Anatomie de la plante de cannabis

En parlant de cannabis, nous faisons bien souvent référence aux fleurs. Il est ainsi facile de tomber amoureux des arômes des têtes et d’ignorer complètement le reste de la plante, constituée de nombreuses autres parties, chacune avec une fonction indispensable pour le développement et la maturation de nos fleurs tant appréciées.

Comme vous le savez surement déjà, chez Alchimia nous pensons que plus la connaissance sur la plante de cannabis est approfondie, meilleurs sont les résultats lors de la récolte. Nous vous invitons donc aujourd’hui à observer la plante en profondeur et ainsi mieux connaitre ses différentes parties.

La plante de cannabis

1, fleur mâle ; 2 et 3 sac de pollen ; 4, grain de pollen ; 5, fleur femelle avec bractée ; 6 et 7, graine avec bractée ; 8, graine émergeant de la bractée ; 9 et 10, graine sans bractée ; 11 et 12, section de graine

La graine de cannabis

Pour la plupart des cultivateurs, tout a commencé avec la germination de notre première graine achetée, offerte ou trouvée dans une tête de cannabis.  Voyons d’un peu plus près l’anatomie d’une graine de cannabis.

Une graine saine et mûr doit avoir une forme arrondie et ovale, avec une extrémité en pointe et l’autre plate. Sa couche extérieure ou sa coque est rigide et dur au toucher pour éviter que la graine ne s’écrase ou se casse facilement. Une espèce de joint sépare les deux moitiés de la coque (également appelé péricarpe), formant une couronne (comme une espèce de petit cratère) dans l’extrémité plate de cette dernière, qui fonctionne comme une charnière quand la graine s’ouvre lors de la germination.

En fonction de la génétique, la taille des graines peut varier considérablement, oscillant entre les plus petites (plus ou moins 800 graines par gramme) et certaines vraiment énormes (15 graines par gramme). La même chose arrive avec la couleur et la tigrure qu’elles présentent, selon la génétique, la graine peut avoir une couleur ocre clair sans presque aucune tigrure jusqu’à une couleur marron obscure et une tigrure intense. Cette intéressante gamme de couleurs noirs présente sur la plupart des graines est unique pour chacune d’entre elles, et est provoqué par une fine couche de cellules qui peuvent tomber facilement (sans affecter la capacité de germination de la graine).

Graines de cannabis

Détail d’une graine de cannabis en germination

Dans la graine nous trouverons, bien entendu, l’embryon de la plante, qui reste latent et avec tout le nécessaire pour se développer en attendant les conditions d’humidité et les températures propices pour le déclenchement du processus de germination des graines. Nous retrouvons également la radicule, qui en sortant  de la coque se convertie en racine principale de la plante et les cotylédons, la première paire de feuilles – arrondies- produite par la plante et qui contient suffisamment de réserves de macro et micronutriments pour assurer le début du développement de la plantule. Le tronc pousse entre les cotylédons et termine dans la zone apicale, c’est-à-dire, la pointe par laquelle la plante va continuer sa croissance verticale.

Les racines du cannabis

Racines du cannabis

Racines adventives émergeant du tronc d’une bouture

Lors de la germination d’une graine de cannabis, la première chose qui émerge de la coque ouverte est la radicule, qui commencera à grandir vers le bas pour rechercher l’humidité et les nutriments, en colonisant ainsi le substrat. Le système racinaire possède trois fonctions ; d’un côté, il maintient la plante dans le substrat, il se charge également de fournir à la plante l’eau et les nutriments et enfin, il stock les sucres et les amidons produits durant la photosynthèse. Ainsi, nous pouvons être sûr d’une chose, une plante saine dépend en grande partie de racines saines.

Les racines se classifie en trois types : premièrement, la racine principale, qui grandit tout droit jusqu’au fond et représente la partie souterraine du tronc et par laquelle émergent les racines fibreuses, le second type. Ces dernières s’étendent horizontalement pour former un système d’une taille plus ou moins similaire à la partie aérienne de la plante. Enfin, les racines adventives qui ne naissent pas de la racine principale, mais d’une autre partie de la plante, comme le tronc. Ce sont celles que nous voyons en enracinant des boutures de cannabis et qui permettent ainsi leur reproduction asexuée.

Alors que les plantes issues de graines développent une racine principale de laquelle surgit un système racinaire fibreux, dans le cas des boutures, nous commençons par une série de racines adventives que émergent du tronc et qui créeront par la suite un système radiculaire fibreux. Dans tous les cas, il est nécessaire de posséder un équilibre parfait entre air, température, humidité pour que les racines se développent de façon saines, blanches. fortes et avec une multitude de poils absorbants.

Le collet de la racine

La partie de la plante où les racines et le tronc principal s’unissent est communément appelé collet de la racine. Il s’agit d’une partie vitale pour la plante, la ligne de séparation entre la croissance verticale vers le bas ou le haut, où le système vasculaire change des racines au tronc et il s’agit de l’une des parties de plante avec la plus grande activité de division cellulaire.

Cette zone se situe très proche de la superficie du substrat, là ou l’aération est maximum. Souvent, en transplantant, on enterre le collet de la plante pour favoriser le développement des racines adventives au long de la partie du tronc qui reste enterré. Une bonne façon de traiter les plantes qui se sont trop étirées et dont le tronc pousse faiblement et avec une tendance à se plier.

Tronc et nœuds du cannabis

Tronc du cannabis

Racines adventives émergeant du tronc d’une bouture

Le tronc de la plante de cannabis est, en autres, la partie de la plante qui la maintient droite et qui supporte la plus grande partie du poids. De plus, il contient le système vasculaire, qui est chargé de distribuer l’eau et les nutriments vers les racines et vers toutes les parties aériennes de la plante à travers le xylème, alors que le phloème transporte les sucres et les amidons produits par la photosynthèse jusqu’au système racinaire. Le phloème – également appelé liber – est la partie de la plante utilisée comme fibre pour les cordes, les tissus, ect.

Le tronc, qui peut être creux, se divise en sections délimitées par les nœuds, d’où émergent les branches latérales. L’espace entre les nœuds est appelé espace internodals, et varie en fonction des génétiques et des conditions de culture. Cette distance est en général plus importante pour les variétés Sativa, alors que les Indica poussent de façon plus compacte, avec une distance moins importante entre les nœuds. Normalement, les nœuds poussent en paires, symétriquement, même si cette symétrie ce perd en début de floraison des plantes.

C’est également au niveau des nœuds que se forment les premières fleurs, ils sont donc régulièrement contrôlés par le cultivateur pour distinguer les plantes mâles des femelles une fois que la floraison des graines régulières commencent. Dans la zone des nœuds il est possible de voir les stipules, des petites structures allongées en forme de lance qui ne doivent pas se confondre avec les premières fleurs.

Les nœuds sont les zones de la plante où se produit la plus grande partie de la croissance et où se trouvent les hormones de la plante. Il est pour cela toujours recommandé d’enterrer au moins un nœud en enracinant une bouture, de cette façon la production d’hormones d’enracinement naturelle ou d’auxines sera plus importante, le développement des racines dans les cellules indifférencié du méristème, dans le nœud enterré sera également plus important.

Les feuilles et pétioles du cannabis

Les feuilles de la plante de cannabis son palmées, en forme de main ouverte et en multiples parties, de 3 à 13 folioles dentelées (avec les bords en dent de scie). En général, les variétés Indica produisent des feuilles de couleur vert obscure avec des folioles plus courtes et plus larges que les plantes Sativa, qui possèdent souvent des folioles beaucoup plus fines et allongées et d’une couleur plus verte.

Bien entendu, il est possible de trouver des curiosités comme la variété Duckfoot, avec ses folioles qui rappellent des pâtes de canard, même si ce n’est pas commun. Les variétés automatiques produisent en général des feuilles plus petites, et même si cela dépend en grande partie de la génétique, elle garde souvent un aspect semblable aux Indica ou avec de nombreux hybrides.

Formes du cannabis

Types de feuille de cannabis

Une fois en floraison, nous trouvons de grandes feuilles, qui naissent séparés des fleurs et sans quasiment aucune résine (lors de la récolte elles se jettent en général), et les feuilles qui naissent des têtes avec une quantité de résine considérable de trichomes et qui s’utilisent souvent pour la réalisation d’extraction de résine.

Feuilles du cannabis

Les feuilles de cannabis peuvent être très différentes

Au fur et à mesure que la plante pousse, chaque nouvelle paire de feuille possède un nombre plus important de folioles, ont retrouve donc normalement des feuilles avec une seule foliole juste au-dessus des cotylédons, suivi par une paire de feuilles de trois, cinq, sept et jusqu’au nombre final de folioles en fonction de la génétique. Les folioles s’unissent à la base de la feuille sur un point appelé rachis, depuis l’endroit où commence le pétiole et qui l’unie au tronc principal de la branche. La couleur et la longueur des pétioles peut varier selon la génétique, mêmes sir les pétioles de couleurs pourpre s’associent en général à une carence en phosphore.

La fonction des grandes feuilles est d’agir comme panneau solaire et climatiseur pour la plante, avec la superficie (plus obscure) en produisant de l’énergie via la photosynthèse et le revers (plus clair) qui régule le processus interne à travers les stomates, de petits ports qui absorbent du co2 de l’environnement pour la photosynthèse et qui en même temps libère l’eau et l’oxygène. Les stomates se ferment durant la nuit pour conserver l’humidité, alors que durant le jour ils s’ouvrent et se ferment selon les besoins de la plante, en recherchant l’équilibre entre les niveaux internes d’eau et les conditions externes pour que les fonctions métaboliques se réalisent correctement. Le système vasculaire s’étend au long des folioles dans ce que l’on appelle communément les veines des feuilles.

Les fleurs et les têtes de cannabis

Le cannabis est une plante dioïque, ce qui signifie que les mâles et les femelles possèdent des organes propres sur des plantes différentes. A moins que nous souhaitions réalisé un travail de breeding et produire des graines, il n’est pas intéressant de cultiver les mâles jusqu’à maturité. Ainsi, il est nécessaire de savoir distinguer correctement entre fleurs ou plantes mâles ou femelle, même en cultivant des graines féminisées, quelque chose de plus facile à faire qu’il ne semble.

Sexe du cannabis

Première fleurs de cannabis femelle (gauche) et mâle (droite)

Les plantes mâles de cannabis (staminé) développent des étamines avec des anthères, qui produisent le pollen qui, grâce aux insectes et principalement le vent, pollinise les plantes femelles (pistilé), qui produiront des graines. Le pollen mâle se conserve dans de petits sacs de forme ovale qui forment des grappes au niveau des nœuds et qui s’ouvrent en murissant, révélant cinq étamines qui produisent du pollen. Une fois mûr, les mâles meurent rapidement, produisant très peu de cannabinoïdes et terpènes.

Les fleurs femelles sont composées par des grappes de bractées, que les cultivateurs appellent communément calices. Chacune des bractées contient un ovaire et un pistil ou stigmate, qui agît comme récepteur du pollen en suspension. Une fois que le grain de pollen touche le stigmate, ce dernier se transporte par le tube pollinique jusqu’à l’ovaire, où il féconde et forme une graine, remplissant complètement la bractée en murissant. Les pistils fanent en général une fois qu’ils ont remplis leur fonction (c’est également le cas s’ils ne remplissent pas leur fonction à un certain point de maturité). Les graines se forment après 4 et 6 semaines depuis la fécondation.

Tête de cannabis

Les fleurs et feuilles de cannabis prennent de belles couleurs

Après la pollinisation, la femelle concentre son énergie pour la production de graines au détriment de la résine et de ces composants, c’est pour cela qu’une plante totalement pollinisée produira toujours moins de cannabinoïdes et de terpènes par rapport à une plante non pollinisée. C’est pour cela que les cultivateurs essaient d’obtenir des récoltes sans aucune graine, sans oublier la saveur désagréable qu’elles dégagent en brulant.

Les trichomes du cannabis

Trichomes du cannabis

Bractées recouvertes de trichomes glandulaire

Même si les botanistes ne s’ont pas d’accord sur la véritable fonction des trichomes produits par les plantes de cannabis, la plupart pensent qu’il pourrait s’agir d’une méthode de défense pour la fleur et les graines. D’autres théories, comme la protection face aux rayons UV, face aux insectes ou aux températures extrêmes sont en même temps sur la table, même si comme nous l’avons dit tous les chercheurs ne sont pas d’accords.

Nous pouvons diviser les trichomes du cannabis en deux grands groupes : glandulaires et non glandulaires. La principale différence, bien entendu, c’est que certains développent une tête glandulaire à la fin du pied du trichome (plus commun sur les fleurs), alors que d’autres ont davantage un aspect de poil fins et se développent principalement sur le tronc, les feuilles et les pétioles. Les trichomes glandulaires possèdent des cellules sécrétrices dans sa base qui produisent différents composants se trouvant dans la résine, comme des cannabinoïdes et des terpènes. La zone d’abscission, juste en dessous du disque de cellules sécrétrices de la tête, l’unie au pied du trichome.

Trichomes glandulaires

Trichomes glandulaires vue par microscope

Les trichomes glandulaires se divisent en trois groupes : les bulbeux, qui sont les moins nombreux et les plus petits ; les capitules sessiles, avec une tête plus grande et un pied plus court, à peine visible et enfin les capitules tigées, qui sont les plus nombreuses et les plus grandes, avec des têtes de 50 à 150 microns et un pied de trichomes qui, même s’il varie en fonction des génétiques, est plutôt long, ce qui donne un aspect de champignons ou de sucette au trichome.

Plus la floraison avance et plus la plante mûrit, les trichomes sécrètent de plus en plus de composants, qui se stockent à l’intérieur de la tête glandulaire. Ainsi, sa couleur varie du transparent (Trichome immature) à l’ambré (trichome mature), en passant par le laiteux point de récolte pour de nombreux cultivateurs. Le moment de la récolte varie en fonction des génétiques, et bien entendu, des préférences de chacun. Vous pouvez consulter notre article sur quand récolter en fonction des trichomes pour avoir plus d’information.

Nous avons vu ensemble les différentes parties de la plante de cannabis, nous espérons qu’une meilleure connaissance nous permettra d’obtenir de meilleurs récoltes … la connaissance c’est le pouvoir !

En vous souhaitant de bonnes cultures !

13 août 2018 | Dictionnaire du cannabis
10 commentaires


10 comments on “Anatomie de la plante de cannabis

  1. yvon sylva

    Bonjour,

    Merci pour vos infos, j’apprécie grandement.
    Cependant je vous signale que vos photos de fleurs femelle et mâle sont inversées. Gauche droite etc. J’imagine un débutant comme moi qui arrache ses plants femelles au lieu des plants mâles ! lol
    Bonne continuation !

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Yvon,

      Merci pour votre vigilance ! Je viens de modifier ça.

      A bientôt

  2. Frédéric

    Bonjour, j’habite le sud de la France, je voudrais savoir combien d’heures de soleil faut il pour mes plantes qui commencent la floraison !( White Skunk)
    Merci d’avance
    PEACE

    1. Vincent

      Bonjour. Plus les plantes recevront de lumière, et plus leur floraison sera épanouie. La floraison commence généralement courant Août. A bientôt!

  3. PtitGrower

    Bonjour Alchi !
    Comme d’habitude, article très intéressant 🙂
    Cependant, je n’ai toujours pas compris ce qui compose la fleur en elle même…
    Merci d’avance pour vos lumières 🙂

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour PtitGrower,

      La fleur est composée de calice (matière végétale), sur laquelle repose le résine.

      A bientôt

  4. Willy

    Bonjour je m’appelle willy je suis de la Réunion dom Tom 974 j’aimerais savoir si vous faites toujours venir ici s’il vous plaît

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Willy,

      Oui, nous envoyons toujours à la Réunion.

      A bientôt

  5. anthony 76

    bonjour ,saviez si c possible de commence la culture début aout en extérieur (coté de la manche).et svp mettez les engrais qui faut svp merci de me répondre.

    1. Jerome Alchimia Auteur

      Bonjour Anthony 76,

      Oui, c’est possible, mais vos plantes ne pousseront pas beaucoup.
      Les plantes auront les mêmes besoins que pour les cultures habituelles, prenez une gamme d’engrais complete.

      A bientôt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *