Beurre de cannabis végétalien: cuisiner à l’huile de coco

Préparation de l´huile de coco enrichie au cannabis

Préparation de l´huile de coco enrichie au cannabis

Pourquoi utiliser l’huile de coco pour la cuisine au cannabis?

Le choix de l’huile de coco comme substitut au beurre pour la cuisine cannabique répond d’abord au besoin de cuisiner à partir d’ingrédients végétaux: le beurre traditionnel, issu du lait de vache, est en effet exclu des régimes dits végétaliens, et pour cette raison nous ne pourrons pas toujours partager nos canna friandises si celles ci contiennent des produits de l’exploitation animale. Outre ces considérations d’ordre éthique, cette préparation répondra également aux attentes des personnes intolérantes au lactose, malheureusement exclues des soirées space cake au beurre classique.

Le lait de vache n'est pas destiné aux humains

Le lait de vache n’est pas destiné aux humains

Ensuite, s’il existe d’autres matières grasses végétales, l’huile de coco présente de grandes qualités et une nocivité bien moins considérable que le beurre cuit, ainsi qu’un impact sur la nature bien plus réduit que la production d’huile de palme et les dérives qu’elle engendre. L’huile de coco est effectivement composée à 85% d’acides gras saturés, assurant une excellente extraction des cannabinoïdes tout en faisant preuve d’une grande résistance à la cuisson, ne générant pas de radicaux libres dangereux comme le font d’autres graisses.

Fabriquée à partir de l’albumen de la noix de coco, la réserve nutritive de la graine du cocotier, l’huile de coco est traitée et raffinée via différents processus selon l’usage auquel elle est destinée: monoï, margarine, savons et cosmétique… Pour cuisiner, nous choisirons de préférence une huile issue de la culture organique et non traitée (certaines huiles de coco sont par exemple désodorisées, ce qui implique des manipulations et modifications de la matière grasse qui dénaturent ses qualités).

Extraction artisanale de l'huile de coco à Bali (Indonésie)

Extraction artisanale de l’huile de coco à Bali (Indonésie)

Préparation de l’huile de coco au cannabis

Huile de coco et cannabis

Huile de coco et cannabis

La préparation est simple et identique à celle du beurre de Marrakech: nous préparerons une grande casserole d’eau, réunirons le cannabis à cuisiner et l’huile de coco avant de commencer l’opération.

Les effets produits par l’huile dépendront de la quantité de cannabis utilisée, mais aussi de son contenu en principes actifs, ainsi que de la qualité du protocole de préparation, ils sont ainsi difficilement prévisibles. Toutefois, quelques bases sont admises à titre indicatif, selon la matière utilisée:

  • Pour un effet plus médical et une huile contenant beaucoup de CBD, on utilisera une variété de cannabis enrichie en CBD.
  • Pour un effet plus psychoactif et récréatif, utiliser des fleurs résineuses de n’importe quelle bonne variété de marijuana, ou du haschisch. Le dosage conseillé sera de 1 gramme d’herbe pour 5 grammes de matière grasse, mais il sera possible d’utiliser d’avantage d’herbe pour augmenter la concentration en cannabinoïdes de l’huile.

A moins de cuisiner à partir de matière fraîche, il sera vivement recommandé de réhydrater correctement le cannabis sec dans la casserole d’eau pour éviter que celui ci n’absorbe toute la matière grasse. Nous avons utilisé pour cet exemple des têtes préalablement tamisées avec l’extracteur Tan Tam, afin de recycler cette matière végétale contenant encore des cannabinoïdes.

Hydratation du cannabis

Hydratation du cannabis

Une fois l’herbe bien humide, nous ferons chauffer le contenu de la casserole, et nous pourrons si besoin réaliser l’étape suivante: laisser l’herbe infuser quelques minutes, l’égoutter et jeter l’eau, avant de remplir de nouveau le contenant. Ceci permettra de « blanchir » l’herbe, qui perdra une partie de sa chlorophylle pour une extraction de couleur plus claire, au goût plus doux et plus digeste. Ce processus peut être répété plusieurs fois si besoin.

Si les fleurs utilisées ont déjà dégradé la chlorophylle pendant le séchage et l’affinage de la récolte, il ne sera pas indispensable de passer par cette étape, nous pourrons alors directement ajouter la matière grasse (également valable en cas d’utilisation de résine de cannabis).

En dessous de 25°C, l’huile de coco se présente sous forme solide, nous devrons alors la réchauffer au bain marie pour la liquéfier, même s’il est également possible de la prélever à la cuillère. Nous n’aurons plus qu’à couvrir et laisser mijoter 1h30 à 2 heures, en remuant régulièrement pour assurer un contact optimal entre la graisse et l’intégralité du cannabis.

 

Ajout de l'huile de coco dans le cannabis réhydraté

Ajout de l’huile de coco dans le cannabis réhydraté

Enfin, nous filtrerons le liquide avant de le laisser refroidir, et même si la matière végétale avait été réhydratée, nous constaterons qu’elle contient généralement une grande partie de l’huile: il ne faudra donc pas hésiter à la presser, à travers un sac Ice O Lator par exemple, pour récupérer un maximum de la matière grasse utilisée. En refroidissant, l’huile remontera à la surface et se solidifiera, il suffira alors de récupérer le bloc de graisse et le stocker, de préférence au réfrigérateur, même si l’huile de coco présente une excellente résistance et ne rancira pas comme du beurre.

Huile de coco pour cuisine cannabique

Huile de coco pour cuisine cannabique

Cuisine cannabique à l’huile de coco: recette des Space Cookies Vegan

A l’instar du beurre de Marrakech, cette graisse pourra être utilisée dans la majorité des recettes classiques, même si elle se révèle plus polyvalente: excellente par exemple dans les smoothies, là où le beurre pourrait paraître superflu et peu pertinent.

Nous vous proposons ici une recette simple de space cookies végétaliens, qui représente au passage une bonne solution de secours pour les gourmands omnivores dont le réfrigérateur est mal assorti, puisqu’elle permet de cuisiner des cookies sans œufs.

Ingrédients pour 6 à 10 space cookies:

1/2 tasse d’huile de coco au cannabis
1 tasse de farine (T55 ou autre)
1/3 tasse de sucre
1/2 cuillère à café de levure chimique
1 tasse de son d’avoine
1/4 tasse de lait d’amandes
1/2 cuillère à café de fécule de pommes de terre
1/2 cuillère à café d’extrait de vanille
1/2 tasse de noix de coco râpée
1/2 tasse de pépites de chocolat noir
1/2 tasse de noisettes concassées
1 pincée de sel

Préchauffer le four à 160°C.

Les ingrédients pour les space cookies vegan

Les ingrédients pour les space cookies vegan

Mélanger la farine, l’avoine, la levure et le sel dans un saladier. Dans un autre récipient, mélanger le sucre, l’huile, le lait d’amande, la fécule de pommes de terre et la vanille, puis incorporer la moitié de ce mélange liquide au premier saladier. Une fois la pâte homogène, ajouter le reste du liquide, les noisettes, la noix de coco et les pépites de chocolat.

Mélange des ingrédients

Mélange des ingrédients

Former des boules de la taille de votre choix, puis les aplatir sur du papier sulfurisé graissé, avant d’enfourner pour environ 15 minutes de cuisson.

Les Space Cookies prêts à être dégustés!

Les Space Cookies prêts à être dégustés!

Veganic Space Cookies

Veganic Space Cookies

Extraction dans l’huile de coco par Bubbleman (2014)

20 janvier 2014 | Cuisine au cannabis
18 commentaires


18 comments on “Beurre de cannabis végétalien: cuisiner à l’huile de coco

  1. DWC 600 watt

    attendez j’ai pas compris la une chose hyper grave ….le lait des vaches est pas destinée au humain ????????????????????? whats is its ?:D

    donc vous dite que boire du lait est pas bon pour la santé ? c’est possible moi qui aime pas les oeuf et le lait ………….

    et vous dite que traire le lait des animaux les fait sourire ?? …………

    OMGGGGGGGGGG , mais une chose que je comprend pas !! depuis la nuit des temps l’homme élève du bétail pour c’est produit laitier ….et dans certain passage religieux ,il est conseiller de prendre un verre de lait avec des datte le jour du ramadan, en sachant que se sont des livre saint ca métonnerais que il nous dise des chose pas bon pour la santé …meme si je rejoins le fait que le lait est pas bon, ni les soeuf avec

    1. Vincent Auteur

      Bonjour, nous n’affirmons rien, cet article s’intéresse simplement à la cuisine au cannabis selon le point de vue de la communauté végétalienne, sans prendre parti pour un type de régime alimentaire ou un autre 😉
      Aussi les potentiels méfaits du lait sont basés sur des observations scientifiques, toutefois chacun est bien sûr libre de son régime alimentaire, cet article n’est évidement pas destiné à influencer l’avis de ses lecteurs sur la question, mais uniquement à proposer des alternatives aux personnes déjà intéressées par la cuisine à base de graisses végétales.
      Pour le reste, un débat sur les bienfaits et méfaits des produits laitiers n’a sans doute pas sa place sur ce Blog dédié au cannabis, nous vous invitons, si le sujet vous intéresse, à consulter quelques ouvrages comme Lait, mensonges et propagande de Thierry Souccar par exemple.
      Cordialement!

  2. DWC 600 watt

    merci vincent tu es très sympa , mon intention étai bien sur nullement provocateur , juste surpris de ce que je vois ..il est vrais que le lactose peut être un problème chez humain ,donc ce sujet dit vrais …un animal malade est transmissible de maladie par sont lait d’autant plus que tout ce qu’il mange ( farine , oeuf parasitaire exct ) ….. dsl du hors sujet , il est aussi vrais que en Indonésie il sont assez réputée et donc d’exelent cuisinier pour les transformation alimentaire de cannabis ( boisson , biscuit ) d’après ce qu’on peut voir sur tout vos article …peace tout le monde ( jamais plus je regarderais une vache de la même facon :D) thuss vincent 🙂

  3. jps

    Bonjour,que ce soit lait, oeuf,ou huile de coco ,ce n’est pas tres bon pour les arteres,si c’est quotidient,bien sur ainsi que toutes les graisses hydrogenees que l’on avale souvent a notre insu

    1. Marcel

      Bonjour, attention de ne pas confondre les graisses saturées avec les graisses hydrogénées (trans), ces dernières étant véritablement toxiques.
      D’après l’Organisation Mondiale de la Santé, les graisses saturées ne doivent pas dépasser 10% de l’apport énergétique alimentaire. Quelques cookies à l’huile de coco n’auront ainsi que très peu d’influence sur la quantité d’acides gras saturés consommés quotidiennement, il faut savoir que la majeure partie des graisses saturées de notre alimentation provient en fait de la viande, des produits laitiers, et de l’alimentation industrielle.
      Vous avez donc raison, il ne faut pas abuser des graisses saturées. Mais dans le cas présent, pour consommer une quantité nocive d’acides gras saturés il faudrait manger des dizaines de cookies par jour 😉
      Si vous souhaitez ou devez éviter les acides gras saturés, vous pouvez utiliser de l’huile d’olive, dont la plupart des acides gras sont sous forme mono-insaturés. L’huile d’olive possède cependant un gout plus fort qui sera plus difficile à utiliser dans la cuisine et notamment en pâtisserie, et possédera une moins bonne résistance à la cuisson et à la conservation que l’huile de coco.

  4. jps

    Bonjour,l’huile de coco bio est meme tres bonne pour la sante,vu que l’industrie alimentaire confond le cheval et le boeuf,est ce vraiment la bonne huile,je suis tres mefiant et fait attention a tout ce qui se mange,j’ai quand meme eu droit a un stent pour mon anniversaire,en gros soyons vigilant

  5. Elisa Sawyer

    Ma mère est diagnostiqué avec le cancer du col stade IIB , puis j’ai perdu beaucoup d’argent pendant des années pour le traitement , jusqu’à ce que j’ai vu dans le phoenixtear.ca dans l’internet que le cannabis huile peut guérir tous les cancers , j’ai essayé de trouver un moyen d’obtenir Rick Simpson huile et enfin un de mes amis qui a aidé par e-mail m’a dit comment l’atteindre et obtenir l’huile , j’ai pu lui envoyer un courriel et j’ai acheté l’huile , ma mère a commencé à prendre sur 12 septembre et gloire à Dieu elle a été guérie en Décembre après sa dernière analyse , je voudrais remercier Dr.Eric Oliver pour le temps qu’il a passé à obtenir cette huile pour sauver des vies son email est, l’huile travaille pour tous les types de cancer et il en vaut la peine .
    Elisa Sawyer

  6. Mr Hemp

    Salut Alchimia

    A quelle température faites vous mijoter pendant 1H30/2H, votre huile de coco ?

    J’ai cru comprendre qu’il fallait rester entre 90 et 110 degrés ?
    Est ce le cas pour votre recette ?

    Merci d’avance

    1. Marcel

      Bonjour, oui vous pouvez faire mijoter votre huile de coco autour de 100ºC, en utilisant par exemple pour cela la technique du bain-marie 😉

  7. Mr hemp

    Salut Marcel

    Merci pour ta réponse. C est vraiment appréciable ce service de conseil.
    Certains devraient en prendre de la graine…;)

    Pour en revenir a la cuisson … Je vois plusieurs avis,le mieux est de tester me direz vous…mais votre avis m intéresse !
    Votre suggestion du bain marie est une bonne idée , j avais déjà vu un article dans ce sens ,entre autre pour éviter la cuisson dans l eau.
    Mais des recherches récentes montreraient que pour une meilleur decarboxylation idéale et une oxydation minimum du thc , le cannabis devait être cuit aux alentours des 200 degrés pendant 5 a 10 mn. Ceci est valable pour l huile de coco et non pour le beurre ,qui serait carbonisé !
    ( lien facilement trouvable 😉 )

    Bref,je voulais juste avoir votre avis sur cette étude , je dois bientôt faire ma cuisine …

    Bien a vous

    1. Marcel

      Bonjour, je vous déconseille de chauffer directement votre extraction à plus de 150ºC, car le THC commence à se volatiliser autour de 157ºC. Néanmoins il faudrait faire une série de tests et d’analyses de cannabinoïdes (acides/neutres) pour vous confirmer cela de manière plus rigoureuse.
      La décarboxylation des cannabinoïdes se fait de manière progressive, sur une durée variant en fonction du solvant (huile, beurre, alcool..), et bien sur de la température, plus celle ci est élevée, et plus la décarboxylation se fera rapidement. Avec une température trop élevée ou une durée de cuisson trop importante, le THC commencera à s’oxyder en CBN, un cannabinoïde beaucoup moins interessant.
      Le point de fumée, qui correspond à la limite de température maximale avant décomposition et dénaturation des composants de l’huile, est de 177ºC pour l’huile de coco vierge. Le point de fumée de l’huile d’olive extra vierge est autour de 190ºC. Le point de fumée du beurre n’est que de 130 à 150ºC, mais celui du beurre clarifié peut atteindre 250ºC lorsqu’il est vraiment pur 😉

  8. lejusdorange

    une bonne méthode méthode est celle de badkatscannapharm.com.
    106°C à sec pour 30min, puis avec le beurre ou l’huile sèche pour 2h. Testé et approuvé. L’effet est cependant très high, la decarb du CBDA étant plus élevé, mais ça marche extremement bien ! ( 5x plus fort que le beurre de marrkech habituel ). pour un peu plus de stone, ajouter une demi-heure ou une heure pour créer du cbn justement.

    1. Marcel

      Bonjour, et merci pour cette info 😉

  9. Lou

    A DWC 600 watt :

    Effectivement le lait de vache n’est pas bon pour l’organisme humain. Et oui, il n’est pas destiné aux êtres humains… mais aux veaux, bien sûr ! Les êtres humains ne font que voler aux animaux ce que ces derniers produisent, et rarement intelligemment !

  10. Jack'

    Un grand MERCI pour cette recette !

  11. georgie

    Bonjour, j’ai une question assez urgente !
    Qu’entendez-vous par « une demi tasse » ?
    En mL d’huile et en grammes d’herbe ça donne quoi ?

    Merci !!

    1. Vincent Auteur

      Bonjour, en cuisine en général 1 tasse = 120 à 150 ml; aussi le dosage moyen sera de 1 gramme d’herbe pour 5 grammes de matière grasse. Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *