Application foliaire et cannabis

N’importe quel cultivateur devra, à un moment ou à un autre quelle que soit la méthode de culture appliquée, recourir à des pulvérisations sur ses plantes. Les raisons pour cela sont nombreuses : il peut être nécessaire d’appliquer un insecticide, un fongicide ou peut être que nous souhaitons fertiliser les plantes par voie foliaire pour corriger une carence en nutriment ou simplement pour améliorer leur aspect en général.

Quelle qu’en soit la raison, il s’agit d’une opération qui doit se faire correctement si nous souhaitons qu’elle soit réellement efficace. Nous vous présentons tout d’abord 10 règles de base sur l’alimentation foliaire et le cannabis avant d’approfondir sur la meilleure façon d’effectuer la pulvérisation.

Un pulvérisateur en action

Que faire ou ne pas faire durant les applications foliaires

1.- Pulvériser avec une faible intensité lumineuse. Dans les cultures intérieures, le meilleur moment est au début ou à la fin de la période d’obscurité, mais jamais avec les lampes allumées à pleine puissance. Dans le cas des plantes d’extérieur, les applications s’effectuent tôt le matin ou le soir au coucher du soleil. Nous évitons ainsi l’effet loupe dû au soleil et aux gouttes qui pourraient brûler les feuilles. De plus, les stomates des feuilles (qui servent à l’assimilation des nutriments) sont complètement ouverts durant les périodes de nuit, l’assimilation est alors beaucoup plus efficace.

2.- Ne pas pulvériser avec des températures trop hautes ou trop basses. La température idéale pour pulvériser les plantes est de 20-24ºC. Si les températures sont plus élevées, les stomates auront tendance à se fermer, ce qui réduit l’assimilation des nutriments. Au contraire, pulvériser avec des températures basses peut favoriser le développement de moisissures, ce qu’il faut éviter à tout prix. Pour cela il est préférable de pulvériser tôt le matin et laisser les plantes se sécher durant la journée plutôt que de le faire au dernier moment et que les plantes restent trempées toute la nuit.

3.- Ne pas pulvériser en cas de pluie, de vent ou avec la ventilation en marche. Logiquement, la pluie élimine le produit que nous souhaitons appliquer, ce qui réduit grandement son efficacité. Il peut se passer la même chose (dans ce cas en séchant les plantes) si le vent souffle fort ou si nous utilisons des ventilateurs puissants pour la culture en intérieur. Dans le cas de vents modérés, il est recommandable de se placer dos à ce dernier pour pouvoir appliquer le produit correctement. Il faudra faire attention que le produit ne tombe pas sur une autre personne ou sur des animaux, etc.

4.- Pulvériser la plante dans son intégralité, en prenant soin d’appliquer le produit sur le dessous des feuilles, où se trouvent les stomates. Les plantes absorbent les nutriments par les stomates des feuilles, mais également par l’épiderme de la feuille, le tronc et les pétioles.

Section d’une feuille

5.- Ne pas fertiliser avec des doses maximum. Si des nutriments conçus spécialement pour la voie foliaire sont utilisés, il sera toujours préférable d’utiliser la moitié des doses recommandées par le fabricant pour éviter de brûler les feuilles avec un excès de nutriments. Utiliser toujours des appareils de mesure fiable comme peuvent l’être les contrôleurs d’Ec pour éviter les problèmes !

6.- Essayer d’abord sur une feuille avant de pulvériser la plante en entier. Il est toujours recommandable de faire un essai avec les produits que nous ne connaissons pas ou que nous n’avons jamais utilisé par voie foliaire. Pulvériser une seule feuille ou une partie de la plante et attendre 24 heures pour voir la réaction permet d’éviter d’endommager la plante entièrement dans le cas d’une erreur de dosage ou d’utilisation du produit.

7.- Ne pas pulvériser durant la floraison. Il faut toujours éviter de mouiller les têtes pour ne pas favoriser l’apparition de champignons et ne pas laisser de trace de produit. D’un autre côté, les cultivateurs d’extérieur connaîtront forcement ce phénomène avec les pluies et la rosée. C’est justement pour cela qu’il faudra utiliser un préventif contre les infections fongiques s’appliquant par voie foliaire, en respectant toujours le délai de sécurité spécifié par le fabricant.

La tension superficiel permet la création de grosses goûtes

8.- Utiliser un agent mouillant lors de la pulvérisation pour améliorer l’absorption du produit. Ajouter quelques gouttes de savon potassique ou d’un autre savon, détergeant (sans parfums ni teinture et qui ne soit pas antibactérien) ou encore du jus de Yucca lors de la pulvérisation réduit la tension superficielle dans le liquide, ce qui permet un meilleur revêtement et une meilleure absorption du produit en évitant la formation de grandes gouttes sur la feuille.

9.- Utiliser un pulvérisateur fin pour améliorer l’absorption. Il est possible d’utiliser des pulvérisateurs plus gros si nous utilisons du thé de compost ou de la vie microbienne, qui ont besoin d’un embout un peu plus gros pour que l’inoculation soit plus efficace.

10.- Suivre les instructions du fabricant. Assurez-vous que la consommation de vos plantes est complètement sûre en suivant les instructions du fabricant sur l’utilisation et sur la conservation du produit. Si vous travaillez avec certains produits, il faudra utiliser des gants, des lunettes et un masque de protection afin d’éviter d’inhaler des particules nocives. Rappelez-vous également que le fait qu’un produit soit organique ne signifie pas qu’il est valable pour la consommation humaine.

Cette plante montre des signes de carences de nutriments

Pourquoi faire des applications foliaires sur les plantes de cannabis ?

Alimentation foliaire

Même si la fertilisation foliaire ne remplace pas un engraissage du sol avec de la matière organique de qualité, elle est communément utilisée pour apporter rapidement des nutriments pour la plante, spécialement dans le cas de nutriments secondaires comme le calcium, le magnésium, le souffre ou d’autres micronutriments comme le zinc, le manganèse, le fer, le cuivre, le bore ou le molybdène.

Dans les années 50, des scientifiques de l’Université d’Etat du Michigan ont démontré l’efficacité de l’alimentation foliaire lors de diverses expérimentations. Ils ont aspergé les plantes avec du phosphore et du potassium radioactif, ils pouvaient donc grâce à un contrôleur Geser surveiller l’absorption, le mouvement et l’utilisation des nutriments par la plante. Ils ont pu observer que les nutriments sont transportés à un rythme approximatif de 30cm par heure vers toutes les parties de la plante. Leur expérience a permis une autre observation importante : l’efficacité des applications foliaires de nutriments est approximativement de 95%, en comparaison avec l’efficacité pas voie radiculaire qui est de 10%. D’autres études ont montré une efficacité de 65% 25 minutes seulement après l’application foliaire.

Stomates sur l’envers d’une feuille

Un autre grand avantage de l’alimentation foliaire est qu’en apportant des nutriments sur le feuillage les plantes exsuderont davantage d’hydrates de carbone dans la zone radiculaire, ce qui en même temps augmente la vie microbienne dans cette zone, en améliorant l’assimilation des nutriments ou les engrais pour cannabis.

Etant donné son efficacité et sa rapidité, l’alimentation foliaire est une grande aide pour les cultivateurs qui ont besoin de corriger une carence quasi immédiatement, apportant ainsi les nutriments nécessaires facilement assimilables pour la plante et sans charger le substrat avec des fertilisants, ce qui peut provoquer un blocage dans l’assimilation des nutriments à cause d’un excès de sel dans le sol.

Application d’insecticides et de fongicides

De nombreux problèmes causés par les parasites et les maladies du cannabis peuvent se traiter avec des applications foliaires d’insecticides et de fongicides, même si tous les cultivateurs expérimentés savent que la prévention est la clef du succès. Pour cela l’utilisation de produits organiques préventifs aide beaucoup si vous souhaitez récolter des plantes saines. Heureusement, de nombreux produits phytosanitaires organiques possèdent la même efficacité comme préventif ou pour traiter les parasites une fois qu’ils sont installés.

Il faut toujours utiliser une protection adaptée pour la pulvérisation phytosanitaire

L’huile de neem est l’un des protecteurs les plus utilisés comme insecticide pour le cannabis (et comme fongique dans une moindre mesure), il peut non seulement combattre certains parasites, mais il fait aussi partie de l’IPM (Integrated Pest Managment, ou contrôle intégré des parasites) utilisé par une grande partie des cultivateurs dans le monde. Ce contrôle inclut la pulvérisation hebdomadaire d’un mélange d’huile de neem, de jus d’aloe vera et de silicate de potassium, comme le Silicon Max (utilisé comme émergent de l’huile) qui fortifie les plantes et les rend plus résistantes face à des conditions stressantes. Il peut également se rajouter des huiles essentielles de qualité alimentaire de romarin ou de cannelle pour améliorer les propriétés antifongiques.

Le savon potassique est un autre produit non toxique fréquemment utilisé comme insecticide, particulièrement efficace contre les insectes suceurs à corps blanc comme les pucerons où les trips. Une astuce contre les pucerons est de pulvériser du savon potassique en plein soleil (il y a toujours des exceptions à la règle !). En séchant le savon forme une carapace autour de l’insecte et ce dernier meurt en quelques minutes. A utiliser toujours avec de l’eau douce – avec une faible concentration en carbone de calcium – pour éviter la précipitation de la solution. D’autres produits comme l’Aliosan de Trabe (qui inclut de l’ail comme principale ingrédient actif) fonctionnent très bien comme répulsif de différents parasites, ils sont très utiles pour prévenir les infections. Nous pouvons trouver également des produits organiques pour combattre l’araignée rouge (Spider Mite Control, Spider plant), mais aussi d’autres avec le  Bacillus Thuringiensis comme le Cordalene de Trabe, efficace pour prévenir et traiter les chenilles.

D’un autre côté, si nous recherchons des produits pour pulvériser et qui soient efficaces contre les champignons comme l’Odium ou le Botrytis, nous pouvons opter pour l’extrait de propolis avec le Propolix de Trabe, la prèle, les extraits de cannelle comme Cinnaprot, ou les jus d’orties.

On pulvérise parfois simplement une petite partie de la plante avant de faire tout le jardin

Application de stimulateurs, boosteurs et vie microbienne

Il existe un grand nombre de produits stimulants et de boosters formulés spécialement pour l’application foliaire dans le but d’augmenter la vigueur et la résistance des plantes, en fortifiant leur système immunitaire. Parmi eux, nous trouvons Acti-Vera de Biobizz, Delta 8 de Cannabiogen ou Vita Race de Plagron, utilisés durant la période de croissance pour obtenir des plantes plus grandes et plus saines avant la floraison.

Une autre option intéressante est d’apporter aux plantes des microbes bénéfiques pour augmenter la résistance de ces dernières face aux attaques de différents pathogènes. Des produits comme le B+ de Jumus Organix ou Pure de OG Tea contiennent une grande quantité de ces microbes prêts mélangés avec l’eau et pour pulvériser sur les plantes.

Si votre budget ne vous permet pas d’investir dans ces produits, il existe de nombreuses recettes de jus à faire à la maison, des thés de composts ou de plantes fermentées et un long et cetera de remèdes par voie foliaire que vous pouvez faire sans trop de problèmes à la maison de façon économique, en plus d’être respectueux pour l’environnement.

Nous devons respecter l’environnement et utiliser des phytosanitaires de façon responsable

Choisir un pulvérisateur

Si votre jardin est petit ou si vous n’avez besoin d’un pulvérisateur que pour quelques plantes, un pulvérisateur de 750ml sera plus que suffisant pour vous. Des espaces de culture plus grands ou pour un nombre de plantes plus important pourront avoir besoin d’un pulvérisateur de pression de 2L ou même 5L avec lance et sangle pour l’épaule. Il faut toujours rincer le pulvérisateur après son utilisation pour éviter que certains produits présentent des incompatibilités.

Nous espérons que cet article vous aidera à maintenir votre jardin dans les meilleures conditions possibles. Rappelez-vous que les applications foliaires réalisées de façon périodique augmenteront la quantité et la qualité de vos récoltes, en plus de maintenir un grand nombre de parasites éloignés. Assurez-vous d’utiliser les produits de façon responsable et respectueuse de vous-même, de ceux qui vous entourent mais également de l’environnement.

En vous souhaitant d’excellentes cultures !

4 commentaires


4 comments on “Application foliaire et cannabis

  1. High-Man

    Bonjour,
    – Mis à part l’assimilation de nutriments grâce à l’application foliaire, est-il possible et, est-ce intéressant, de procéder à des application foliaire à l’eau seule (donc sans engrais) afin d’apporter une hydratation supplémentaire ou cela est superflus ?

    – De plus, le pH de la solution doit-être au même pH que la SN ou l’eau d’arrosage ?

    Merci pour votre travail Alchi et à la prochaine 😉

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour High Man,

      Nous ne recommandons pas l’engraissage par voie foliaire en général. Il est recommandé de faire travailler les racines afin de les rendres plus résistantes et d’en développer davantage également. Vous pourrez nettoyer les feuilles de temps en temps mais une fois que les têtes seront développées il faudra éviter d’appliquer des liquides en général directement sur la plante.

      Lorsque vous appliquez une pulvérisation il n’est pas nécessaire de réguler le pH.

      A bientôt

  2. FAURE

    Bonjour à toute l’équipe d’Alchimia et merci pour votre travail.
    Je lis que vous parlez de l’huile de neem et d’autres huiles essentielles pour lutter contre les parasites. Faut-il pulvériser les huiles essentielles pures ou bien utiliser un solubilisant comme le solubol qui est utilisé pour les cosmétiques par exemple? Peut-on les utiliser en prévention? Ne risquent-elles pas de nuire à l’évapo-transpiration des feuilles?
    Merci encore pour vos précieux conseils et à bientôt!

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Faure,

      Vous pouvez appliquer l’huile de neem mélangée avec de l’eau en pulvérisation sans aucun problème. L’huile de neem ne laissera pas de traces pouvant gêner l’évapo-transpiration.

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *