Plantes en quarantaine : L'isolement c'est la prévention !

En raison du contexte actuel dans lequel nous vivons, celui du virus mondial du Covid-19 et des maladies infectieuses présentent dans la société et dans nos esprits, nous avons souhaité profiter de l’occasion pour parler de l’importance des périodes de quarantaine pour un bon contrôle des pathogènes de nos plantes. Ces pathogènes végétaux pourraient potentiellement ruiner toute notre récolte de Cannabis, un risque considérable que nous courrons quand nous introduisons de nouveaux clones ou nouvelles boutures dans notre espace de culture.

Quarantaine
Alfa Stock Images / Nick Youngson

Alors que les choses reprennent leur cours dans certains endroits de la planète suite à une diminution des cas liés à la pandémie ces derniers mois, d’autres vivent une nouvelle augmentation d’infection. Il a été démontré que les pays qui ont le moins souffert de la contagion et qui ont le moins compté de victimes, sont ceux qui ont appliqué rapidement des mesures strictes et efficaces. En regardant les résultats on peut voir que les pays dans lesquels les autorités ont implémenté rapidement une quarantaine avec des mesures de préventions adéquates, sont les pays avec la population la moins affectée par rapport aux pays qui n’ont pas réagi aussi vite.

Défini comme une période d’isolement strict afin de prévenir la propagation des maladies infectieuses, les origines du mot « Quarantaine » remontent à l’ancienne Venise durant la crise sanitaire de la peste noire. Ce terme a été utilisé durant l’époque où l’on confinait pour une période de quarante jours, tous les bateaux ou voyageurs arrivant sur le territoire et suspects d’être porteur de la maladie. Le même principe s’applique aux insectes et maladies des plantes de cannabis, la quarantaine est aussi cruciale pour la santé de nos plantes que pour la nôtre.

Pour éviter l’introduction de parasites ou de pathogènes nocifs et leur postérieur propagation dans notre espace de culture et de la même façon qu’il est nécessaire que les personnes potentiellement infectées fassent la quarantaine pour protéger le reste de la population, nous devons également isoler l’arrivée de nouvelle plantes. Il est nécessaire d’avoir un peu de patiente et d’attention lors de ce moment crucial, une seule bouture infectée suffit à détruire une culture complète.

Espace de quarantaine

Il est important de maintenir une « distanciation sociale » adéquate entre nos espaces de culture et toute nouvelle plante que nous pensons incorporer plus tard, en établissant une petite zone de culture basique se trouvant loin de la culture principale. Cela ne sert à rien de mettre en quarantaine de nouvelles plantes si elles sont dans le même espace que d’autres plantes infectées, en effet, les insectes attaqueront rapidement les plantes saines.

Isoler nos nouvelles plantes est simple si nous avons un espace de libre que nous n’utilisons pas. Une petite baignoire ou une douche par exemple, sont en général des espaces qui comportent une ventilation et sont carrelés, il est donc très simple de les maintenir propres. Si ce type de pièce n’est pas disponible, n’importe quel espace réduit peut s’adapter avec un d’éclairage pour le cannabis, un extracteur d’air adapté et des plastiques réfléchissant.

Clones et boutures
Les clones peuvent introduire des parasites dans notre culture

Cependant, si nous ne disposons pas d’un espace libre séparé pour utiliser comme zone d’isolement, l’espace de quarantaine le plus simple à mettre en place est une petite armoire de culture, facile à nettoyer et à désinfecter en profondeur entre chaque utilisation. De plus, elles ont l’avantage de pouvoir se démonter et ainsi occuper moins d’espace quand elles ne sont pas utilisées.

Il n’est pas nécessaire d’installer une lampe puissante pour maintenir quelques boutures dans un petit espace durant quelques jours, une ou deux lampes fluorescentes seront suffisant. Dans le cas de ne pas disposer de ces tubes, les lampes de culture LED pour la croissance végétative sont une autre bonne option. Les ventilateurs oscillants et les extracteurs d’air sont d’une grande aide pour maintenir les plantes saines, mais c’est également important de garantir que tous les conduits d’extraction qui proviennent de l’espace de quarantaine soient bien expulsés loin du reste de la culture.

Isolement dans la culture en extérieur

Si les clones sont cultivés en extérieur, à l’air libre il est recommandé d’utiliser une partie du jardin comme espace de stockage pour la quarantaine. Une fois encore, cet espace doit être le plus loin possible de l’espace définitif choisi pour la croissance et la floraison. Si les circonstances le permettent, la meilleure époque de l’année pour incorporer de nouveaux clones est à la fin du printemps, pour ainsi favoriser un mois de croissance végétative vigoureuse et saine. De toute façon, il est toujours recommandé d’appliquer un traitement avec un insecticide organique comme de l’huile de neem avant de déplacer les clones vers le nouvel espace de culture définitif.

Clones en quarantaine
Clones en extérieur placé en quarantaine

Comment mettre en place une bonne zone de quarantaine :

  • Inspecter avec précaution à l’aide d’un microscope ou d’une loupe, les boutures pour identifier de possible parasites.
  • Laver abondamment les boutures à l’eau quand vous les recevez pour retirer de possible larves ou parasites.
  • Appliquer un traitement de prévention en arrivant dans la zone de quarantaine : immersion des boutures dans une solution d’huile de neem ou de soufre fongicide acaricide. Nous pouvons choisir l’un des produits, mais jamais utiliser les deux en même temps, il faut laisser au moins 2 semaines entre les applications d’huile et de soufre, dans le cas contraire, cela pourrait sérieusement endommagé le feuillage.
  • Placer des pièges anti-insectes dans la zone de quarantaine : Les bandes attrape insectes jaunes pour la prévention et la réduction des parasites de type insectes volant, comme les trips et la mouche blanche. Il existe également les pièges attrape insectes bleus adhésifs.
  • Il est indispensable de nettoyer en profondeur les récipients et l’équipement.
  • Changer de vêtement et se doucher avant de visiter la culture ou avant de couper de nouveaux clones.

Calculer les cycles de vies des parasites

Si notre objectif est de lutter de façon efficace contre n’importe quel parasite qui puissent porter de nouveaux oeufs, il est essentiel de savoir combien de temps tarderont les oeufs pour éclore et ainsi connaitre leur cycle de vie. Avec cette connaissance, nous pourrons réduire significativement le risque d’infection, étant donné qu’en traitant les boutures à leur arrivée on éliminera tout risque de parasites adultes. Cependant, il est encore possible qu’il reste des oeufs sur les feuilles il est donc nécessaire de répéter le processus pour s’assurer d’éliminer tout parasite venant de naître.

Parasites sur le cannabis
Les acariens sur une feuille à l’état d’adulte et d’oeuf (Commonwealth Scientific and Industrial Research Organisation - CSIRO

C’est cycle de vie sont seulement à prendre à titre indicatif, le taux de reproduction dépend en grande partie des températures environnementales, ce qui signifie, qu’en règle général les parasites se reproduisent de façon beaucoup plus rapide en conditions plus chaudes.

  • Puceron : ils se reproduisent de façon asexué une fois qu’ils arrivent à la maturité sexuelle après une semaine plus ou moins. Les adultes vivent plus ou moins 30 jours et les oeufs ne sont pas un problème pour les cultures en intérieur.
  • Mouche blanche : les oeufs éclosent approximativement en 7 jours. Cet insecte prend 1 mois pour arriver à maturité et une fois adulte vivent plus ou moins 30 jours de plus.
  • Trips : les oeufs éclosent en 3 à 7 jours et grandissent jusqu’à l’étape adulte en 2-3 semaines.
  • Araignée rouge : avec une température de 15 - 21°C, les oeufs éclosent en 5-10 jours et se développent jusqu’à l’étape adulte en 10 à 15 jours. Une femelle pond entre 100 et 200 oeufs durant sa vie moyenne de 3-4 semaines.
  • Cochenille : les oeufs éclosent après 6 à 14 jours et les femelles pondent jusqu’à 600 oeufs durant 5-10 jours avant de mourir

Parasites transmis par le sol

S’il est simple de détecter les parasites sur les parties visibles de la plante, n’importe quel problème qui affecte la zone des racines de la plante de cannabis peut être beaucoup plus difficile à localiser. Avec l’objectif d’éviter l’introduction de parasites ou de pathogènes transmis par le sol de notre jardin, les plantes venant d’arriver doivent être transplantées immédiatement dans un nouveau substrat de culture, en éliminant la plus grande quantité possible de substrat de la culture originale et ainsi minimiser les risques de dommage sur les racines.

De nombreux problèmes communs de parasites transmis par le sol peuvent se traiter avec de l’huile de neem ou un insecticide à base de pyrèthre. L’apport du substrat avec de la farine de neem et/ou de la terre de diatomées aide à contrôler les insectes qui habitent dans le sol. Les microbes bénéfiques comme Beauveria Bassiana ou les nématodes déprédatrices peuvent également représenter un traitement alternatif efficace pour ce type de problème, en particulier pour les pucerons des racines. Il existe d’autres insectes qui endommagent directement les racines et le sol de la culture comme les scarabées et les acariens du sol.

  • Mouche sciaridae : Elles passent de l’état d’oeufs à adulte en 3-4 semaines. Les oeufs éclosent après 48-72 heures, les larves s’alimentent durant 2-3 semaines avant d’émerger comme mouches adultes. L’apport de neem peut stopper les insectes qui pondent des oeufs.
  • Puceron des racines : Ils se reproduisent de façon asexué durant la saison de croissance, ce qui signifie que les oeufs sont rarement présents sur les racines des plantes de Cannabis, il faudra donc appliquer le traitement périodiquement.

Une fois l’ancien substrat de culture retiré et avant de passer la plante dans son nouveau substrat, c’est le moment parfait pour réaliser un rinçage préventif des racines, cela peut se faire avec un savon insecticide ou de l’huile de neem pour les parasites et insectes, ou avec un peroxyde d’hydrogène qui peut traiter les pathogènes fongiques comme le pourrissement des racines, mais également les mouches de terreau.

Boutures sans racines
Les boutures sans racines sont faciles à transporter

Il est possible d’éviter de nombreux problèmes de parasites et de maladies s’il s’agit de boutures sans racines ; cela élimine toutes les possibilités de souffrir de parasites du substrat ou des champignons pathogènes. Si nous enracinons nous mêmes les boutures, cela nous prendra un peu plus de temps et d’effort mais au final cela en vaudra la peine. De plus, les clone sou boutures sans racines sont beaucoup plus faciles à transporter.

Pathogènes fongiques

  • Oïdium : ce pathogène fongique se transmet facilement à travers les boutures du cannabis, même si dans la plupart des cas il est invisible jusqu’à ce que les conditions idéales soient altérées d’une façon ou d’une autre et permettent la formation de spores. Les études ont déterminé qu’il possède une période d’incubation ou une fenêtre d’inoculation de 7 à 41 jours, en fonction des conditions environnementales. Les études d’ADN peuvent le détecter bien avant qu’il soit visible, mais étant donné le coup et la disponibilité réduite ce ne sera pas à porter du cultivateur domestique. L’oïdium (Powdery Mildew) peut se traiter avec une lumière UV-C, qui tue le champignon. Une stratégie de quarantaine efficace serait de maintenir les boutures suspectées d’être porteuse du champignon dans un environment favorable à son développement, c’est a dire avec des températures entre 20 et 30°C et une humidité relative de 90-95%. De cette façon, n’importe quel clones infecté pourra être éliminé facilement, en évitant ainsi que l'infection se propage dans toute la culture.

Oïdium
L’Oïdium peut s’installer facilement dans la culture et causer des dégâts

  • Botrytis ou pourriture grise : il est peut probable que ce pathogène fongique se trouve sur des boutures ou durant la croissance des plantes, en général il n’affecte que les plantes en floraison. Ce pathogène peut également se transmettre à travers les mains ou les vêtements de toutes les personnes ayant manipulé des plantes infectées. Il est donc vital de bien se laver les mains et de changer de vêtement si nous avons visité une autre culture.
  • Fusarium : il se trouve dans le sol ou au niveau de la terre, ce pathogène virulent peut avoir des effets dévastateurs sur un lot de boutures s’il ne se contrôle pas et si rien n’est fait en conséquence, c’est pour cela que le nettoyage est la clef si l’on souhaite éviter ce type d’attaque fongique. D’un autre côté, les applications régulières de microbes bénéfiques comme les Trichoderma Harzianum peuvent également aider à les combattre , et comme règle général, les boutures sans racines sont libres de tout type d’infection.

La quarantaine ce n’est pas seulement pour les plantes de cannabis

Ces mesures de quarantaine ne devraient pas uniquement s’appliquer sur les boutures de cannabis, mais également avec les nouvelles plantes que nous ajoutons dans notre jardin. Nous parlons de plantes décoratives ou aromatiques, des fleurs, des légumes ou des végétaux … plus d’un cultivateur a perdu toute sa récolte à cause d’une infection d’acariens provenant d’un potager à proximité.

Les humains peuvent également transmettre des pathogènes

Malheureusement, il ne faut pas uniquement examiner les plantes avant de les laisser entrer dans notre jardin. Le même principe doit être appliqué avec nos amis quand ils visitent la culture, mais pas de panique, il ne s’agit pas de les enfermer pendant 40 jours. Dans ce cas il est important de mesurer le risque que nous courrons si d’autres personnes entrent en contact avec nos plantes. Même sans le savoir, les collègues qui viennent nous aider dans l’évolution de notre culture, peuvent introduire involontairement des invités non désirable dans notre jardin.

Mesures de quarantaine
Mesures extrêmes pour circonstances extrêmes !

En effet il est possible de transporter des parasites, des insectes et leur oeufs sur nos habits, chaussures, cheveux, peau … d’un jardin à un autre avec la même facilité que pour les plantes, pas seulement les parasites, mais également les bactéries, virus et spores de champignons. Il est donc préférable d’éviter les visites dans les espaces de culture, à part celles que sont vraiment essentielles. Cela peut paraitre exagéré, mais si ces derniers mois nous avons appris quelque chose, c’est la rapidité avec laquelle une infection peut se propager quand elle n’est pas contrôlée et la façon avec laquelle elle peut passer inaperçu.

Ce n’est pas toujours facile de changer ses habitudes, mais c’est important de prendre en compte tous ces détails et ne pas aller directement de la zone de quarantaine vers l’espace de culture principale, sans avoir changé de vêtements et sans s’être bien lavé les mains. Nous pourrions infecter notre propre culture !

Nous espérons que l’information présente dans cet article vous aidera à maintenir chaque espace de culture dans un environnement le plus sain possible .

En vous souhaitant des cultures réussites !


La lecture des articles publiés par Alchimiaweb, S.L. est réservée aux clients majeurs. En France, la majorité est établie à 18 ans. Consultez votre législation et respectez-la. Alchimiaweb, S.L. est une société espagnole régie par la législation espagnole et ne peut, en aucun cas, être tenue responsable d'un mauvais usage ou du non-respect des lois et des réglementations propres à chaque pays, par rapport aux articles publiés sur son Blog. Nous vous rappelons que la culture de graines de cannabis sur le territoire français est fortement interdite par la loi. Nous n’encourageons nullement notre clientèle à enfreindre la loi et ne sommes en aucun cas responsables de l'usage que vous en ferez.

Commentaire en “Plantes en quarantaine : L'isolement c'est la prévention !” (0)

Attention - doutes sur l'envoie et le paiement

Les questions et remarques à propos des envois ou des méthodes de paiement ont leur réponse dans la section Aide à l'achat et Système de paiement.

Vous souhaitez donner votre opinion sur "Plantes en quarantaine : L'isolement c'est la prévention !" ou poser une question sur ce post?

Le Pseudo apparaîtra!

Vérifiez que cet adresse email soit valide. Elle ne sera pas publiée.

error_outline Utilisation des cookies
Nous utilisons nos propres cookies et ceux de tiers afin d'amélioré la navigation et d'offrir des contenues d'intérêt. En continuant la navigation vous acceptez notre politique de cookies.

keyboard_arrow_up