Consommer du cannabis de façon responsable

Le cannabis est la drogue illégale la plus consommée sur la planète. Il est estimé qu’il y a entre 129 et 191 millions de consommateurs de marijuana dans le monde, c’est-à-dire qu’entre 2,9% et 4,3% de la population mondiale de 15 et 64 ans consomme du cannabis de façon habituelle ou occasionnelle.

Même en étant la substance illicite la plus utilisée et en possédant le plus grand nombre de consommateurs, aucune mort occasionnée directement par la consommation de cannabis n’est connue à ce jour.

Il existe différents études qui démontrent les faits suivants, même s’il est de connaissance commune que le cannabis ne provoque pas de risques importants pour l’organisme.

Causes des décès en 2009 aux Etats Unis

Causes des décès en 2009 aux Etats Unis

Un grand effort est fait depuis les plateformes prohibitionnistes pour masquer les bénéfices du cannabis médical et défendre les intérêts des multinationales pharmaceutiques qui contrôlent le commerce des médicaments.

La présentation habituelle pour la consommation traditionnelle de cannabis est sous forme de fleurs séchées de la plante femelle. Etant donné la grande répercussion de la consommation de cannabis dans notre société il est important de connaitre les risques possibles pour les personnes consommatrices de cannabis.

D’un autre côté, cet article peut servir comme guide pour savoir utiliser le cannabis comme un outil utile dans sa vie et profiter de ses bénéfices, aussi bien médicaux, que récréatifs selon ses besoins quotidiens.

Consommer du cannabis : formes et utilisations

Évitez de mélanger le cannabis avec du tabac!

Évitez de mélanger le cannabis avec du tabac!

De nombreux utilisateurs consomment des joints de cannabis en inhalant, parfois mélangé avec du tabac, qui se roule dans du papier pour que sa combustion soit plus aisée. Il est recommandé de ne pas mélanger le cannabis et le tabac, les effets médicaux de la marijuana étant fortement altérés par le mélange. L’usage d’un filtre de cellulose réduira la quantité de goudron présente dans la fumée inhalée. Il est recommandé de ne pas faire passer le joint roulé de bouche en bouche afin de prévenir les maladies qui peuvent se transmettre par cette voie. La consommation de tabac augmente drastiquement les possibilités de contracter un cancer (entre X3 et X40 selon le type de cancer). Il est donc recommandé de consommer le cannabis sans tabac pour pouvoir bénéficier des propriétés thérapeutiques du cannabis.

Aujourd’hui il existe un grand nombre de pipes avec différentes formes et design. Il existe les pipes avec filtre à eau, plus connu comme bong afin de refroidir la fumée. Il est important de bien laver la pipe après chaque utilisation, étant donné qu’une partie de la substance toxique filtrée se réchauffera et pourra s’introduire dans l’organisme avec une plus grande facilité.

La marijuana vaporisée est la méthode que nous utilisons quand nous introduisons les principes actifs du cannabis à travers le système respiratoire, en général en chauffant la substance à moins de 210°C, une température plus importante serait alors interprétée comme combustion. En passant par le système respiratoire les cannabinoïdes, dans leur majorité, se volatilisent et se mélangent avec l’air que nous inhalerons. Actuellement les vaporisateurs sont la meilleure méthode pour consommer du cannabis sous forme inhalée, au sein de la scène de la marijuana médicale ils jouent un rôle très important en aidant des millions de personnes à consommer leur médicament de façon plus saine et plus naturelle.

Vaporisateur de cannabis

Vaporisateur de cannabis

La voie orale consiste à ingérer les principes actifs du cannabis, il peut se faire des recettes à base de beurre cannabique grâce à différentes méthodes d’extraction ou de concentration des principes actifs. En principe, l’effet du cannabis par voie orale est différent à cause de sa sensibilité aux jus gastriques, de sa métabolisation intestinale et hépatique, et de son introduction dans le sang, en fait il s’agit de la voie par laquelle les effets peuvent être le plus dissemblables suivant les personnes à cause de facteurs endogènes et particuliers à chaque être humain. Cependant, même pour un utilisateur habitué il faudra commencer par de petites quantités. Une fois ingéré, il faudra attendre au minimum deux heures avant de consommer de nouveau, il est fréquent que cette attente ne soit pas respecté et par conséquence, le corps se retrouve abattu par la somnolence, pour une durée de quelques heures.

Sativex

Sativex

La voie sublinguale consiste à appliquer du composant psychoactif en dessous de la langue, il suffira pour cela de la lever et d’appliquer le composant dilué dans de l’alcool éthylique, de la glycérine végétale ou de l’huile végétale, et de l’administrer à l’aide d’un doseur, la méthode qui s’utilise par exemple avec le médicament Sativex. Cette méthode est d’absorption rapide, grâce à la muqueuse sublinguale qui absorbe rapidement les composés qui passeront directement dans le sang par le système jugulaire, sans passer par le système digestif.

La voie cutanée n’est pas très utilisée au niveau récréatif, mais en prenant en compte des propriétés du cannabis comme solution naturelle, il est possible de l’appliquer par cette voie quand nous remarquons quelques gênes musculaires ou articulaires (pas pour des brûlures), en effectuant un léger massage afin de faciliter l’absorption du baume ou de la crème au cannabis.

Consommation de cannabis sans risques

Le cannabis induit une tolérance d’action rapide et d’intensité basse. Nous appelons tolérance le fait qu’il sera nécessaire d’utiliser plus de substance pour obtenir les mêmes effets ou, dit d’une autre forme, chaque fois que tu consommes la même dose de substance, l’effet diminue. La tolérance au cannabis s’obtient avec facilité si la consommation augmente, mais elle se récupère avec la même facilité quand on arrête de consommer.

THC et anandamide

THC et anandamide

Il a été décrit le développement de la tolérance pour beaucoup de ces effets, parmi ceux-là les conséquences psychiques, les problèmes psychométriques, l’effet sur le cœur et la circulation, sur le système hormonal, sur la pression intraoculaire et l’effet antiémétique (soulage les nausées et vomissements).

D’un autre côté, nous devons prendre en compte que le cannabis n’a pas de syndrome d’abstinence avec une symptomatologie sévère, étant donné que le corps tarde à éliminer complètement les cannabinoïdes, le processus dure quelques mois car ceux-ci se stockent dans les graisses après avoir été métabolisés, et se libèrent lentement tout au long de cette période.

Mais pour certaines personnes qui ont été exposées un temps prolongé (plus de 2 ans), les symptômes suivants peuvent apparaître, de façon légère et passagère:

  • Irritabilité
  • Nervosité
  • Insomnie
  • Perte de l’appétit

Il ne faudra donc pas hésiter à faire régulièrement des périodes de pause, qui permettront de retrouver facilement tous les plaisirs associés à notre plante favorite.

Consommer du cannabis avec responsabilité

Une consommation abusive de cannabis peut dériver sur une série de conséquences que nous devons toujours prendre en compte. Certaines sont présentes durant les effets de la marijuana, et d’autres sont à caractère chronique.

Effets du cannabis

Effets du cannabis

Aiguës (présentes durant l’effet)

  • Détériore la mémoire à court terme.
  • Détériore l’attention, le jugement et d’autres fonctions cognitives.
  • Détériore la coordination et l’équilibre.
  • Augmente le rythme cardiaque.
  • Provoque la bouche sèche et les yeux rouges.

A long terme (effet accumulatif de l’abus chronique)

  • Peut dériver vers une addiction psychologique.
  • Augmente le risque de toux chronique et de bronchites s’il se consomme fumé avec du tabac.
  • Peut aggraver le cursus d’une psychose et chez des personnes prédisposées, il peut accélérer ou déclencher l’instauration d’un cadre psychotique.

L’individu et l’environnement jouent un rôle décisif sur la façon dont une personne gère ses addictions. Norman E. Zinberg (1984) est le fameux père de cette théorie, plus connu sous le nom de : Drug, Set ans Settings. Ces facteurs et de nombreux autres subjectifs peuvent conditionner la relation entre la substance et l’individu.

Les effets ressentis lors de la consommation de cannabis dépendent de nombreux facteurs

Les effets ressentis lors de la consommation de cannabis dépendent de nombreux facteurs

Facteurs internes qui déterminent les effets du cannabis sur l’individu:

• Condition physique.
• Prédispositions génétiques.
• Antécédents médicaux.
• Traitements pharmacologiques en cours.
• Maladies mentales.

Facteurs externes qui déterminent les effets du cannabis sur l’individu:

• Famille.
• Lieu de résidence.
• Niveaux d’études.
• Relations sociales.

Se faire plaisir, mais avec modération

Se faire plaisir, mais avec modération

Ne pas consommer du cannabis avec…

Certains médicaments peuvent avoir des interactions avec le cannabis:

  • Antidépresseurs inhibiteurs sélectifs de la captation de sérotonine (ISRS) : Le THC peut augmenter l’effet de la fluoxétine.
  • Antidépresseurs tricycliques : Le THC peut augmenter les effets secondaires de l’amitriptyline, et principalement la tachycardie, l’hypertension et la sédation.
  • Antidépresseurs hétérocycliques (similaires au tricycliques mais avec moins d’effets secondaires).
  • Anti-inflammatoires non stéroïdiens : L’indométacine et l’acide acétylsalicylique réduisent les effets du THC.
  • Barbituriques : Augmentent les effets dépressifs et augmentent également la tachycardie que provoque la consommation de THC.
  • Benzodiazépines : Peuvent augmenter la dépression du système nerveux et dans le même temps le système respiratoire.
  • Bétabloquants : Réduisent la tachycardie associée au THC.
  • Ethanol (alcool) : Peut augmenter la détérioration du système nerveux.
  • Opiacés : Augmentent la sédation et l’analgésie.
  • Théophylline : Les cannabinoïdes augmentent le catabolisme de la théophylline. Il sera donc nécessaire d’augmenter la dose.
  • Anticholinergiques : L’atropine et la scopolamine peuvent augmenter la tachycardie produite par le THC.
  • Disulfirame : Le THC interagit avec le disulfirame, créant une réaction désagréable pour le patient. Évitez l’association des deux substances.

Certaines recherches disent que la consommation de cannabis augmente légèrement le risque d’accident de la route (entre 4 et 14 % selon la DGT). Il est vrai, comme nous l’avons déjà mentionné, que le cannabis peut produire de la somnolence, une légère distorsion de l’espace-temps, et une diminution des capacités motrices, avec une répercussion négative sur les réflexes, il augmente le risque de somnolence au volant ainsi que le temps de réaction. Il sera donc contre indiqué de conduire un véhicule ou de piloter une machine lourde sous l’effet du cannabis.

Ne jamais conduire sous les effets du cannabis!

Ne jamais conduire sous les effets du cannabis!

Si tu consommes du cannabis tu dois te demander …

Contrôler sa consommation

Contrôler sa consommation

En réfléchissant, nous devons faire nous-même l’exercice de s’auto-évaluer et savoir si nous consommons d’une forme sûre, responsable et le plus sainement possible. Ces questions sont indiquées pour pouvoir trouver la méthode pour gérer sa consommation sans risques pour la santé.

I. Que recherches-tu dans la consommation? Pourquoi consommes-tu du cannabis?

II. Comment le consommes-tu?

III. Quand le consommes-tu?

IV. Où le consommes-tu?

V. Avec qui?

VI. Que fais-tu quand tu es sous les effets du cannabis?

VII. Tu consommes la dose optimum selon les circonstances ou plus? Cet excès de consommation est dérivé de ton addiction au tabac?

VIII. Que fais-tu pour obtenir du cannabis?

IX. Quelle conséquence as-tu remarqué de ta consommation?

La première mesure de prévention des risques est de maintenir une vie et une alimentation saine. Une bonne diète, de l’exercice quotidien et du temps pour réfléchir sont de bonnes techniques pour contrôler les mauvaises habitudes. Certains compléments alimentaire et antioxydants peuvent être aussi d’une bonne aide pour limiter les risques sur la santé.

La consommation de cannabis ne doit pas être l’activité quotidienne à laquelle vous consacrez le plus de temps. Apprendre à planifier et choisir comment et quand consommer, est un exercice nécessaire pour réussir à contrôler la consommation de cannabis médical ou ludique.

De l'exercice et une bonne hygiène de vie vous aideront à contrôler votre consommation

De l’exercice et une bonne hygiène de vie vous aideront à contrôler votre consommation

Références:

  • IACM.
  • Collegi de Farmacèutics de Barcelona.
  • Association Américaine de psychiatrie
  • Sobredrogues.net.
  • Plan Nacional de Drogas.
  • Energy Control.
  • DGT.
  • Cannabis como Medicamento. Dr. Franjo Grotenhermen. Ed.Cáñamo ediciones.
  • Cannabis Colectivo Interzona. Amargord Ediciones.
  • UNODC ( United Nations Office on Drugs and Crime)
  • Guide basique sur les Cannabinoides. SEIC (Sociedad Española de Investigación sobre Cannabionoides). Departement de Biochimie et Biologie Moleculaire. Faculté de Medicine. Université Complutense de Madrid.
  • World Drug Report 2010. UNODC (United Nations Office on Drugs and Crime).
  • National Institute on Drug Abuse.
9 septembre 2013 | Alchimia news
39 commentaires


39 comments on “Consommer du cannabis de façon responsable

  1. Steakhashish#

    Vraiment top votre article !! Comme d’habitude 😉

  2. Che

    Mais qui a écrit cet article?!!!..que l’on puisse le féliciter!
    Tout est dit.Merci infiniment pour votre blog,qui est plus complet et bien plus raisonné que bien des sites traitants de cannabis.Merci à vous.

  3. Oni

    Quelle belle article c’est ce genre de chose qui devrait être montrée et donné comme prévention, au moins on nous montre les bons et les mauvais cotés tout en expliquant bien chaque point.

  4. Farfadet

    C’est la bible pour tout pèlerin de la dépénalisation! Bel article à faire lire à ceux d’en haut!

  5. Tuitini01

    Super votre article tout est dit continuez de nous apprendre à bien consomer du cannabis merci à la prochain

  6. Chris

    Cet article va devenir un indispensable , comme beaucoup des articles présents ici , pour informer et débattre du cannabis .
    Juste une remarque si je peux me permettre , concernant la vaporisation , ne serait il pas judicieux de préciser que dès 200 °C apparaissent de fortes concentration de benzene, toluene , naphthalene … (qui sont des éléments Toxiques )?
    Après il n’y a rien à redire 😉

    1. Marcel

      Bonjour, il sera en effet conseillé de ne pas dépasser 200/210ºC environ pour la vaporisation du cannabis 😉

  7. elvis presley

    serieux imagine il reste de la resine sur les feuille de canna que les lapin mange ca sfait pas lol

  8. jps

    Effectivement un article interessant,une fois les mauvaises habitudes prisent,pas facile a gerer .Apres trente ans de conso quotidienne heureusement un impact quasi nul sur la sante,mais ça prend la tete quand a l’interet de continuer a consommer et en meme temps on n’a pas envie d’arreter,par contre je milite pour le vapotage.

  9. Croacroa

    Très bon article, le diffuser à plus grande échelle serai une très bonne chose.

  10. opa

    ma propre expérience m a permise de faire une remarque qui est la suivante quelque soit l émotion qui m anime avant de fumer un joint,elle double quand je fini. Par exemple si je suis en joie,je le serai de plus,triste,en colère…En bref j aimerai juste que vous vérifier la véracité de ma remarque,si elle s avérait juste,veuillez me l explicité merci pour tous.

    1. Marcel

      Bonjour, le cannabis aura effectivement souvent tendance à amplifier l’état d’esprit dans lequel se trouve le consommateur, c’est pourquoi son usage sera déconseillé aux personnes trop instables ou trop dépressives.

  11. Roro

    Bonjour,j’aimerais savoir,selon vous,combien de mois un consomateur regulier et pas toujours raisonnable,depuis environ 40 ans, doit il s’arreter avant d’etre « clean »,avant de retrouver les sensations du debut?
    Merci pour votre reponse et tous vos conseils en general!!!

    1. Marcel

      Bonjour, avec le cannabis c’est facile, plus la « pause » sera longue et plus les effets seront forts en cas de reprise. En arrêtant de consommer quelques jours on perd déjà beaucoup de tolérance, et plus vous prolongerez cette pause, plus votre tolérance sera réduite.

  12. max

    « La tolérance au cannabis s’obtient avec facilité si la consommation augmente, mais elle se récupère avec la même facilité quand on arrête de consommer. »

    J’aurais une question suite à la lecture de cette phrase.

    Je suis rendu à presque un an d’abstinence suite à une trop grosse consommation (de mon point de vu) et j’aimerais connaitre le temps nécessaire pour pouvoir re-consommer sans récupérer cette fameuse tolérance qui me replongerait dans une consommation quotidienne identique ?

    merci

    1. Marcel

      Bonjour, si vous reprenez une consommation quotidienne, alors la tolérance reviendra rapidement en quelques jours. Si par contre vous ne consommez qu’occasionnellement, votre tolérance sera beaucoup plus faible 😉

  13. jps

    Bonjour,deja il faudrait deja redecendre du premier petard avant de recommencer,vu la puissance de la weed indoor que je n’affecte pas specialement,trop puissante,tout comme l’huile qui tendance a accrocher,mai bon, grosse consommation ,d’ou savoir gerer son auto production,je constate qu’il ya beaucoup de gros consommateur. Notre ami Galland ni les autres d’ailleur ont l’air tres moderes,et c’est tres bien,ça ne gene personne.

  14. Axelander

    Votre article est vraiment intéressant et j’espère qu’il encouragera beaucoup de monde à reconsidérer sa consommation. Je vois beaucoup de jeune et moins jeunes qui passent plus ou moins leur temps à fumer si bien que le stone domine leurs vies.
    Moi, j’ai un usage médical et je trouve que contrairement à ce qu’expérimente Opa, ça stabilise mon humeur bien mieux que tous les psychotropes des laboratoires. J’ai même convaincu, par mon changement d’attitude, mon psychiatre !
    Je suis né et ai grandi dans les fumées de weed et j’en ai consommé jusqu’à vingt ans. J’ai arrête pendant dix ans et je suis devenu très instable, bipolarité, dépression, irritabilité…
    Ma théorie c’est que mon cerveau s’est formé avec de fréquents apports de cannabis en tant que fumeur passif puis actif à l’adolescence et que mon système d’endocanabinoides doit être déréglé à cause de ça.
    Aussi je veux mettre en garde les parents : attention à votre consommation et à vos enfants. Ne consommez jamais avant que le cerveau ai fini de grandir, il y a encore beaucoup à découvrir sur le cerveau et les canabinoïdes, alors appliquez le principe de précaution.
    Car si la sensation reste agréable, pour ma part je préférerai pouvoir m’en passer au quotidien.

  15. jps

    Bonjour,apres 8 mois de vapotage,donc plus du tout de combustion,je me rend compte que j’etais acro a la nicotine,et que la weed ce n’est pas mauvais au regard de ma conso qui baisse,le tabac fausse l’effet,c’est bien dommage de gaspiller le produit.Essayez que de vapoter un vrai plasir sain.

    1. Marcel

      Bonjour, vous avez bien raison, merci beaucoup pour votre témoignage, et un grand bravo à vous! Beaucoup de consommateurs de cannabis ne se rendent effectivement hélas pas compte de la forte dépendance créée par le tabac et par la combustion. Le meilleur moyen de profiter des effets du cannabis sous sa forme pure, est bien de le vaporiser 🙂

  16. Axelander

    Bonjour.
    Je rebondis sur le post précédent pour dire qu’après 10 ans sans aucune consommation, libéré des mauvaises habitudes, je trouve que les effets sont différents avec le tabac, qui est très fort en soi et fait immédiatement tourner la tête. De plus la combustion irrite fortement les parois de l’arbre respiratoire. Je pense aussi que l’effet bang explosif peut être largement du à la quantité de fumées absorbées et au traumatisme causé par là. C’est vraiment s’abîmer la santé et détourner l’effet purement cannabique. On se sent cassé… Beaucoup moins de stone avec la vaporisation !

    1. Marcel

      Bonjour, et merci pour votre témoignage. La combustion produit en effet par exemple du monoxyde de carbone (CO), qui provoque un effet d’étourdissement en prenant la place de l’oxygène (O2) dans les globules rouges. Plus la fumée est gardée longtemps dans les poumons (bang), plus le monoxyde de carbone intoxique le consommateur.
      En testant la vaporisation, beaucoup de consommateurs sont très surpris de remarquer un effet beaucoup plus léger et beaucoup plus cérébral (high). Il s’agit en fait du véritable effet de la plante de cannabis, sans tabac ni combustion 🙂

  17. Barom47

    Bonsoir
    Tout d’abord, merci pour votre article très instructif. J’aurai souhaité avoir un conseil de votre part: j’ai fumé pendant plus de 10 ans, cigarettes (arrêté il y a 1an) et joints (arrêté il y a 2 semaines). Ne voulant plus fumer du tout de tabac par volonté et obligation (maladie génétique pulmonaire, déficit en alpha1 antitrypsine) mais voulant recommencer à consommer du cannabis pour son effet de détente, le vapotage serait-il pertinent dans mon cas? Dans d’autres termes, vapoter serait-il dangereux pour mes poumons? Ou quel autre mode de consommation me conseilleriez vous?
    Je vous remercie d’avance pour votre réponse.

    1. Marcel

      Bonjour, je pense que dans votre cas le meilleur mode de consommation sera la forme alimentaire, afin de préserver au mieux votre système respiratoire. N’hésitez pas à demander également conseil à Subcool le breeder de TGA (par mail ou facebook), qui souffre exactement de la même maladie.

  18. Barom47

    Merci d’avoir répondu c’est très gentil et sérieux. Merci de ce conseil. Qui est Subcool? Et comment le contacter si je ne le connais pas? Ou le trouver?
    Cordialement

    1. Marcel

      Bonjour, Subcool est le breeder de la banques de graines TGA, vous pouvez le contacter sur son site internet, ou bien sur les réseaux sociaux, il vous faudra par contre lui parler en anglais pour qu’il puisse vous comprendre et vous répondre 😉

  19. Barom47

    Ok! Merci de nouveau. Bonne continuation.

  20. Aurélien Terrassier

    Une légalisation du cannabis convivial serait souhaitable pour qu’il y ait des boutiques permettent à des personnes d’acheter du matériel afin qu’ils puissent cultiver chez eux une quantité limitée (deux pieds ça suffirait)ou encore certains produits naturels joints et e-liquide mais avec évidemment de la prévention. La France a avancé sur le sujet, le Sativex entre en vigueur l’année prochaine pour les patients de la sclérose en plaque. Le cannabis est aussi convivial est n’est pas plus dangereux. Les anti-dépresseurs ça n’est pas pareil du tout. Je crois que faire un tel amalgame ne fait rien avancer au sujet. Des gens en ont besoin et ça n’a strictement rien à voir. Les anti-dépresseurs aident à aller mieux quand le cannabis à l’excès provoque des dégâts neurologiques et psychologiques qui ne sont pas à nier. Le cannabis médical n’est pas sans risque non plus. Que ceux qui ne connaissent visiblement pas grand chose aux anti-dépresseurs en le comparant au cannabis aillent dire aux alcool qu’il faut se soigne en buvant de la bière ou du vin. L’abus de cannabis est aussi dangereux que l’alcoolisme. C’est aussi dangereux que le tabac aussi pour les poumons. Bien évidemment que les anti-dépresseurs devraient être mieux prescrits dans certains cas mais ça n’est pas à comparer. A consommer avec modération donc.

  21. jps

    Bonjour,justement l’avantage du cannabis c’est que tu peux en abuser,mais pas en combustion il faut seulement essayer la vaporisation ,au quotidien ou quand tu en a envies ,mai se tenir a la vapo,et la le cannabis a un autre effet,le vrai effet,et tu ne peux pas abuser,parce que trop raide au bout de trois vapos,avec de faible quantite.Donc beaucoup d’avantages sur la sante et la conso.

  22. axellenuale

    Bravo pour ce bel article et pour le site dans son ensemble ! 🙂
    Au niveau de l’impact sur la santé, la meilleure façon de consommer du cannabis serait d’avoir recours à un vaporisateur (étant exclu pour moi d’en faire un usage nutritionnel) ? La recours à une pipe traditionnel sans ajout de tabac est-il plus nocif pour la santé ?
    Merci d’avance ! 🙂

    1. Marcel

      Bonjour, la vaporisation permet effectivement de profiter du cannabis avec beaucoup moins d’impact sur la santé que la combustion. Une pipe permet d’éviter d’utiliser du tabac, mais ne permet pas d’éviter la combustion 😉
      Pour consommer sainement, la cuisine cannabique est également une bonne alternative.

  23. max

    Beurre à part le must pour la santé c’est le vapo et la teinture en sublingual pax exemple.
    La pipe ça sera toujours meilleur pure qu’avec du tabac c’est sur mais la combustion pour les poumons pas top
    « est-il plus nocif pour la santé ? » que quoi ?
    qu’un joint coupé au tabac oui, qu’un vapo non

  24. Reaphla

    Merci

  25. Nkatchan

    Slt svp quels sont les risques de re fumer du cannabis après avoir été deintoxiquer médicalement surtout par perfusion et quel effet je sentirai dans les jour précédent ?adresse email Facebook :Kevin Mark Diamond ,photo de profile newbell merci de repndre

    1. Jerome Alchimia

      Bonjour Nkatchan,

      Étant donné qu’il s’agit d’une consultation médical je vous invite à contacter notre docteur.

      A bientôt

  26. John Bibbus

    Vraiment excellent article…vraiment vraiment.. Je le conseille sur https://www.alchimiaweb.com/blogfr/consommer-cannabis-responsable/

    Je fume régulièrement ma propre production 3 pieds par an, environ 300 g par an. A raison dun joint pas trop charge le soir avant le coucher, avec du tabac.
    Plus 47 ans de tabac (!!!!) a raison de 30 clopes (roulées depuis 5 ans)…
    Je constate depuis 5 ans des bronchites fréquentes, 2 par hiver puis 3 cet hiver, de plus en plus irritantes.. La dernière bronchite est devenue asmatique et m’a conduit direct aux urgences.
    J’ai tout arrêté bien sur, je suis timbré 😉 et pastillé 😉 de partout…. C’est très difficile….
    En plus j’aime bien le rosé de Provence et j’ai du mal a faire un repas à l’eau (sans parler de quelques aperos..). J’ai même essayé le rhum arrangé et la fabrication de e-liquide avec mon herbe (pas concluant en terme d’effet.
    J’ai 62 piges…. A part l’avertissement que je viens d’avoir mon corps tient encore, disent le scanner et les analyses poussées des urgences. Bien sur mes poumons sont bien « repeints » et j’ai perdu 5% de capacité d’absorption d’oxygène dans le sang et sans doute 20 a 30% de capacité thoracique…
    Je suis très long !!! J’espère que mon témoignage aideront certains…
    Voilà mes résolutions et cette fois il faut que ça marche :
    – Arrêt total du tabac
    – Réduction de l’alcool a 1 bouteille par jour, mais avec du vin de qualité et bio (je sais pour ma femme ça serait plutôt 1 verre par jour mais là je pourrai pas !!!)
    – Reprendre mon petit rythme avec ma weed adorée des que je serai retapé, équivalent un joint moyen le soir après le repas.
    Je compte l’orienter vers la vaporisation. Qu’en pensez vous et que me conseillez vous côté pratique, matériel a utiliser, etc..
    En vous remerciant par avance…
    Salut fumeur ! Salut auto producteur ! Et appel de phare pour les motards en plus 😉

  27. Dams

    Bonjour je suis un consommateur depuis 8ans j’utilise le joint roulant avec du tabac et cela depuis mes début jusqu’à présent et quand je fume je reste timide complexée je ne parle pas beaucoup mais je ne délire pas et aussi mon corps reste inactive j’ai n’est même envie de soulever mon pieds je ressent des rythme cardiaque, des maux de tête, parfois même quand je consomme beaucoup je vomis .
    Ma question est dois je continuer à consommée ou arrêté ?

    1. Jerome Alchimia

      Bonjour Dams,

      Certains symptômes ne me semble pas forcément lié aux cannabis, avez essayé d’autres méthodes de consommation, comme la vaporisation par exemple ? Avez-vous essayez de retirer le tabac ?
      Si consommez du cannabis ne vous réussit pas, n’insistez pas, vous pouvez également laisser un commentaire dans notre service de consultation gratuit sur le cannabis thérapeutique pour qu’un docteur puisse vous aider.

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *