Rosin vs. BHO … quel est le meilleur concentré de résine ?

Vous avez surement déjà eu la chance de gouter deux des concentrés de cannabis les plus populaires, le BHO et le Rosin, où vous avez au moins surement déjà entendu parler de ces deux types d’huile. Il s’agit de deux types d’extraction de résine qui, même si elles sont au même niveau en termes de pureté, saveur et arôme, sont conçus à partir de méthodes d’extractions totalement différentes, il faut donc choisir entre le BHO, obtenue grâce à un bain de la matière végétale dans du gaz butane et le Rosin, qui produit des concentrés similaires en qualité et en puissance, mais sans l’utilisation de solvants chimiques.

Naturellement, chaque technique propose ses avantages et inconvénients, qui peuvent nous faire préférer une technique plutôt qu’une autre. Dans cet article nous allons voir les principales caractéristiques des deux méthodes et nous soulignerons les inconvénients et avantages les plus importants.

BHO, extraction de résine réalisée avec du gaz butane

BHO, 20 ans d’huile pure

Cela fait maintenant 20 ans que la méthode d’extraction au gaz butane (Butane Honey Oil ou BHO) a fait son apparition pour le grand public sur internet, sur la bibliothèque online Erowid en 1999. Cela a représenté une des avancées les plus importantes dans le monde des extractions, par rapport à la facilité, au rendement et à la puissance du produit obtenue, c’est devenu pour beaucoup, le produit cannabique le plus puissant qu’ils aient pu gouter. La méthode s’est améliorée avec les années jusqu’à atteindre les mêmes niveaux que l’industrie pharmaceutique, en passant des dangereux et déconseillé open blasting des débuts jusqu’aux extracteurs de BHO de circuit fermés d’aujourd’hui plus modernes. L’utilisation de matériel frais pour produire ce que l’on appel Live Resin a représenté une autre avancée, avec un produit final qui possède une charge de terpènes largement supérieur au résultat obtenu à partir de matière sèche.

Live Resin, Holy Water, Terp Sap

Comme vous pouvez le voir dans l’article du lien, plusieurs types de BHO ont rapidement fait leur apparition, ils ont été baptisés – en général – en fonction de leur texture. Les différents types de textures s’obtiennent après l’extraction du BHO, en le remuant ou en jouant avec les températures et les points de vide durant la purge. Cependant, certaines plantes donnent toujours un certain type d’huile à cause de son contenue en terpènes, cannabinoïdes, cires, etc., il sera très difficile d’obtenir d’autres textures avec ces plantes. Dans les grandes lignes, voici les principales caractéristiques du BHO ou de l’huile de cannabis :

  • Extraction de résine grâce à un solvant apolaire (avec très peu de polarité), dans ce cas le gaz butane ultra-raffiné
  • Produit de grande pureté, qui surpasse facilement les 60% de THC. Aucune présence de matière végétale (contaminant)
  • Possible présence de contaminants chimiques provenant de l’utilisation de solvant durant le processus dans le cas ou une purge correcte n’est pas appliqué
  • Il s’agit d’une méthode d’extractions avec les meilleurs rendements en résine (retour). De plus, les équipements modernes permettent de récupérer et réutiliser plus de 90% du Gaz

Rosin Hash, la révolution des concentrés sans solvant

Début 2015 le Rosin fait son apparition, une nouvelle méthode pour séparer la résine de la matière végétale, qui est-ce que nous recherchons au final avec n’importe quel type d’extraction ou de concentré. Le sujet a rapidement bouleversé la communauté, il s’agissait d’une méthode aussi innovante que curieuse : consistant littéralement à presser les têtes avec un appareil pour lisser les cheveux …. Une folie, mais réellement efficace !

Comme il ne pouvait en être autrement, la technique c’est rapidement raffinée avec l’introduction de presses industrielles adaptées pour cette utilisation , principalement grâce à la situation légale favorable dans de nombreuses régions et pays du continent américain, mais également en prenant en compte la scène des clubs en Espagne. Ce que nous appelons aujourd’hui les presses à Rosin, un type de presses qui offrent des pressions en tonnes plus élevées et sont plus efficaces au niveau du contrôle des températures. De plus, l’utilisation de sacs pour Rosin de différents micrages et le fait de presser des résines comme le Haschich, à permit aux experts d’améliorer leurs techniques et obtenir un produit qui, enfin, pouvait rivaliser avec le BHO et le tout sans solvant chimique !

La qualité du Rosin peut être spectaculaire (image :@northbeachnatural)

Sans aucun doute, ce dernier point a été spécialement important pour expliquer l’apogée de ce type de concentré. D’un côté, le fait de ne pas utiliser de solvant chimique durant le processus permet à beaucoup de gens de se sentir plus sûr de consommer ce type de produit, ils savent qu’il est élaboré d’une façon plus « naturelle », c’est-à-dire, sans substances chimiques d’aucune sorte. D’un autre côté, l’absence de solvant permet de se passer de la purge de l’extrait, ce qui signifie que le producteur peut s’épargner les traitements post-extractions, couteux et compliqués, qui permettent de s’assurer un extrait sans trace de solvant où d’autres sous produits comme le fameux mystery oil. De plus, les presses de rosin nous permettent de réaliser des cristaux de THCA et sauce de terpènes, l’un des concentrés à la mode dans les meilleurs clubs de consommateurs. Ainsi, les principales caractéristiques du Rosin sont :

  • Concentré de résine obtenu grâce à la pression et la chaleur
  • Produit de grande pureté qui surpasse souvent 60% de THC. Correctement réalisé, la contamination par matière végétal doit être inexistante.
  • Absence total de substance étrangère au matériel qui est pressé, aucun solvant n’est utilisé
  • Le processus de purge n’est pas nécessaire (contrairement au BHO)
  • Le rendement est comparable au BHO, il faut cependant investir plus d’heures de travail pour obtenir une quantité similaire d’extraction

Presse Rosin en fonction (image :@northbeachnatural )

Rosin ou BHO … quel est le meilleur ?

La première chose que nous devons prendre en compte c’est que ce n’est pas la même chose de prendre le point de vue du consommateur que celui du producteur d’extractions. Si vous souhaitez simplement consommer un concentré de résine de qualité opter pour n’importe laquelle des deux méthodes, du moment que la purge du BHO est effectuée correctement et qu’elle ne contient pas de solvant. Si le producteur part avec du bon matériel et applique correctement la technique, la qualité du Rosin ou du BHO sera excellente, il est vraiment difficile de juger laquelle de ces deux extractions est la meilleure.

Par contre, quand on souhaite réaliser son propre concentré, il peut surgir des doutes au niveau de la méthode à utiliser, les deux ont besoin d’une inversion initiale qui peut être considérable et elles proposent des méthodologies très différentes. Comme nos l’avons commenté, l’une des raisons – et de grande importance – pour laquelle de nombreuses personnes préfèrent le Rosin est le danger de travailler avec du gaz butane, quelque chose que la plupart des gens préfèrent éviter et ainsi ne pas risquer un possible accident grave. Cela évite également d’investir de l’espace et de l’argent dans des fours à vide pour purger l’extrait, l’extrait qui peut en plus se consommer immédiatement après l’extraction, sans devoir attendre des heures ou jours pour qu’il se purge complètement.

Donc … le rosin ne présente que des avantages ? Pas exactement. Les chiffres parlent d’eux-mêmes, il est possible de passer plus de matériel en travaillant avec le butane (BHO) qu’en pressant les têtes (Rosin) dans la même durée de temps. Si les coûts sont plus élevés (équipements d’extraction, four pour la purge, pompe à vide et de récupération du gaz, le solvant, etc.) et le processus plus compliqué, la rapidité de la méthode surtout en prenant en compte la quantité de matériel passé et le travail que fourni l’une ou l’autre technique mettrait la balance en faveur du BHO, même s’il faut ensuite perdre du temps pour la purge.

Presse de Rosin Gorilla Press

Circuit fermé de BHO

La décision doit se prendre au calme, en pesant les pours et les contres que nous avons vu. Cependant, il existe différentes questions que vous pourrez vous pauser, qui, si vous répondez par l’affirmatif, vous ferra choisir le Rosin : vous voulez être sûr à 100% que vos concentrés sont naturels, sans solvants chimiques utilisés durant le processus d’extraction ? Vous voulez éviter le risque de travailler avec un matériel hautement inflammable comme le gaz butane ?

Si vous avez répondu « oui », il est clair que vous devez choisir le Rosin. Par contre, si ces facteurs ne sont pas importants pour vous et que vous pouvez payer l’équipement, vous pourrez également choisir le BHO et profiter au maximum de votre temps et de votre matériel. Quoi qu’il en soit et comme nous le répétons toujours, dans le cas de faire du BHO vous devez prendre de grandes précautions et courir le moins de risques possibles ; les conséquences d’un accident peuvent être catastrophiques, aussi bien pour vous que pour les gens qui vous entourent.

En vous souhaitant d’excellentes extractions !

15 août 2019 | Extractions de cannabis
4 commentaires


4 comments on “Rosin vs. BHO … quel est le meilleur concentré de résine ?

  1. Rud

    Ola Alchi, quelle quantité de weed peut-on presser avec les presse Tarik Rosin proposé dans votre catalogue en ligne ? Environ la même quantité préconisée avec un fer à friser (0,25g) ou peut-on augmenter sans négliger la qualité ?
    Merci

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Rud,

      Les plaques chauffante ont une superficie plus importante que les fer à lisser, vous pourrez mettre sans problème plusieurs grammes de matière végétale dans la Tarik Rosin.

      A bientôt

  2. Maroki

    Salut alchi
    j’ai une question de culture à vous poser. Je suis actuellement à une vingtaine de jour de 12/12 en in dans du terreau atami janeco et j’utilise la gamme plagron alga. Je voulais savoir appartir de quelle dose je pouvais démarrer mon engraissage et à quelle moment je devait utiliser mon atami bloombastic.
    Les variété sont 2 hybride à floraison courte un 50/50 et l’autre 60% sativa.

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Maroki,

      Avec un substrat de type light Mix ajouter vos engrais après 2 semaines de culture aux dosages conseillé par le fabricant. Le Bloombastic s’utilise à partir de la mi-floraison.

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *