous voila j avais une ou deux question ma 1ere es ce que si on laisse secher le plant de cannabis en pleine terre sans plus arroser le hash sera de meilleur qualité ? 2eme pourquoi il ni as aucune variete de cannabis d origine libanaise car le hash es de tres bonne qualité ?et dernière comment les libanais faisais pour faire leur hash jaune ?

    1. Marcel

      Bonjour, il est éventuellement possible de faire sécher la plante en pleine terre, mais celle ci sera alors très fortement exposée aux insectes et aux moisissures. Le séchage doit aussi normalement se faire dans le noir complet. Il existe de nombreux pays producteurs d’excellents hash, comme par exemple le Pakistan, l’Ouzbekistan, le Maroc, le Nepal, l’Afghanistan
      En général plus le hash contient d’impuretés végétales, et plus sa couleur est claire et pâle, mais la couleur du hash dépend également de la façon dont il est réalisé (chauffage, compactage…) 😉

  28. dja

    merci pour les renseignement mais encore une fois personne ne me repond a ma question pourquoi ne trouve ton pas des graine de variete libanaise

    1. Marcel

      Bonjour, on peut simplement supposer que les graines des variétés libanaises se sont trop peu exportées, et/ou que peu de breeders ont travaillé à partir de ces génétiques.

  29. djo

    bjr voila je pense avoir fait une betise j ai 50gr de feuilles de tete que j ai mouliner avec un moulin a cafe electric donc les feuilles sont en poudre et j aimerais savoir si je met le tout dans de l eau glacer style ice o lator es ce que la matiere vegetal va passer au travers du tamis ou elle va floter car j aimerais recuperer la resine ou si vous avez un autre moyen car les feuilles étaient tres tres resineuse

    1. Marcel

      Bonjour, une fois la matière végétale réduite en poudre, il sera hélas difficile d’avoir une bonne extraction sans débris végétaux. La seule solution éventuelle sera de faire une extraction au gaz butane BHO, mais en utilisant plusieurs filtres.

  30. Pepita seed

    Bonjour, serait il possible de partager l’experience du iso- hash , merci ?

    1. Marcel

      Bonjour, de quelle expérience parlez vous exactement? Si il s’agit d’une extraction à l’isopropanol (alcool iso), vous pouvez lire notre sujet sur l’huile de Rick Simpson, qui utilise ce type de solvants 😉

  31. poulpi

    bonjour ,peut ton faire l extraction dans un plat vitroceramique genre  » pyroflam « car je n ai pas de plat en pyrex ?
    merci

    1. Marcel

      Bonjour, oui aucun souci pour utiliser ce type de plat.

  32. ju

    juste une question , la qualité du haschisch sera t’elle différente si l’on utilise que deux sacs au lieu de 9? car vous dites d’utiliser plus de mailles pour séparer les qualités, donc je me demandais si la qualité en était influencée si l’on utilisait que deux sacs

    1. Marcel

      Bonjour, non la qualité ne sera pas réduite en utilisant seulement deux sacs, c’est juste qu’utiliser plusieurs sacs permettra d’obtenir différentes « qualités » d’extraction, qui varieront en fonction de la taille des trichomes de la plante utilisée.

  33. Imadgyse

    Bonjour, j’ai déjà entendu parler de l’Haya plusieurs fois et je me demander ce que s’été réellement et comme cela été fabriqué ?

    1. Marcel

      Bonjour, il s’agit d’une des appellations commerciales du hash marocain, qui est extrait à sec. Le hash marocain n’existe hélas sous sa forme pure qu’au Maroc, et celui ci sera systématiquement coupé avec des produits plus ou moins toxiques avant exportation. Nous déconseillons donc la consommation de hash vendu sur le marché noir, dont la qualité n’est nullement comparable à celle d’un bon hash maison 😉

  34. ceelos

    Jaimerais savoir pourquoi mon H sort vert et non brun pâle? ?

    1. Marcel

      Bonjour, le hash prend une couleur verte lorsqu’il contient trop d’impuretés végétales. On appelle cela du skuff, de qualité inférieure au hash, et qui sera difficile à compacter. Ce problème se produit lorsque:
      – vous utilisez un tamis avec des mailles trop grosses: pour obtenir un hash de grande qualité, utilisez des mailles de 120 microns, ou inférieur.
      – vous tamisez pendant trop longtemps: en général on tamisera par exemple 30 secondes, puis on récupérera la « première passe », qui sera la meilleure qualité. Puis on tamise encore 30 secondes, et on récupère la « 2e passe ». Et ainsi de suite, jusqu’à ce que l’extraction contienne trop de débris végétaux. (les derniers trichomes pourront être récupérés dans une extraction BHO ou dans la cuisine cannabique).
      – le matériel végétal utilisé a été réduit ou haché en poudre trop fine avant extraction, et les poussières de matière végétale passent à travers le tamis

  35. tof

    salut alchimia , je voulais savoir les dosages (quantité) pour la méthode d’extraction avec de la glace carbonique ?

    1. Marcel

      Bonjour, il n’y a pas de quantité précise, c’est un peu comme la quantité de glace nécessaire pour faire de l’ice-o-lator, c’est à dire que cette quantité dépendra de la quantité d’herbe et du matériel que vous utilisez, il s’agit simplement d’avoir suffisamment de glace carbonique pour que celle ci soit en contact avec tout votre cannabis 😉

  36. K13 addict

    Salut Marcel, pense-tu personnellement selon tes goûts qu’il est préférable avec entre 40 et 100gr de manucure et de petit bud en peu « jeune » de faire directement de la BHO fumée en joint ou plutôt quelques passes (2? 3?) de hash maker mélangé à la BHO? Dans ce second cas est-il préférable de passer l’extraction à sec à la mini-presse avant d’y incorporer l’huile ou non? Merci de tes conseils et de ton avis éclairés. 🙂

    1. Marcel

      Bonjour, je pense qu’il sera préférable de faire d’abord une petite extraction de trichomes à sec, afin de récupérer quelques grammes de bon hash, puis de faire du BHO. Le hash possède en effet une saveur beaucoup plus forte et complexe que le BHO, car le butane extrait mal les terpènes aromatiques. Le BHO est ainsi plus concentré en cannabinoïdes que le hash, mais il possède aussi beaucoup moins de saveur. Mélanger les deux permettra donc de profiter d’un jelly hash d’excellente qualité, avec la puissance du BHO et le bon goût du hashish. Je pense qu’il sera préférable de travailler un peu l’extraction à sec (la compacter à la main) avant de la mélanger au BHO, mais vous pouvez aussi essayer d’utiliser directement la poudre de trichomes (dry sift), les deux résultats seront un peu différents mais chacun sera intéressant 😉

  37. paranoid

    salut,
    je sais que c’est peut etre pas le bon endoit pour cette question, mais y’a des posts ou on peut pas mettre de commentaires ..
    je voulez savoir quand vous parlez de rendement .. par exemple 300gr sec en exterieur .. est-ce que c’est 300gr de plantes avec les feuilles ??
    ou 300gr de buds secs ?
    parce-que normalement les feuilles c’est juste pour du hasch ou du beurre mais le plus important c’est les buds .. c’est sa non ??
    donc je voulais juste savoir c’est combien de grammes final sans les feuilles
    et que me conseillez vous de faire avec les feuilles
    merci merci

    1. Marcel

      Bonjour, les commentaires sont effectivement limités aux articles publiés il y a moins de 1 an, car ensuite ce sont un peu toujours les mêmes questions qui reviennent en boucle 😉
      Lorsque nous parlons de rendement, il s’agit toujours de poids sec, et uniquement les buds.
      Avec les grandes feuilles des plantes vous pouvez éventuellement faire du jus de cannabis, mais normalement lors de la récolte ces grandes feuilles doivent être fanées, suite au rinçage sans engrais et à la sénescence (fin de vie) des plantes, et ne seront donc plus utilisables. Avec les petites feuilles des buds qui sont pleines de résine, vous pouvez faire du hash, et/ou une extraction au butane, et/ou de la cuisine cannabique.. 😉

  38. rochdi

    Salut, est-il préférable de pratiquer un curring avant de faire du hash à sec et de la bho ou peut-on s’en passer?

    1. Marcel

      Bonjour, pour une meilleure qualité de hash il sera préférable de faire d’abord le curing (affinage) de l’herbe. Par contre pour une extraction BHO, de l’herbe tout juste séchée donnera souvent un BHO plus riche en saveurs, alors que de l’herbe affinée longuement donnera un BHO avec un gout plus simple de hash 😉

  39. Mike

    Bonjour, j’ai goûté du jellyhash qui était compacté en tout petit cube de 1 gramme à peu près de couleur marron marron clair, en le cassant en deux c’était un peu doré à l’intérieur comme la couleur du bho. Pour faire du jellyhash de cette manière vous conseillez combien de skuff et combien de bho pour un petit cube de 1g? À combien de degré devons nous chauffer le bho durant la purge pour qu’il se mélange bien au skuff? J’imagine qu’il faut mélanger les deux ensemble et compacter avec une presse après. J’espère que vous pourrez m’aider, c’était un vrai dépaysement niveau effets et gouts, etant pourtant un gros fumeur de buds depuis des années

    1. Vincent Auteur

      Bonjour, cela dépendra de la qualité des matières premières et du produit recherché mais 10 à 20% de BHO par gramme de résine est par exemple une bonne base. Il n’est pas indispensable de chauffer le BHO, à moins qu’il reste trop solide à température ambiante (on le chauffera alors légèrement pour le liquéfier). Le Jelly Hash se compacte généralement sans difficulté, la presse n’est pas obligatoire 😉 À bientôt!

  40. rasdaweed

    salut l’équipe, j’aurai une question ou est comment peut on conserver plus mois ou année des extractions du genre rosin, budder et autre, merci

    1. Jerome Alchimia

      Bonjour Rasdaweed,

      Les extractions sont assez délicates à conserver, il existera presque toujours une certaine instabilité qui modifiera l’aspect de l’extraction. L’idéal pour conserver une extraction sera de la placer sous vide, à l’abri de la lumière dans le réfrigérateur.

      A bientôt

Comments are closed.