Cuture de cannabis durable

En tant que Grow Shop nous vendons tout type de produits en relation avec la culture, depuis des systèmes hydroponiques les plus modernes jusqu’aux engrais complètement organiques. Cependant, l’équipe d’Alchimia s’est toujours intéressé au bien-être de l’environnement et nous avons toujours essayé de vous offrir non seulement les produits nécessaires pour une activité de culture écologique, mais également les informations pour permettre à vos cultures d’avoir un impact négatif minimal sur la Nature.

En effet, de la même façon qu’avec tout type de culture, le cannabis n’est pas exempte de mauvaises pratiques et sa culture peut s’avérer désastreuse pour l’environnement, heureusement il existe des techniques pour limiter cela. Il ne s’agit pas simplement d’utiliser un type de substrat ou d'engais en particulier, mais plutôt d’analyser notre pratique de façon globale, en prenant en compte l’empreinte carbone de chaque produit, mais également la technique de culture appliquée. Nous avons analysé nos propres cultures depuis ce point de vue et nous souhaitons partager avec vous les conclusions auxquelles nous sommes parvenues. Protéger l’environnement permet de nous protéger nous même, et comme vous pourrez le voir, c’est plus facile à faire que ce que l’on pourrait imaginer !

En cultivant de grandes parcelles de cannabis, il faut être particulièrement prudent

Phytosanitaire et cannabis

L’utilisation de produits phytosanitaires, comme des insecticides ou des fongicides – et spécialement lors de cultures en extérieur – demande une grande dose de responsabilité, en effet utiliser ce type de produits sans précaution peut non seulement endommager la faune présente dans l’environnement de culture, mais peut également attaquer l’importante vie microbienne présente dans le substrat. Ainsi, nous devrons essayer de réduire au maximum l’application de phytosanitaires dans les cultures, en essayant d’appliquer uniquement des traitements préventifs à base de produits écologiques.

Comme vous pourrez le voir avec le lien en dessous vers notre article sur l’utilisation responsable des pesticides dans la culture du cannabis, il existe une grande différence entre une utilisation correcte et incorrecte de ces produits. Ils peuvent en effet produire un impact négatif sur la faune d’une zone déterminée, un phénomène qui pourra s’observer d’un simple coup d’œil. De plus, une technique comme l’allélopathie par exemple peut nous aider en grande partie à maintenir éloignée un grand nombre de parasites, il s’agit donc d’un phénomène intéressant à prendre en compte.

Plantes allélopathiques et culture du cannabis

Comme les plantes s’associent-elles? Nous pouvons obtenir de meilleures récoltes grâce à la culture simultanée d’autres espèces végétales ? L’allélopathie est un phénomène pour lequel un organisme vivant influe directement sur d’autres organismes de son entourage. Dans cet article nous vous expliquons comment cultiver d’autres plantes pour aider notre cannabis à être plus sain et productif.

Engrais pour cannabis et durabilitée

Engrais organiques et minéraux

La question de la fertilisation des cultures agricoles est un débat qui a lieu depuis des décennies. Il ne fait aucun doute que l’Être humain abuse de l’utilisation d’engrais minéraux pour nourrir les champs, ce qui a des conséquences désastreuses en seulement quelques années. Nous polluons l’environnement en les produisant, en les transportant et également en les utilisant, il faut définitivement changer de mentalité et nous rendre compte que le futur de la culture en général passe par une gestion beaucoup plus écologique de nos cultures.

Bien entendu, cette gestion est intimement liée à l’utilisation des différentes sources de nutriments 100 % organiques et disponibles pour leur utilisation avec – dans la plupart du temps – uniquement quelques traitements ou procédés nécessaires comme la mise en bouteille du produit par exemple. En utilisant des engrais organiques nous évitons non seulement de polluer lors de la production, mais nous pouvons également améliorer les conditions actuelles du substrat de culture grâce à leur utilisation. Finalement, les biens faits de la fertilisation organique, aussi bien pour la qualité finale du produit que pour la durabilité, ne peuvent être remis en question, et l’utilisation massive d’engrais minéraux décrit très bien ce dicton espagnol « Pan para hoy, hambre para mañana » (Du pain pour aujourd’hui, la faim pour demain ). De plus, et comme vous pouvez vous en rendre compte avec notre catégorie de culture organique de cannabis, il existe différentes options au moment de fabriquer notre propre engrais organique !

Un sol fertile apporte d’excellents résultats

L’empreinte carbone des engrais

Produire et transporter un produit, quelque qu’il soit, engendre forcément une certaine pollution, plus ou moins importante. C’est quelque chose que de nombreux consommateurs ont assimilé dans leur quotidien, en essayant de se procurer au maximum des produits moins impactant pour l’environnement, mais également des produits de proximités. Décider d’utiliser du guano pour nourrir notre culture plutôt que d’ajouter du phosphore dans la terre est une bonne idée, mais cela peut perdre de son sens si nous achetons du guano de chauve sourie qui a du voyager 10 000 km avant d’arriver chez nous !

Il est ainsi conseillé de nous centrer sur l’origine des nutriments que nous achetons, nous pouvons en effet réduire de façon significative notre empreinte carbone si nous choisissons des produits de proximité. Même si nous sommes sur le point d’acheter une gamme complète d’engrais minéraux de dernière génération, c’est quelque chose qu’il faut toujours prendre en compte, indépendamment de la nature du produit lui-même. Il faudra éviter de produire un transite de marchandises qui est souvent complètement illogique, ce sera déjà une grande avancée !

Le substrat pour le cannabis

Types de substrat pour le cannabis

Comme nous l’avons commenté au-dessus, et indépendamment du type d’engrais qui seront utilisés, la proximité est un facteur important à prendre en compte au moment de choisir le type de substrat à utiliser. Que ce soit la fibre de coco ou le substrat classique pour le cannabis (en général un mélange de tourbe et de coco), il est important de prendre en compte le facteur de proximité, mais également la qualité du substrat lui-même (il faudra faire en sorte qu’il soit riche en microvie).

Plante cultivé sous Led et dans des pots textiles

Par rapport au pots pour le substrat, l’idéal sera d’utiliser les pots en textile ; il polluent beaucoup moins que ceux en plastiques, en plus de posséder une série d’avantage qui permettent une bonne croissance radiculaire et un développement général de la plante plus vigoureux. Leur prix est plus élevé en comparaison des pots en plastique classiques, mais les avantages qu’ils proposent en valent largement la peine : leur soutenabilité, ils peuvent se réutiliser, un développement de la plante accrue…

Utilisation de l’eau dans la culture du cannabis

Comme les cultivateurs le savent déjà, l’eau est une ressource vitale et précieuse pour les champs, et sa gestion peut déterminer non seulement le succès ou l’échec de la récolte, mais également en grande partie la durabilité de votre activité. Cultiver des fruits tropicaux dans le désert peut sembler étrange, mais cela représentera cependant un coût en eau faramineux dans le contexte de cet écosystème en particulier !

Par rapport au cannabis, nous ajusterons les vrais besoins hydriques de chaque plante et nous n’appliquerons pas des quantités trop importantes, non seulement pour ne pas gaspiller l’eau, mais également pour obtenir de meilleurs résultats. Comme vous pourrez le voir avec le lien suivant, le cannabis n’apprécie vraiment ni le manque, ni l’excès d’eau.

Excès d’eau dans la culture du cannabis

L’excès d’eau durant l’arrosage est une erreur fréquente qu’il faut prendre en compte en commençant avec la culture du cannabis si nous souhaitons éviter de nombreuses pertes de graines ou de plantes durant la culture. Nous allons voir dans cet article, comment éviter l’excès d’eau durant les cultures de cannabis.

Au sujet de la réutilisation, par exemple, de l’eau issu d’un rinçage des racines en fin de culture, nous pouvons également l’utiliser pour arroser d’autres plantes, elles apprécieront grandement cet apport ! L’idéal dans ce cas est d’ajuster le pH et l’EC de l’eau de drainage pour nous assurer qu’elle soit adaptée et qu’elle ne contienne pas trop de nutriments ou un pH mal ajusté.

Microvie et réutilisation du substrat

Réutiliser le substrat de culture est une pratique de plus en plus répandu parmi les cultivateurs les plus soucieux de l’environnement. A l’heure actuelle nous connaissons bien le fonctionnement de la chaîne alimentaire du sol, et nous savons qu’avec un peu d’entretien nous pouvons réutiliser notre substrat entre les cultures. D’ailleurs nous pouvons même l’améliorer entre chaque récolte, permettant d’obtenir un sol riche en nutriments et en vie microbienne bénéfique qui n’aura besoin que d’un arrosage approprié pour offrir de magnifiques résultats.

Il existe actuellement un ample choix de suppléments et d’amendements servant à ajouter de la vie microbienne dans le substrat, mais également d’autres produits comme SimbioSoil Plus ou Lurpe Earth Vibes Supersoil, élaborés précisément dans le but d’aider à la régénération du substrat de culture. La combinaison de microvie et de ce type de produits permet au cultivateur non seulement de pouvoir réutiliser sa terre, mais également d’avoir un substrat plus vivant et équilibré par rapport à celui de départ.

C’est possible une culture de cannabis durable en intérieur ?

Oui, nous avons consciente qu’il peut être difficile d’envisager la culture en intérieure avec le terme durable. Cependant, et même si cette activité est par définition en contradiction directe avec le concept de soutenable pour l’environnement, le cultivateur d’intérieur peut également ajouter sa pierre a l’édifice et faire en sorte que son installation ait un impact moins important sur la planète, de la même façon que quand quelqu’un achète une voiture ou un appareil électro ménagé , il peut prendre un modèle plus « écologiques » que d’autres. Voyons point par point ce que nous pouvons faire pour optimiser dans ce sens la culture en intérieur  :

Les panneaux LED offrent une plus grande efficacité que les lampes à décharge

Efficacité de l’illumination dans la culture en intérieur

Sans aucun doute pour une question de profit de la lumière, de durabilité et de consommation, les panneaux LED sont l’option la plus efficace pour éclairer une culture intérieure. De plus, en général ces panneaux offrent la possibilité d’utiliser seulement une partie des LED, de façon que suivant l’étape de vie de la plante il sera possible de mettre plus ou moins de W par m². Malheureusement, le prix d’une lampe LED capable d’illuminer 1m2 est largement supérieur à celui d’un équipement à décharge, même s’il faut dire que pour la production et l’efficacité dans la consommation les LEd seront rapidement rentables malgré l’investissement de départ.
Dans le cas d’utiliser des lampes à décharge (HPS, MH ou CMH/LEC) nous pouvons profiter de cette même caractéristique en utilisant un ballaste électronique, ils permettent en effet de travailler avec différentes puissances, par exemple de 50 % à 100 % par étape de 10 %. De cette façon, si nous un avons un kit HPS 600W mixte, nous pouvons le mettre à 50 % durant la croissance et changer à 100 % durant la floraison, en réduisant une nouvelle fois la puissance durant le rinçage des racines si nous pensons que cela nécessaire. Finalement, il s’agit d’agir avec l’idée que chaque W que nous utilisons est une source de pollution, et c’est précisément l’illumination qui consomme le plus dans une culture de ce type …. c’est à prendre en compte, le prix de l’électricité est loin d’être économique !

Photopériode et culture intérieur

Comme règle générale, il a été établie l’utilisation d’une photopériode de 18/6 pour la croissance (18 heures de lumière et 6 d’obscurité) et de 12/12 pour la floraison. Bien entendu, et par exemple durant les périodes les plus chaudes ou froides, nous pouvons « jouer » avec ces photopériodes et obtenir de meilleures températures, même si nous pouvons également le faire pour réduire notre consommation électrique. Nous pouvons, par exemple, faire fleurir les plantes avec 10 heures de lumière, en économisant 2 heures de consommation chaque jour et en remarquant presque rien dans le rendement final. Il est également possible de faire le changement durant les dernières semaines de floraison, quand les plantes n’ont plus besoin d’autant de lumière.

De plus - cette astuce est celle qui nous fait vraiment économiser de l’énergie - nous pouvons maintenir nos plantes mères en croissances ininterrompue en consommant seulement 13 heures de lumière par jour au lieu des 18 que nous utilisons en général ! Il s’agit simplement de lui donner 12 heures de lumières, 5 heures d’obscurité, une de lumière et 6 d’obscurité. Les plantes auront reçu seulement 13 heures de lumières des 24 de la journée, mais elles resteront en croissance sans problèmes (à un rythme un peu plus lent, il faut le dire)

La photopériode 18/6 n’est pas obligatoire pour maintenir les plantes en croissance

Avec ces deux astuces simples nous économisons 7 heures de lumière par jour … ce n’est pas rien, l’économie est considérable et il s’agit d’une photopériode qui fonctionne très bien pour de nombreux cultivateurs durant l’été ! En parlant d’été … si vous pensez à une climatisation pour la culture, spécialement pour maintenir des plantes mères, prenez en compte l’information que nous vous avons donnée sur le déficit de pression de vapeur dans notre post sur les températures et l’humidité dans les cultures de cannabis, nous vous assurons qu’il est possible de régler le problème simplement en s’équipant d’un petit humidificateur.

De plus, et comme vous pourrez le voir également dans notre article sur la culture extérieure hors-saison, avec une simple serre et une petite armoire de culture pour plantes mères et boutures nous pourrons faire plusieurs récoltes en extérieur durant l’année, de façon que de nombreux cultivateurs pourront s’autoproduire sans avoir besoin de faire fleurir des plantes en intérieur, ce qui permet une grande économie d’énergie et donc de pollution.

Contrôle du climat dans la culture intérieur

En plus de l’astuce que nous vous avons donné avec l’augmentation de l’humidité dans la culture au lieu d’installer une climatisation pour combattre la chaleur, l’une des meilleures options pour réduire la consommation des extracteurs d’air et des ventilateurs est, sans aucun doute, l’utilisation d’une unité de contrôle du climat. Grâce à ces appareils, nous pouvons réduire la rapidité des appareils, de cette façon nous réduirons également la consommation électrique. De plus, la plupart du temps on notera des changements positifs avec l’utilisation de ces unités, le climat sera mieux régulé et les plantes répondront à merveille.

Une unité de contrôle du climat permet de réguler la rapidité des extracteurs

Énergie solaire et culture intérieur du cannabis

De plus en plus fréquent, spécialement parmi les autocultivateurs qui n’ont pas de grandes installations, l’utilisation de l’énergie solaire pour alimenter la culture de cannabis en intérieur. De la même façon qu’avec les panneaux LED, il s’agit d’une option qui demande un investissement élevé au départ, avec le temps l’énergie se produira seule, l’économie d’énergie électrique sera considérable pour notre budget.

Dans le cas d’avoir une installation un peu grande ou ne pas vouloir (ou pouvoir) dépenser autant d’argent dans installation de plaques solaires, il sera toujours possible d’alimenter seulement les appareils électriques de la culture à l’exception du système d’illumination, permettant une économie qui est déjà importante simplement en connectant les extracteurs d’air, les humidificateurs, les ventilateurs, les pompes d’arrosages, ... à installation solaire et en laissant les lampes connectées à l’énergie « classique ».

Finalement, et comme vous aurez put l’observer, il s’agit d’appliquer 3 règles : Réduire, Réutiliser, et Recycler, mais dans la culture. Avec la dernière règle le cultivateur ne peut pas faire grand-chose, mais c’est la responsabilité de chacun de réduire la consommation (depuis le nombre de plantes jusqu’à la facture électrique, mais également réutiliser certains des éléments pour notre activité. L’environnement nous remerciera, c’est certain !

En vous souhaitant d’excellentes cultures


La lecture des articles publiés par Alchimiaweb, S.L. est réservée aux clients majeurs. Nous rappelons à nos clients que les graines de cannabis ne figurent pas dans le catalogue de la Communauté européenne. Il s'agit de produits destinés à la conservation génétique et à la collection, mais pas à la culture. Il est strictement interdit de les faire germer dans certains pays, à l'exception de ceux autorisés par l'Union européenne. Nous conseillons à nos clients de ne pas violer la loi de quelque manière que ce soit et nous ne sommes pas responsables de leur utilisation.

Commentaire en “Cuture de cannabis durable” (2)

avatar

jjd Est client d'Alchimia 13-09-2021
bj a alchimia . ma bue na aux qu'un gouf et ne défonce pas ? gé un box 120.120.200.des led 300w 4poe 11l enger top crop toute la gamme .de Lau 300mi toue les jour et 2et3jour Angré? ou est l'erreur? Mercie a voue de me répondre .jjd

Alchimia Staff

Jerome Alchimia 14-09-2021
Bonjour JJD, Veuillez faire des efforts de rédaction votre message est pratiquement incompréhensible. Pleins de choses peuvent expliquer un manque d'effet et de goûts, des températures trop élevées, une mauvaise nutrition, une mauvaise génétique ... A bientôt

avatar

Est client d'Alchimia 21-08-2021
Excellent article, urgent d'entamer cette réflexion... Intéressant de remarquer que l'amour du cannabis a amené beaucoup de cultivateurs à s'intéresser à la nature, voire à y retourner, aux plantes, au jardin, à l'écologie... Intéressant aussi de remarquer que finalement c'est la prohibition qui a engendré le mode de culture indoor qui est le plus énergivore et le plus polluant... A mon sens, la culture de cannabis prend tout son sens en extérieur, sous la lumière du soleil, et engraissé au bon engrais bio fabriqué maison avec le bon fumier de cheval du voisin. Salut à tous les ganja farmer de la planète ;)

Alchimia Staff

Jerome Alchimia 23-08-2021
Bonjour et merci pour votre participation ! A bientôt

Attention - doutes sur l'envoie et le paiement

Les questions et remarques à propos des envois ou des méthodes de paiement ont leur réponse dans la section Aide à l'achat et Système de paiement.

Vous souhaitez donner votre opinion sur "Cuture de cannabis durable" ou poser une question sur ce post?

Le Pseudo apparaîtra!

Vérifiez que cet adresse email soit valide. Elle ne sera pas publiée.

À propos de ce Blog cannabique

Ce Blog est le blog officiel du GrowShop Alchimia. Ce blog ce dirige exclusivement pour les personnes majeures de 18 ans ou plus.

Pour acheter du matériel pour l'autoproduction de cannabis vous pouvez consulter notre catalogue de graines de cannabis, growshop et Parafernalia.


Abonnez-vous au blog

Vous souhaitez recevoir toutes les nouveautées, actualités et curiosités du monde de la culture?

error_outline Utilisation des cookies
Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers afin d'amélioré la navigation et d'offrir des contenues d'intérêt. En continuant la navigation vous acceptez notre politique de cookies.

keyboard_arrow_up