Engrais et empreinte carbone

L'utilisation massive d'engrais dans les grandes cultures ces dernières décennies laisse une trace de contamination, tant dans le sol que dans l'atmosphère, qui commence aujourd'hui à être perçue avec inquiétude. Bien que l'on sache grâce à de nombreuses études comment l'abus de fertilisation (surtout minérale) détériore le substrat pour les cultures futures, souvent - et même si cela finit par jouer contre eux - les producteurs n'ont qu'une idée en tête : la performance maximale de leur terrains et installations.

Cependant, il ne s'agit pas seulement de la façon dont nous utilisons ces produits, mais de la façon dont les engrais sont fabriqués, transformés et transportés. Et c'est que, comme c'est le cas dans de nombreux autres domaines et secteurs, chacune de ces étapes est source de pollution. Paradoxe curieux... les producteurs ne devraient-ils pas être les premiers à prendre soin de l'environnement où nous avons l'intention de planter?

Il faut être conscient de ce que l'utilisation de certains engrais et produits phytosanitaires implique
Il faut être conscient de ce que l'utilisation de certains engrais et produits phytosanitaires implique

Agriculture et gaz à effet de serre

La population mondiale est en constante augmentation, ce qui signifie que nous avons besoin de plus en plus de nourriture pour soutenir cette croissance. Mais ce n'est pas seulement la demande de nourriture qui augmente de jour en jour, car en plus de plus de nourriture, nous allons également avoir besoin de plus d'aliments pour animaux, de fibres et de biocarburants, donc les prévisions sont claires ; Tant que la population continuera de croître, la demande pour une série de produits liés à l'activité agricole augmentera proportionnellement.

Et c'est que les prévisions de la FAO (Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture) nous parlent d'une population mondiale d'environ 9 000 millions de personnes en 2050, soit environ un tiers de plus que l'actuelle. Logiquement, cette augmentation entraîne un plus grand besoin de nourriture et d'autres produits agricoles, donc ce secteur doit "se mettre à jour" et travailler pour rendre son activité la moins polluante possible, en minimisant l'émission de gaz à effet de serre (GES) et , en bref, l'empreinte carbone de son activité.

Quelle est l'empreinte carbone d'un engrais?

Lorsque nous parlons de l'empreinte carbone d'un produit agricole (ou de tout type de produit, en fait), nous nous référons à la quantité totale de gaz à effet de serre produits directement ou indirectement au cours de son cycle de vie, ce qui implique de sa production ou de sa fabrication jusqu'à sa transport ou utilisation. Ainsi, on parle de matières premières et de leur mode d'obtention et de transport, de procédés de fabrication et de production, de stockage et de transport, de commercialisation ou de gestion des déchets, toute une gamme d'activités nécessaires à l'obtention dudit produit et qui laissent leur empreinte sous forme de contamination.

Vu sous cet angle, acheter quoi que ce soit ne semble plus aussi écologique, n'est-ce pas? D'où l'importance de ce type de calcul, car nous avons besoin de savoir à la fois combien nous polluons et ce que nous pouvons faire pour réduire nos émissions totales de GES. Et c'est que comme nous le verrons, l'agriculture, en plus de présenter une série d'avantages pour l'environnement, n'est pas exactement une activité anodine pour celui-ci, surtout quand une série de bonnes pratiques de terrain sont ignorées.

Il y a un prix à payer pour l'utilisation massive d'engrais chimiques et de pesticides (Photo : Eric Brehm)
Il y a un prix à payer pour l'utilisation massive d'engrais chimiques et de pesticides (Photo : Eric Brehm)

Empreinte carbone et agriculture: comment la réduire?

Les émissions de gaz à effet de serre sont principalement associées à trois types de gaz : le dioxyde de carbone (CO2), le méthane (CH4) et l'oxyde nitreux (N2O), le CO2 et le N2O étant les plus produits par le secteur agricole. Aujourd'hui, on estime que 25% des émissions de GES proviennent de l'activité agricole, forestière et de l'élevage, avec des phénomènes connexes comme la gestion des engrais ou la déforestation.

Si l'on se concentre sur le total des GES émis par cette activité, un tiers d'entre eux sont causés par des sources telles que les semences, les produits phytosanitaires ou les carburants nécessaires à sa réalisation, tandis que le reste, 70%, est directement associé aux engrais minéraux, soit dus aux émissions de gaz une fois appliqués au sol ou dus à leur fabrication et transport.

Nous avons certainement la capacité de faire changer ces données et d'être plus respectueux de l'environnement. Des stratégies commerciales de proximité à l'utilisation de formules de fertilisation modernes et plus respectueuses tant dans leurs procédés de fabrication qu'une fois en usage, appliquées au champ. "Réinventer" le secteur agricole est un défi extrêmement complexe, mais vraiment nécessaire compte tenu des données démographiques mondiales que nous avons vues, ainsi que d'autres facteurs tels que le changement climatique ou l'apparition de nouveaux ravageurs et maladies. Bien sûr, les techniques d'agriculture biologique, la lutte biologique contre les ravageurs ou l'allélopathie devront prendre plus d'importance si nous voulons réduire les émissions de GES dans notre atmosphère.

Plantes allélopathiques et culture du cannabis

Comme les plantes s’associent-elles? Nous pouvons obtenir de meilleures récoltes grâce à la culture simultanée d’autres espèces végétales ? L’allélopathie est un phénomène pour lequel un organisme vivant influe directement sur d’autres organismes de son entourage. Dans cet article nous vous expliquons comment cultiver d’autres plantes pour aider notre cannabis à être plus sain et productif.

Protoxyde d'azote ou N2O: Ennemi public numéro un

On sait que les 3 principaux gaz à effet de serre sont le dioxyde de carbone, le méthane et le protoxyde d'azote, le premier et le troisième étant les plus produits par l'agriculture. Bien que la quantité totale de N2O produite par ce secteur soit considérablement inférieure à celle du CO2, son effet sur l'atmosphère est beaucoup plus prononcé. En effet, le N2O est le gaz qui provoque le plus d'effet de serre, avec un pouvoir de réchauffement global environ 300 fois supérieur à celui du dioxyde de carbone. Mais comment exactement ce gaz est-il produit ?

Eh bien, le N2O est produit à partir du sol, qu'il s'agisse de terres agricoles ou forestières, et sans que l'utilisation d'engrais azotés soit nécessaire à son émission. En fait, il est produit grâce au cycle de l'azote dans deux processus biochimiques appelés nitrification et dénitrification. Au cours de la première, et grâce à l'activité d'une série de bactéries qui tirent leur énergie du processus, l'azote ammoniacal se transforme en azote nitrique ou nitrites, qui s'oxyderont plus tard et donneront naissance à des nitrates, les formes d'azote que les plantes peuvent assimiler .

D'autre part, la dénitrification se produit lorsque la teneur en oxygène du sol baisse, par exemple en raison d'une période prolongée de pluie ou d'irrigation. Dans ce cas, une série de micro-organismes remplacent l'O2 atmosphérique par des molécules à forte teneur en oxygène, comme le nitrate NO3. Au cours de ce processus, NO, N2O et N2 sont générés, dont seul ce dernier est inoffensif sur le plan environnemental.

Ce graphique nous montre comment l'utilisation des engrais chimiques a augmenté au cours des deux dernières décennies dans les différents continents
Ce graphique nous montre comment l'utilisation des engrais chimiques a augmenté au cours des deux dernières décennies sur les différents continents

Quel type d'engrais pollue le plus?

Utiliser n'importe quel type de fertilisation, aussi organique soit-il, a son empreinte carbone, mais... y a-t-il des engrais qui polluent moins que d'autres ? Lequel est le plus polluant ? Eh bien, il s'agit du minéral, et parmi les engrais minéraux, nous soulignerions comme plus polluants ceux qui contiennent de l'urée au lieu du nitrate d'ammonium. Nous vous expliquons pourquoi.

Le nitrate d'ammonium présent dans de nombreux engrais est transformé à partir d'ammoniac et d'acide nitrique, et son empreinte carbone dépend principalement de trois aspects : la consommation d'énergie nécessaire à sa fabrication, la matière première utilisée pour produire l'ammoniac, et donc, en dernier lieu, le N2O émissions produites lors du traitement de l'acide nitrique. En revanche, l'empreinte carbone lors de la production d'urée est plus faible, puisque le CO2 généré lors de la production d'ammoniac est absorbé par l'urée elle-même. Cependant, ce CO2 sera également libéré une fois l'engrais appliqué sur le terrain, et dans le cas de l'urée, les émissions de N20 dues au processus de nitrification sont plus élevées. Ainsi, ils finissent par contaminer plus d'urées que de nitrates.

Bien entendu, la pollution générée lors de la fabrication des engrais dépend en grande partie des techniques utilisées au cours du procédé. Pour vous donner une idée: La production d'un kilo d'azote pour les engrais émet environ 7 kg de CO2 dans l'atmosphère. Si les pratiques suggérées par l'Union européenne sont suivies en termes de techniques et de technologie de production (un concept appelé BAT ou Best Available Technologies), ce chiffre tombe à 3,6 kg de CO2, soit la moitié de la quantité de pollution pour obtenir le même produit.

D'autres engrais courants sur le marché et connus pour avoir un pouvoir polluant élevé sont le sulfate d'ammonium ou le chlorure de potassium. Si nous voulons protéger au maximum notre environnement et nos futures cultures, l'utilisation des nitrates sera toujours beaucoup plus recommandée. À une époque de grande croissance mondiale et où la moitié de la population de la planète dépend déjà de cultures fertilisées avec des engrais minéraux, il convient de prêter attention à ces aspects et d'essayer de réduire autant que possible la pollution inutile, parlons tant de la fabrication ainsi que l'utilisation de ceux-ci (on estime que la pollution générée lors de la production est similaire à celle générée par les émissions de gaz une fois l'engrais appliqué au champ).

L'empreinte carbone de la culture du cannabis

Comme pour toute autre plante ou légume, la culture du cannabis peut également être très polluante. D'autant plus si l'on tient compte de la quantité de cannabis cultivé en intérieur aujourd'hui, avec ce que cela implique: utilisation de systèmes d'éclairage, de climatiseurs, de gros extracteurs d'air, de générateurs de CO2 (représentant entre 11 et 25 % des émissions totales de CO2 de l'installation ), les systèmes d'irrigation et, bien sûr, les pesticides et les engrais. Si nous ajoutons à l'empreinte carbone que nous avons vue (uniquement dans la fertilisation) la dépense énergétique que cette activité implique, nous nous rendons vite compte que, sur le plan environnemental, les grandes cultures que nous voyons aujourd'hui ne représenteraient pas exactement un exemple de durabilité écologique.

Certains insectes peuvent devenir de grands alliés pour lutter contre les ravageurs des cultures (Photo : Rafay Ansari)
Certains insectes peuvent devenir de grands alliés pour lutter contre les ravageurs des cultures (Photo : Rafay Ansari)

Pour vous donner une idée: en 2012 (et c'est-à-dire avant le véritable boom de la culture du cannabis qui a émergé en Amérique du Nord), produire un kilo de cannabis équivalait à 4 600 kilos de CO2 émis, avec une facture d'électricité qui s'élevait à 6 milliards de dollars . Environ 1% de l'électricité totale consommée aux États-Unis. Les chiffres sortent facilement; un seul joint d'herbe "coûte" environ 2 kilos de CO2 dans l'atmosphère.

Autre exemple; en 2021, dans l'État du Colorado, l'industrie du cannabis était responsable de 1,3 % des émissions totales de CO2 de tout l'État, des chiffres similaires à ceux de l'industrie minière du charbon ou de la collecte et de la gestion des déchets. L'un des principaux problèmes ? Parce que le secteur s'est développé si rapidement, de nombreux États n'ont toujours pas de législation sur les émissions de GES concernant la culture du cannabis, il n'y a donc pas de limites ou de protocoles sur la façon de le faire de manière plus efficace sur le plan écologique. Si l'on tient compte du fait que le secteur a un taux de croissance attendu de 16% par an, ces lois semblent plus que jamais nécessaires pour parvenir à une certaine pérennité dans cette activité.

Comme vous l'avez vu, il existe de nombreuses raisons pour tous les cultivateurs du monde, qu'il s'agisse de cannabis ou de toute autre plante, de "se mettre d'accord" et d'essayer de voir comment nous pouvons réduire l'empreinte carbone de nos cultures. De l'utilisation de lampes LED à la place des lampes à décharge élevée aux contrôleurs de climat ou, bien sûr, à l'utilisation d'engrais 100% organiques... tout y contribuera !

Bonne récolte!

-------------------------

Références:

  • Fertilización y CO2. Implicaciones en la huella de carbono, Antonio Vallejo, Diego Ábalos, Ángela Téllez, Guillermo Guardia
  • The carbon footprint of Indoor Cannabis production, Evan Mills
  • Carbon footprint of fertilizer technologies, K. Chojnacka, Z. Kowalski, J. Kulczycka, A. Dmytryk, H. Górecki, B. Ligas, M. Gramza
  • Carbon footprint analysis of mineral fertilizer production in Europe and other world regions, Frank Brentrup, Antoine Hoxha

La lecture des articles publiés par Alchimiaweb, S.L. est réservée aux clients majeurs. Nous rappelons à nos clients que les graines de cannabis ne figurent pas dans le catalogue de la Communauté européenne. Il s'agit de produits destinés à la conservation génétique et à la collection, mais pas à la culture. Il est strictement interdit de les faire germer dans certains pays, à l'exception de ceux autorisés par l'Union européenne. Nous conseillons à nos clients de ne pas violer la loi de quelque manière que ce soit et nous ne sommes pas responsables de leur utilisation.

Commentaire en “Engrais et empreinte carbone” (2)

avatar

François 12-11-2022
Oula vous vous lancez dans un sujet épineux On va faire simple pour avoir une planète en meilleure santé,il va falloir marcher avec ça conscience et ce responsabiliser On parle d'engrais mais vous Alchimia comme moi (utiliser des lampes) et vous en plus vous participer à la vente de matériel polluant indoor Les derniers articles que vous mettez parfois sont vraiment industriel en plus(machine à trimmer) J'ai pris la décision d'arrêter c'est conneries j'ai détruit à coup de masse ma lampe lumatek 630cmh aujourd'hui et ce soir je vois cette article comme le karma de la vie Fait bien les choses Serait il temps qu'on arrête tous de ce juger et qu'on ait tous une attitude sans hypocrisie Les variétés landrace et culture outdoor ne serait il pas la là solution avec engrais verts consoude ortie prêle ... Mais la financière parlant pour l'industrie ce n'est plus la même Ont peut même se poser là question : l'homme n'est il pas l'esclave de l'argent... juste pour ses intérêts ou comme si il était prostituée à l'argent Je dis ça pour les enfants qui vont grandir dans ce monde et n'ont pour stimuler mon égo et je n'ai pas d'enfants mais mon cœur souffre de ce qu'on est tous entrain de faire à la planète aux animaux aux végétaux 💔 à toi Alchimia à vos familles à moi à mon voisin aux gens des autres régions ont forment tous une grande équipe qui s'appelle Humain Après 20 ans de cannabis je tire ma révérence à cette industrie Et me remettre à la skunk#1 nothern ...en campagne une vie simple qualitative et du partage J'ai connu votre petite boutique tranquille à figueres mais la vous partez en couille dans l'industrie capitalisme du cannabis j'aime plus ce monde en porte-à-faux Bonne continuation à vous

Alchimia Staff

Vincent 14-11-2022
Bonjour, le fait d'utiliser ou commercialiser du matériel de culture n'empêche pas d'avoir conscience des problèmes engendrés, au contraire ;-) Cet article n'a pas pour vocation de juger, mais simplement de réfléchir à cette problématique (qui concerne principalement les grandes cultures industrielles, et moins les petits jardiniers amateurs ;-) ). Cordialement.

avatar

Est client d'Alchimia 12-11-2022
Alchimia, vous êtes au top. Merci pour cet article. Il est vrai que la culture de cannabis en indoor est une conséquence des nombreux interdits qui pèsent sur cette plante au niveau mondial. On a trop tendance à oublier ce fait devant les magnifiques résultats de culture, les hybrides sensationnels, la possibilité de cultiver de la Sativa équatoriale au Nord de l'Europe, et toutes les multiples possibilités qu'ont offert la rencontre de la prohibition avec le savoir-faire agro-industriel hollandais, lui-même le résultat d'une adaptation du système agricole à l'économie de marché et ses impératifs de productivité... Avec l'intégration progressive du secteur cannabique au capitalisme se dessine dans le monde du cannabis les mêmes problèmes que dans n'importe quel autre secteur du capitalisme : culture intensive, pollution, consommation énergétique, hégémonie des plus gros acteurs marchands et disparition des petits producteurs, des savoir-faire traditionnels, et des variétés landrace authentiques, comme pour la pomme et la tomate avec les variétés anciennes. Merci donc aux passionné.es qui continuent de travailler à conserver ces variétés et merci à toutes celles et ceux qui se soucient des conséquences environnementales de leur production. A un moment, je pense qu'il sera bon de se reposer collectivement la question des valeurs que véhiculait au départ cette plante et sa consommation. Je vais peut-être passer pour un vieux réactionnaire du fin fond de sa cambrousse attaché à des trucs périmés, mais en ce qui me concerne c'était le refus d'un monde et d'un mode de vie qui détruit la planète par son avidité, j'avais de l'admiration pour les expériences communautaires hippies et les rastas des montagnes de Jamaïque. Pas pour les baldheads, les types en costard, l'argent et autre rat race... Bonne culture à toutes et à tous

Doutes sur l'envoie et le paiement

Les questions et remarques à propos des envois ou des méthodes de paiement ont leur réponse dans la section Aide à l'achat et Système de paiement.

Vous souhaitez donner votre opinion sur "Engrais et empreinte carbone" ou poser une question sur ce post?

Le Pseudo apparaîtra!

Vérifiez que cet adresse email soit valide. Elle ne sera pas publiée.

À propos de ce Blog cannabique

Ce Blog est le blog officiel du GrowShop Alchimia. Ce blog ce dirige exclusivement pour les personnes majeures de 18 ans ou plus.

Pour acheter du matériel pour l'autoproduction de cannabis vous pouvez consulter notre catalogue de graines de cannabis, growshop et Parafernalia.


Abonnez-vous au blog

Vous souhaitez recevoir toutes les nouveautées, actualités et curiosités du monde de la culture?

keyboard_arrow_up