Culture de cannabis et compost maison

Qu’est ce que le compost?

Le compost est un engrais organique idéal, issu de la décomposition contrôlée de tout type de matière organique, solide ou semi-solide. Différents micro organismes se chargent de dégrader les résidus organiques jusqu’à les convertir en un produit assimilable par les plantes de cannabis.

Le compost peut être acheté sous différentes formes, dans la nature le processus de fabrication se réalise seul, et si nous le produisons nous mêmes nous pourrons alors, en plus de disposer d’un engrais riche pour notre plantation de cannabis, recycler nos déchets organiques pour collaborer activement au bien-être de la planète.

Processus de compostage

Processus de compostage

Comment utiliser le compost

Utilisation en pot pour la culture de cannabis en extérieur. La proportion sera d’une part de compost pour trois parts de terre légère en nutriments (de type Light Mix) pour les plantes de cannabis. Lors de cultures de longue durée en extérieur nous pourrons effectuer un second apport lors du dernier rempotage, à condition qu’il s’agisse de compost mature; si ce n’était pas le cas il ne faudrait pas l’enterrer, pour éviter son contact direct avec les racines ou le tronc.

Les lombrics travaillent le substrat

Les lombrics travaillent le substrat

Utilisation en pot en intérieur. La même proportion qu’en extérieur sera recommandée, il est très important de vérifier que le compost soit mûr et ne contienne pas de champignons, mouches ou autres parasites, les conditions de culture de cannabis en placard étant très favorables au développement des insectes et maladies.

Utilisation en pleine terre. Si nous avons la chance de disposer d’un potager dont une partie est dédiée au cannabis, le compost deviendra rapidement notre meilleur allié. Nous pourrons réaliser au moins 3 apports par an, à raison de 2Kg de compost par mètre carré. Le premier se fera juste après la récolte du cannabis, le compost pourra alors être frais, de seulement 2 ou 3 mois, les micro organismes présents dans la terre feront leur travail de décomposition et s’ils en ont l’opportunité, les lombrics apprécieront un sol si riche, qu’ils travailleront en s’alimentant. Le second apport de compost se fera quelques semaines avant la germination des graines, il devra être mature et libre d’agents pathogènes, on le mélangera au sol jusqu’à obtenir une terre homogène. La dernière application se fera lorsque les plantes auront déjà quelques mois de vie, le compost devra être mature, il conviendra d’éviter son contact direct avec les racines ou le tronc.

Micro vie bénéfique

Micro vie bénéfique

Utilisation de compost Guerrilla. Le transport des matériaux jusqu’au lieu de culture en guerilla étant parfois difficile, une bonne solution consistera à concevoir un tas de compost directement à proximité de la culture. Comme pour celui fabriqué à la maison, il faudra tamiser le compost obtenu avant de l’appliquer. Du fait de la lixiviation engendrée par le ruissellement de la pluie, notre compost pourra s’avérer moins riche que celui réalisé en conditions optimales, mais il demeurera efficace en améliorant la structure du sol et en réduisant les besoins en eau.

Utilisation en paillage. En appliquant une couche de compost très mûr sur la couche supérieure de la terre nous éviterons la formation de mauvaises herbes qui entreraient en compétition avec nos plantes de cannabis, et servira d’engrais organique léger tout en protégeant la vie bactérienne du sol des rayons solaires qui pourraient les affecter.

Thé de compost. En provoquant volontairement la lixiviation du compost nous obtiendrons un engrais organique liquide riche en nutriments. Une technique pour fabriquer ce thé de compost consistera à remplir un sac de toile avec un kilo de compost, en l’empêchant de sortir, avant de plonger ce sac dans un bac d’eau dans lequel nous le laisserons macérer 12 heures. L’arrosage peut se faire directement avec ce thé, si le temps de macération est supérieur à 12 heures il faudra toutefois le diluer à l’eau avant de l’appliquer aux plantes.

Avantages du compost

  • Le compost présente de nombreuses qualités, qu’il convient de connaître pour optimiser son utilisation et profiter de tout son potentiel.
  • Son origine 100% organique favorisera les propriétés organoleptiques des plantes de cannabis.
  • Agit comme récupérateur organique des sols, améliorant ses propriétés, augmentant la diversité de la vie microbienne, et sera ainsi très bénéfique aux sols pauvres ou abîmés.
  • Réduit la nécessité d’appliquer des engrais car il diffusera des oligo-éléments, macro et micro éléments et nutriments qui nourriront les plantes de cannabis, en plus de favoriser l’assimilation des nutriments apportés lors d’un arrosage avec engrais.
  • Permet une meilleure rétention d’eau. Cette qualité est très favorable dans les cultures où le cannabis peut souffrir de stress hydrique, comme par exemple en guerilla.
  • Le compost est également une excellente couverture ou paillage qui empêchera les herbes indésirables de coloniser le substrat, en plus de protéger la vie bactérienne du sol des radiations solaires.
  • En plus de nourrir la terre, sous ses premières formes il sert d’aliment et favorise la procréation des lombrics, nous offrant un magnifique humus de lombric dont nous parlerons dans un prochain article.
  • Environ 40% du poids de notre poubelle domestique correspond à des restes organiques, qui normalement finiront à la décharge, et s’ils sont mal traités pourront polluer le sol et les nappes phréatiques, ainsi que participer à l’effet de serre. Le compost est donc aussi une excellente initiative écologique.
  • En réalisant notre propre compost, nous fermerons quasiment le cercle végétal en convertissant le problème des déchets en une solution verte pour fertiliser notre potager, et produire de nouveaux fruits et légumes, dont une partie retournera sur le tas de compost après la récolte…

Types de composteurs

Composteur en plastique

Composteur en plastique

Nous pouvons composter n’importe où, selon l’espace disponible et nos exigences esthétiques, il sera même possible de conserver une attitude positive en appartement, nous vous détaillerons quelques unes des alternatives envisageables.

Composteur commercial. Sans doute le plus rapide et le plus commode à mettre en place, généralement fabriqué en plastique, comporte une ouverture sur la partie supérieure pour introduire les déchets organiques, et une porte sur la partie inférieure pour récupérer le compost mature. Avec ce type de composteur nous évitons les problèmes d’animaux attirés par les déchets, son aspect est idéal pour composter à la maison.

Bidon  composteur

Bidon composteur

Composteur en bidon. Si nous disposons d’un grand bidon ou baril de plastique, il suffira d’y percer une trappe pour glisser les restes végétaux, et une porte sur le fond pour récupérer le compost.

Grand composteur en bois.

Grand composteur en bois.

Composteur en bois ou en briques. Si nous en avons le temps et disposons de matières premières, la construction d’un composteur en bois ou briques peut se révéler être une expérience gratifiante. Nous penserons là aussi à concevoir une petite porte sur la partie supérieure pour ajouter la matière organique, nous utiliserons pour la façade des planches de bois qui pourront être retirées individuellement en les faisant glisser horizontalement, pour faciliter le contrôle et la récupération du compost mature.

Le volume dépendra de l’espace, mais pour un compostage efficace et de qualité il est recommandé de ne pas excéder 1m3 par composteur: ainsi, si nous disposons d’un grand jardin qui produira une quantité considérable de déchets verts, il sera plus avantageux de bâtir plusieurs petits composteurs, qu’un seul d’un volume trop important pour un travail homogène et un contrôle efficace du travail de compostage. Nous pourrons ainsi disposer de composts à différents stades de maturation d’un bac à l’autre.

Compost en grillage. Une simple grille métallique peut se convertir en composteur en quelques minutes, il suffira d’en relier les extrémité de façon à former un rouleau que nous fixerons au sol à la verticale. Cette méthode implique une grande aération de la matière: il faudra donc être vigilant quant à l’humidité et aux températures dans le tas de compost. Ces installations sont idéales au jardin.

Composteur en grillage

Composteur en grillage

Le composteur sera placé dans une zone ombragée et protégée des vents dominants, à proximité d’une source d’eau et d’un volume permettant facilement de le remuer ou de prélever le compost mûr. Il sera important de le protéger de la pluie pour éviter une lixiviation des nutriments trop important. Concernant le montage en lui même de ces composteurs, nous sommes certains qu’avec un peu de temps et d’expérience vous pourrez sans problème laisser s’exprimer votre imagination au service du recyclage, pour des composteurs aussi efficaces qu’esthétiques!

Ingrédients pour la fabrication du compost

Pendant la préparation du compost, nous pourrons observer quantité de formes de vie différentes qui participent au processus, insectes, vers, bactéries et champignons feront du compost une matière vivante. Pour maintenir le cycle naturel nous devrons éviter l’usage d’insecticides, fongicides ou tout type d’élément qui pourrait mettre en danger cet équilibre.

Les ingrédients nécessaires pour réaliser le compost sont l’eau , l’oxygène, l’azote et le carbone.

  • Eau. Le mélange doit être humide mais non détrempé. Pour vérifier l’humidité du compost, nous pourrons en presser délicatement un échantillon entre nos mains: s’il est coulant, il est trop humide. Au contraire si même en le pressant fortement il n’en sort aucun jus, le compost est sans doute trop sec. L’idéal est qu’il en coule quelques gouttes en pressant, et que notre main reste légèrement humide, ceci représentant un niveau d’humidité optimal.
  • Oxygène. Les micro-organismes chargés de la décomposition meurent sans oxygène. Si le mélange est trop humide et de texture trop pâteuse, l’oxygène pénétrera très difficilement. Il faudra alors remuer le tas de compost pour l’enrichir en oxygène pour garantir le développement des micro organismes et faciliter ainsi une décomposition sans odeur.
  • Azote. Ce sont les matériaux appelés matière verte, parmi lesquels nous utiliserons le plus souvent: restes de cuisine, fruits, végétaux, tontes de gazon, fumier, marc de café, feuilles ou sachets de thé, restes de feuilles vertes ou déchets de tailles d’entretien.
  • Carbone. Aussi appelé matière marron: restes de plantes sèches (branches et troncs), paille, cendres de bois, carton, papier, sciure et cheveux. Il est déconseillé d’employer du papier ou carton présentant de l’encre de couleur, les restes de bois, cendres ou sciure doivent être exempts d’huiles, peintures ou autres produits chimiques qui altèrent la qualité du compost.
Plantes de cannabis nourries au compost

Plantes de cannabis nourries au compost

Pour « nourrir » son compost, les produits suivants sont déconseillés: conserves salées, plantes malades, défécations de chiens ou chats, graisse ou tout matériel contenant des traces de produits chimiques. Les restes de poissons, viandes, produits laitiers, huiles ou salades peuvent être ajoutées au composteur, même si ce n’est pas recommandé du fait de l’odeur désagréable qu’ils génèrent si la fermentation et la décomposition ne sont pas stables et homogènes, et des nuisibles que ces produits attireront (chiens, chats, rongeurs, insectes…puis leurs prédateurs comme les serpents par exemple).

Processus de fabrication du compost

Que composter?

Que composter?

Avant d’incorporer les déchets au compost, il conviendra de les mixer ou de les couper en cubes de moins de 5 cm pour favoriser une décomposition rapide, se traduisant également par une meilleure aération, simplifiant le processus de compostage.

Il existe différentes formules pour préparer le compost, l’idéal étant d’avoir un mélange homogène des composants, une humidité stable, et aérer au moins une fois par semaine; il est de toute manière très intéressant d’expérimenter par soi même pour comparer les différents résultats selon les méthodes appliquées.

Une proportion fréquente est ¾ de matière marron (carbone) et ¼ de vert (azote), il est aussi possible de mélanger deux parts d’une matière sèche pour une part de matière humide, dans ce cas il faudra une attention spéciale, et remuer le mélange au moins une fois par semaine.

Si le composteur n’est pas en contact direct avec la terre, il faudra en ajouter une couche pour commencer, afin d’apporter une base de micro organisme à notre futur compost. Nous intercalerons ensuite une couche de 15 cm de matière marron, puis 10cm de matière verte.

À chaque couche ajoutée, il conviendra d’arroser sans noyer le mélange, si c’était le cas quelques poignées de feuilles sèches rectifieront rapidement cela.

Pour apporter des minéraux, nous disposons toutes les deux couches un peu de cendre de bois non traité ainsi qu’un peu de calcium (chaux) pour contrôler le pH, nous mélangerons alors le tas pour une action homogène.

Composteur maison en bois

Composteur maison en bois

Pour accélérer le processus, on utilisera des activateurs comme par exemple le purin d’orties, les moins scrupuleux pourront simplifier la préparation en arrosant d’une solution composée à 10% d’urine humaine diluée dans de l’eau, idéalement extraite d’une personne ne prenant pas de médicaments. On pourra aussi recourir au fumier d’animaux herbivores pour activer et stimuler le compost, de préférence en extérieur, à moins de disposer d’une bonne expérience du compostage pour éviter les déconvenues.

Si l’on ajoute des restes de repas, il faudra les recouvrir de feuilles sèches et morceaux de carton, s’ils restaient à découvert la procréation des mouches serait facilitée, et leurs oeufs disséminés dans notre compost pourraient par la suite se traduire par des risques d’infections de la mouche noire qui apparaissent dans les terreaux pour cannabis.

Lorsque commence la décomposition, la température peut atteindre 50/60ºC, il ne faudra pas la laisser dépasser 70ºC ni descendre sous 30ºC. Nous maintiendrons la température en remuant et en arrosant le compost pour que la décomposition ne soit pas interrompue.

Contrôler l’humidité, vérifier que la matière ne soit ni sèche ni saturée; pour cela les arrosages se feront environ tous les 3 à 4 jours selon les conditions climatiques.

Aération mécanique du compost

Aération mécanique du compost

Remuer régulièrement le compost oxygénera la matière et aidera à accélérer la maturation.
Si le compost a été correctement réalisé, il sera prêt entre 3 et 6 mois, s’il n’a pas été correctement oxygéné il pourra demander jusqu’à un an pour être prêt à être utilisé.
Nous saurons que notre compost est prêt lorsqu’il dégagera une odeur typique de forêt, sera d’une couleur sombre, on ne pourra plus distinguer de déchets et la température sera redescendue à +/- 20º, il sera alors temps de recourir à une grille métallique aux mailles d’environ 1cm de largeur pour filtrer et tamiser le mélange, les déchets retourneront dans le tas de compost en cours de maturation.

Le compost récolté demandera 10/15 jours d’aération pour terminer sa maturation, perdre de l’humidité et cesser complètement le travail de décomposition des micro organismes comme les bactéries que nous pouvons trouver dans d’autres produits comme par exemple les perles Bactohemp. Une fois mûr et sec, on pourra le stocker en sacs hermétiques, en vérifiant l’absence d’un éventuel excès d’humidité qui pourrait se traduire par la putréfaction.

Par mesure de sécurité, nous pourrons tester la qualité du compost avant de l’utiliser en y faisant germer 10 graines de lentilles, dont un minimum de 8 à 9 graines devront germer: dans le cas contraire, il est fort probable que le compost soit de mauvaise qualité (à condition bien sûr de réaliser le test avec des semences issues d’un lot ne présentant aucun problème de germination en conditions normales).

Solutions aux problèmes de compost

Voici quelques exemples des soucis les plus fréquents pouvant survenir lors de la préparation du compost, ainsi que les solutions qui pourront être envisagées pour y remédier.

  • Mauvaise odeur. Elle peut être due à un excès d’azote ou d’humidité, dans les deux cas nous pourrons ajouter du carton, des feuilles sèches ou du papier. Cette odeur peut aussi provenir d’un manque d’oxygène, il suffira alors de retourner le mélange pour l’aérer et résoudre ce problème.
  • Odeur d’ammoniac. Lorsque le tas de compost est trop grand son poids peut finir par compresser le mélange en générant cette odeur désagréable.
  • Le mélange ne chauffe pas. Normalement ceci est du à un manque de matières riches en azote, en plus d’ajouter des déchets verts, un purin d’ortie ou de l’eau enrichie d’engrais de croissance corrigeront cela. Le mélange peut également ne pas chauffer en cas de manque d’oxygène, ou d’excès ou de manque d’eau.
  • Mouches et autres insectes. Il ne sont pas un vrai problème mais peuvent être dérangeant; couvrir les restes alimentaires de feuilles mortes, de paille ou de sciure de bois. Les fourmis pourront être évitées en cultivant de la lavande au pied du composteur.
  • Excès ou manque d’humidité. Nous le corrigerons en ajoutant des feuilles sèches ou de l’eau selon le cas, avant de remuer énergiquement le tas pour le rendre homogène.

Merci beaucoup pour votre attention, nous vous souhaitons un bon compostage!

44 commentaires


44 comments on “Culture de cannabis et compost maison

  1. laurent

    salut mettez des feuilles de consoude de russie ca active la decomposition

  2. elvis presley

    ouai mais c’est réserver a ce qui vivent sur la campagne exct ou qui on un jardin , par contre ce qui vivent dans les appartement c’est autre chose …

    ca prouve encore une foi que la terre est le meilleur substrat pour des plante …la nature reprend toujours c’est droit rien ne rivalise contre la terre …
    ….je vois mal des plante monstre que mon pote george cervantes fait en terre le voir en aéroponie lol ca ne tiendrais pas
    …sérieux j aime trop regardez MON POTE LE MAITRE SENSEI GEORGE CERVANTES en vidéo ,c’est vidéo sont toujours passionnantes , que la force soit avec toi

  3. Laurent

    Super ce doc, c’est vrai que surtout pour l’exté mais j’aime beaucoup l’idée de recycler ses déchets en engrais, mais les résultats sont t’ils les mêmes que si on utilise les engrais liquides du marché sans oublier le PK?! Ou le PK reste « obligatoire » meme avec du composte?!

  4. Zanzi

    Bonjour à toutes et à tous, je vous écrits depuis archipel de l’océan Indien situé en face des côtes tanzaniennes ou je suis installé depuis quelques mois maintenant. Je suis consommateur depuis quelques années et depuis que je suis arrivé ici il m’est impossible de trouver une Herbe de qualité, en effet l’herbe vendu ici certes pas chère mais remplis de graines, sans gout et quasi aucun effet me laisse perplexe. J’ai donc envisagé de faire pousser deux trois pieds ici. Je suis dans une vaste propriété avec certain coin discret à l’abri de tous regards, mais je suis totalement novice en terme de Culture Le sol ici est plutôt rocailleux mais l’endroit dispose de quelque coin plat avec une très bonne exposition au soleil. Les températures sont en train de monter au fil des jours, l’hiver étend finis depuis 3 semaines (Hiver chaud quand même mais moins) Je suis donc ici pour vous demander conseil sur le type de graines a éventuellement acheté, quel type de terrain est requis ? je suis dans un pays où il est difficile de se procurer du matériel adéquate, je dispose d’un sol ou quasiment pousse d’après ce que je peux voir, j’ai de lot de pluie ou eau en bouteille, je peux éventuellement commencer à faire du compost mais encore une fois cela n’étant pas d’une grande facilité. Voilà quelque part je dispose du soleil et un peu d’espace mais pas grand-chose d’autre. Pensez-vous que cela peut quand même donner quelque chose ? Je vous remercie d’avance si certains d’entre vous prendrons un peu de leur temps pour me conseiller au mieux, bonne journée !!

    1. Marcel

      Bonjour, je vous conseille de commencer par lire notre guide de culture selon la latitude, vous y trouverez certains conseils concernant la culture en climat tropical ou équatorien 😉

  5. christophe

    bonjour
    super votre site
    je debute et je commence par un pied de white widow et blue cheese
    j’aimerais savoir quelle engrais utilise et si vous pouviez me faire une liste des produits a utiliser pour la croissance et la floraison
    avec le detail des dosage et a quelle moment les utilise
    je vous remercie
    j’utilise des pots de 9 litres faut il plus gros et je cultive en interieur
    quelle type d armoire me faut il pour une 10 de pot
    meci encore

    1. Marcel

      Bonjour, pour cultiver 9/10 plantes en pots de 9 litres pour la floraison, je vous conseille d’utiliser une armoire de 90*90*180cm, avec une ampoule HPS 400W pour la floraison, et d’utiliser une gamme d’engrais organique, comme par exemple Biobizz ou BioCanna, dont vous trouverez les tableaux de dosages sur chaque fiche produit 😉
      N’hésitez pas à lire aussi notre guide d’utilisation de l’engrais en terre.

  6. davigoal 07

    Salut l’equipe d’alchimia,quelle graine me conseillez vous qui irai bien avec la bluehell,sachant que je recherche des aromes citriques et un effet énergisant.
    Merci d’ avance pour la reponse

  7. davigoal07

    encore merci pour cette reponse a bientot

  8. slyv

    bonjours j’aurais voulu savoire si vous connaissiez le site buy******** pour acheter de l’herbe site usa arnaque ou pas ?merci de votre reponse

    1. Marcel

      Bonjour, je vous déconseille fortement d’essayer d’acheter du cannabis en ligne, les risques étant très nombreux (escroquerie, qualité douteuse, douanes…)
      Le meilleur moyen de s’approvisionner en cannabis de manière durable et qualitative, sera l’autoproduction 🙂

  9. slyv

    merci pour votre conseil qui est le meilleurs!!!! c’etais juste pour in fo vu que vous etes dans le domaine de l’auto production et que vous possedez un site avec une large communaute de cultivateur essayons ensemble d’eviter les arnaques du net et de tomber dans la facilitée merci encore

  10. davigoal07

    bonjour ,désolé pour le post mais il n y avait plus de place pour laisser un com sur les bouture.
    Donc, j ai 3 boutures qui ont racinés mais toutes leurs feuilles sont jaunes , est ce que si je les repiquent ,elles vont pouvoirs faire leur photosyntheses ?
    Vu qu il n y a plus de vert .
    Désolé si on vous a dejà poster cette question et merci

    1. Marcel

      Bonjour, si la bouture est totalement jaunie, alors celle ci va hélas surement mourir. Si par contre il reste un peu de vert, alors il reste de l’espoir 😉

  11. davigoal 07

    Merci marcel ,je tiens a dire que je lis tout tes conseils et que je les suis à la lettre car comme je t’avais déjà dit , j’ai vu quelque jdc sur le FCF de toi et je peux te dire que cela m’a donner envie de me mettre a la culture ORGANIQUE et surtout qu on pouvait rivaliser avec les engrais chimiques .(niveau production bien sur car au niveau du gout y a pas photo)
    En plus ca en a fait taire plus d’un sur le fcf.

    A plus tard pour une nouvelle question et merci.

    1. Marcel

      Bonjour, avec les engrais organiques je pense qu’une chose très importante est d’utiliser et d’entretenir de la vie microbienne bénéfique dans le sol, ainsi les nutriments organiques seront assimilés de manière rapide et efficace. Les engrais minéraux sont de leur coté beaucoup moins dépendants de la qualité microbienne du sol, c’est pourquoi les cultivateurs ignorant ces paramètres microbiologiques de la terre préféreront souvent ce type d’engrais. Une culture biologique est une culture vivante (bio = vie), utilisant la symbiose naturelle entre les plantes et les bactéries/champignons 🙂

  12. babel

    Bonjour à tous, très bel article.
    Lorqu’on cultive des légumes selon la méthode biologique il est préférable d’acheter des graines bio parce qu’elles sont adaptées à ce genre de culture. D’où ma question:Il y a-t-il des variétés qui réagissent particulièrement bien à la culture biologique en pleine terre à l’extérieur (avec récolte si possible début octobre au plus tard)? Et aussi est-ce qu’il y a des grainetiers orientés « bio »?

    Merci

    1. Marcel

      Bonjour, toutes les graines de cannabis peuvent être utilisées en culture biologique, il n’y a pas de variétés spécialement prévues pour cela. Certains grainetiers produisent effectivement leur graines de manière biologique, il s’agira alors de graines régulières, comme par exemple celles de TGA Subcool, ou de Reggae Seeds, dont les breeders sont connus pour cultiver dans de gros bacs de terre enrichie avec des amendements biologiques.

  13. davigoal07

    salut l’équipe je poste une question ici car le sujet sur les terpenes est clos .
    Est ce que le fait de mettre des huiles essentiels [ylang ylang] dans un verre a l’intérieur de la box peut stimuler les plantes a produire plus de terpene ?
    Avez vous deja essayer ou vaut il mieux éviter ?

    1. Marcel

      Bonjour, il est vrai qu’avec les herbes aromatiques, il existe dans la Nature une certaine compétition olfactive entre les plantes. Cependant à ma connaissance il n’y a hélas pas eu d’études sur l’utilisation d’huiles essentielles dans la culture du cannabis, et il faudrait pour valider scientifiquement d’éventuels résultats, mener des tests précis avec analyse de terpènes de chaque échantillon.
      Certaines huiles essentielles ont également des propriétés herbicides (basilic, citron..). Ne vaporisez jamais d’HE sur les plantes, sinon cela les brûlerait.
      Pour stimuler la production de terpènes vous pouvez aussi ajouter 1 goutte d’huile essentielle absolue de Jasmin (Grandiflorum) pour 5L de solution nutritive, cette huile contenant du Methyl-Jasmonate, un éliciteur qui stimule les défenses immunitaires des plantes et donc la production de résine, de cannabinoïdes et de terpènes. Mais cette huile absolue de jasmin est hélas très chère (de 25 à 30€ les 5 ml, dans les boutiques d’aromathérapie). En tout cas si vous faites des expériences sur le sujet, n’hésitez pas à nous tenir au courant de vos résultats 😉

  14. davigoal 07

    OK ,marcel et merci je vais essayer cette huile de jasmin .Je vous direz si ca marche, en tout cas il me semble que ca sent un peu plus fort dans mon armoire depuis que j’ai mis 2 ou 3 gouttes de ylang dans un petit verre devant mon ventilo.

  15. Oulalaoui

    Bonjour à tous,
    Est-ce que l’ajout de compost à la terre dispense de mettre de (des) engrais ?
    Et à quelle taille de croissance environ on peut confier nos plantes à du compost ?
    J’ai une plantation indoor, pour l’instant elles font 8-10 cms de haut et ont 8 feuilles
    Merci d’avance pour votre réponse et bravo pour votre dynamisme et votre sympathie, vous êtes géniaux !!! 😉

    1. Marcel

      Bonjour, composter sa terre permettra d’utiliser beaucoup moins d’engrais liquide pour la culture du cannabis, mais pour s’en passer totalement, cela dépendra surtout de la « richesse » de votre compost, de son équilibre en minéraux, et de la quantité de compost que vous utiliserez 😉

  16. Oulalaoui

    Merci Marcel ! 😉 Je pensais faire 1/3 compost
    Et on peut en mettre dès qu’ils ont 10 cms ou pas ?

    1. Marcel

      Bonjour, cela dépend de la richesse de votre compost, mais faites attention avec les jeunes semis, qui sont très sensibles aux excès d’engrais. N’hésitez donc pas à commencer la culture dans des petits pots de terreau léger, puis de rempoter vos plantes dans votre mélange enrichi lorsqu’elles auront quelques étages 😉

  17. julien

    salut l équipe! voila je prépare ma prochaine session en outdoor ds le sud de la France. cette année pour des pots de 70 l pour mon dernier rempotage je compte mettre 80% de light mix + 20% de compost vegetal maison + trichoderma. Est ce un bon choix ? a partir de quel moment je pourrai ajouter de l engrais de croissance (biothrivegrow)?merci

    1. Marcel

      Bonjour, ce mélange parait bon, mais la qualité et la richesse du compost peut varier fortement selon sa composition et sa réalisation. Il sera donc difficile de vous dire avec précision à partir de quand utiliser de l’engrais de croissance, mais il faudra surement attendre au moins deux ou trois semaines après chaque rempotage 😉

  18. Oulalaoui

    Je ne sais pas pour le cannabis mais il y a un engrais terriblement efficace pour les cultures en général c’est le fumier de cheval.
    Il faut juste le mélanger à la terre ou au terreau 1 ou 2 mois avant d’y planter quoique ce soit sinon il est trop riche et il brûle tout !
    La plupart des clubs hippiques le donnent, ça les débarrasse… 😉

  19. julien

    salut l équipe!! je ne comprend pas! « vous dites que les racines ne doivent pas être en contact avec le compost » mais comment est ce possible si le compost est mélangé au terreau? autre question: si je n ‘utilise que du compost avec du terreau sera t il nécessaire de rajouter de l engrais de croissance type Fish mix? dernière question combien représente en litre un sac de terreau de 20 kilos? merci

    1. Marcel

      Bonjour, c’est vrai que la phrase n’est pas très claire, il faut éviter tout contact du compost avec les racines, mais uniquement lorsqu’il s’agit de compost frais, ou de très jeunes plantes. Si le compost est mature, et que les plantes ont au moins quelques étages, alors pas de soucis 😉
      Pour l’engrais de croissance il sera difficile de vous répondre, car tout dépendra de la richesse de votre compost, et de l’appétit de vos plantes.
      Pour votre dernière question, la réponse dépendra de la densité du terreau 🙂

  20. Oulalaoui

    J’ai un petit soucis si quelqu’un pouvait m’aider ? 😉
    Voilà, j’ai replanté mes pieds avec déjà quelques étages dans un mélange 1/3 compost 2/3 terreau et j’ai placé le tout sous une rampe de néons lumière du jour 6500 °K, (à environ 10 cms des plantes), j’ai lu ça et là que c’est ce type d’éclairage qui convenait bien pour la croissance
    Et là il y en a qui ont des feuilles jaunes en bas, est-ce que c’est un manque d’azote ? Ou autre ?
    C’est de la Kali Mist, la meilleure sativa de l’univers !!!! 🙂 donc si vous pouviez m’aider à les remettre en pleine forme je vous bénirai jusqu’à la… allez… 100ème génération !!!!
    Merci d’avance !!!

    1. Marcel

      Bonjour, lorsqu’une plante jaunit par le bas, il s’agit bien en général d’une carence en azote, il vous font donc ajouter rapidement de l’engrais de croissance afin de la corriger. Par ailleurs, n’hésitez pas à approcher vos tubes néons à quelques centimètres des plantes, ce type de lumière n’ayant pas une forte pénétration lumineuse.

  21. Oulalaoui

    @ Julien: il vaut mieux mettre du terreau entre les plants et le compost, sinon ça risque d’être trop riche, surtout quand tes pieds sont petits !
    Pour ta 2ème question il y a déjà eu une réponse plus haut, le compost te permet de mettre moins d’engrais puisque c’en est un…

  22. Oulalaoui

    Merci Marcel ! C’est plein de subtilités la culture de la weed, heureusement qu’il y a des passionnés qui partagent leur savoir !
    Pour ce qui est de la distance feuilles/néons c’est vrai que même en contact elles ont pas l’air d’être trop dérangées… 😉
    Là j’avais plus assez de sous, du coup je me suis dépanné avec 8 néons montés dans un cadre de cornières alu que je monte au fur et à mesure, ça fonctionne pas trop mal, mais la prochaine fois promis je vous achète des lampes plus adaptées !
    PS: au fait je voulais vous remercier pour votre envoi de graines, en plus du petit cadeau (critical + auto), il y en avait plus que prévu, ça a été excellente surprise !!! Un gros merci donc, vous êtes SUPER !!! 😀

  23. Belial

    Bonjour,

    Puis-je rajouter mon compost maison dans du all mix ?

    Merci

    Cordialement

    1. Jerome Alchimia

      Bonjour Belial,

      Cela sera trop riche. Si vous souhaitez utiliser votre compost utilisez le avec du Light Mix.

      A bientôt

  24. ray

    Bonjour,
    Je souhaite effectuer une culure en exterieur en region nord de la france climat humide. Je compte lancer une early maroc en croissance indoor pendant trois semaines et la sortir à l exterieur debut juin. Quelle serait la taille de pot adéquat en exterieur avec un melange type subcool ou votre recette de terrreau sans rajouter d ‘engrais ?

    1. Jerome Alchimia

      Bonjour Ray,

      La Early Maroc n’apprécie pas spécialement le changement de spectre lumineux, il sera préférable de la cultiver directement en extérieur. Les autres variétés de Philosopher Seeds n’ont aucun problème pour commencer leur développement en intérieur. Pour une culture en terreau enrichie il faudra utiliser un pot plutôt important, le volume du pot influencera également la taille de la plante. Si vous n’avez pas de limite de taille pour la plante, vous pouvez placer votre plante dans un pot de 25 ou même 50L.

      A bientôt

  25. ray

    Si non vous avez une autre variété à mon conseiller pour un debut en in et une sortie en out…car la early direct a l exterieur elle a toujours crevé des le debut. Je suis dans un climat normand donc tres pluvieux…sinon j ai superskunk et de l old school et de la criminal de chez ripper mais je ne sais pas si elle supporteront le climat…

  26. Ray

    Bonjour,
    J ai la possibilité d avoir du composte issu des dechets verts. Je voulais savoir si ce composte etait aussi efficace que le composte de guanalong ou ceux vendu en growshop ?

    1. Jerome Alchimia

      Bonjour Ray,

      Chaque compost est différent et je ne serais pas vous dire si le vôtre sera plus ou moins efficace que ceux vendu en magasin, mais un bon bon compost peut très bien nourire vos plantes.

      A bientôt

Comments are closed.